«Ma Mercedes contre un tracteur» de Sophie-Luce Morin | Bible urbaine

Littérature_Romans québécois

«Ma Mercedes contre un tracteur» de Sophie-Luce Morin

«Ma Mercedes contre un tracteur» de Sophie-Luce Morin

La raison au service du coeur

Publié le 16 octobre 2013 par Marie-Pierre Laëns

Crédit photo : Prologue

Après un premier roman remarqué, Écris-moi en bleu publié en 2009, Sophie-Luce Morin avait manqué à ses lecteurs adultes, l’auteure s’étant consacré à une magnifique série jeunesse, celle des aventures de Petulada Papillon. C’est donc avec un grand plaisir qu’on découvre Ma Mercedes contre un tracteur, premier volume d’une trilogie, qui s’annonce palpitante et pleine de (bonnes) surprises.

Si la couverture de ce livre est rose, ce n’est pas le cas de la vie de Romane Castel. Cette jeune-femme dans la trentaine croit désespérément à l’amour qui rime avec toujours, au prince charmant qui saura voir la princesse en elle… mais la vie réelle la rejoint bien vite et ne parvient pourtant pas à déciller cette romantique dans l’âme. C’est sans compter son amie, Hope, qui tente de la mettre sur le droit chemin, celui de la raison et de l’affirmation de soi.

Au travail, la situation n’est pas rose non plus. Romane Castel fait les frais du harcèlement de sa supérieure, Charlotte Lanoue, qui n’a de cesse de l’humilier et de déployer tout l’arsenal des vexations à sa portée. Mais Romane, qui ne manque pas d’énergie, s’inscrit à un concours interne pour obtenir un poste très enviable à la direction de la communication. La vie se gagne-t-elle au mérite?

Aux antipodes de la chick lit, Sophie-Luce Morin met sa plume au service d’un roman juste et tendre. L’auteure trace dans un triangle amour-amitié-travail le portrait d’une femme passionnée, qui n’a pas encore trouvé sa voie faute de l’avoir véritablement cherchée. On rit, on s’émeut et on réfléchit: n’y-a-t-il pas un peu de Romy en nous? On peut compter sur le talent et la sagesse de l’auteure, diplômée en études littéraires et en thérapie cognitivo-comportementale, pour secouer les certitudes et les croyances qui représentent autant de freins à la construction du bonheur véritable.

Sophie-Luce Morin signe, avec Ma Mercedes contre un tracteur, un roman courageux qui s’attaque de rebondissements en rebondissements à tous ces mythes qui ont de plus en plus cours dans notre société: la pensée magique sous toutes ses formes, les mythologies romantiques, etc. On peut donc écrire un roman féminin sans parler de cartes de crédit, de marques de chaussures ou de sacs à main, tout en abordant avec le sourire des questions fondamentales. Un livre à lire et à relire (en attendant la suite) comme un baume à mettre sur le cœur.

Sophie-Luce Morin sera au Salon du livre de l’Estrie le dimanche 20 octobre 2013 de 12 h à 16 h, Éditions Andara, Kiosque 77 et en séance de dédicace à la librairie Boyer à Vaudreuil le dimanche 3 novembre de 13h à 15h.

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début