«40 ans de vues rêvées - l'imaginaire des cinéastes québécoises», sous la direction de Marquise Lepage | Bible urbaine

Littérature_Beaux livres

«40 ans de vues rêvées – l’imaginaire des cinéastes québécoises», sous la direction de Marquise Lepage

«40 ans de vues rêvées – l’imaginaire des cinéastes québécoises», sous la direction de Marquise Lepage

Il était une fois les femmes et la fiction

Publié le 26 novembre 2014 par Ariane Thibault-Vanasse

Crédit photo : Éditions Somme toute

La réalisatrice Paule Baillargeon s'est vue décerner un doctorat honoris causa de la Faculté de communication de l'Université du Québec à Montréal. Pour sa carrière, pour son oeuvre, mais surtout pour l'héritage culturel féministe qu'elle lègue au cinéma québécois. Comme celui des travailleurs de la construction ou de la politique, le monde du cinéma était (et l'est encore aujourd'hui) réservé aux hommes. Paule Baillargeon a dû se battre à l'instar de ses consoeurs pour pouvoir faire des films. Le beau livre 40 ans de vues rêvées: l'imaginaire des cinéastes québécoises depuis 1972 retrace le parcours de toutes ces réalisatrices qui se battent pour se forger une place dans leur milieu en racontant des histoires.

De Louise Archambault (Gabrielle) à Maryanne Zéhil (La vallée des larmes), la réalisatrice et scénariste Marquise Lepage propose une anthologie sur le travail de ces femmes cinéastes en collaboration avec le collectif Réalisatrices Équitables qui vise à atteindre l’équité pour les femmes dans le domaine de la réalisation. Année après année, rares sont les longs-métrages chapeautés par des femmes qui sont financés. Endiguées dans la tradition du documentaire et des courts-métrages, les cinéastes féminines semblent peu nombreuses à se frotter aux films de fiction. 40 ans de vues rêvées dresse le portrait de 59 d’entre elles qui, envers et contre tous, ont mené à terme de superbes projets. 59 artistes qui sortent de l’ombre pour parler fièrement de leur vision de la réalisation et du cinéma. 

Loin des courses effrénées de voitures ou des explosions spectaculaires d’édifices au service d’un divertissement sans grande imagination, le cinéma féminin est plus sobre, mais n’en est pas moins flamboyant de sensibilité (et d’intelligence). Ce qui est évoqué dans la forme plutôt simple et conventionnelle du bouquin. L’accent est mis sur les photos en noir et blanc d’Anna Lupien et sur des textes d’Anna Lupien, de Pascale Navarro, d’Élodie François et de Joëlle Currat avec la participation des critiques Fabrice Montal, Odile Tremblay, Michel Coulombe et Manon Dumais. 40 ans de vues rêvées est un savant amalgame entre biographies, discussion sur l’histoire du cinéma et, bien entendu, discours féministe sur la place des réalisatrices dans notre cinématographie. Un livre presque entièrement écrit par des femmes à propos de femmes, mais qui s’adresse à un public hétérogène. L’histoire du cinéma québécois n’aurait pas le même visage sans la touche cérébrale de Micheline Lanctôt (Pour l’amour de Dieu), la grande poésie d’Anne Émond (Nuit #1) et la première pierre posée par Mireille Dansereau, première femme à réaliser un film de fiction en 1972 avec La vie rêvée

40 ans de vues rêvées est aussi un portrait inspirant pour les nouvelles générations de réalisatrices fraîchement diplômées des écoles de cinéma, qui ont mille idées en tête, qui rêvent en pensant au cadre, mais qui croient manquer de modèles. Qu’elles n’aient réalisé qu’un long-métrage de fiction (Lyne Charlebois) ou qu’elles détiennent une filmographie impressionnante (Micheline Lanctôt), les cinéastes recensées dans le livre peuvent toutes apporter l’inspiration ou la poussée nécessaire aux jeunes femmes pour aller de l’avant avec leurs projets. Des modèles jeunes (Chloé Robichaud) et moins jeunes (Anne Claire Poirier) de créatrices chevronnées chez toutes peuvent se retrouver. Grâce à la fougue et à la passion des femmes pour créer des histoires porteuses pouvant transcender les époques, le cinéma québécois est entre de bonnes mains. Ce livre en est la preuve. 

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début