«Dans la peau de...» Richard Ste-Marie | Bible urbaine

Littérature_Polars et romans policiers

Spécial Printemps meurtriers | «Dans la peau de…» Richard Ste-Marie

Spécial Printemps meurtriers | «Dans la peau de…» Richard Ste-Marie

«C’est la psychologie des personnages qui m’intéresse, pas tant la violence»

Publié le 1 mai 2015 par Éric Dumais

Crédit photo : Sarah Scott, www.facebook.com/JamesLeeBurkeAuthor et extrait de «Repentir» (Alire)

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions (parfois plus!) à un artiste, qu’il soit chanteur ou musicien, écrivain ou humoriste, afin d’en connaître un peu plus sur lui et de permettre à ses admirateurs de se glisser dans sa peau, en 5 étapes faciles. Cette semaine, nous avons interviewé l'auteur de polars Richard Ste-Marie, qui a forgé son imaginaire grâce à des géants de la littérature policière tels que James Ellroy et James Lee Burke.

1- Quel âge avais-tu, jeune garçon, lorsque tu as établi ton premier contact avec la littérature policière?

«À l’adolescence, j’avais un ami voisin dont le père lisait des Perry Mason. Il me les a tous prêtés. Plus tard, au début de la vingaine, j’ai lu San Antonio. Cependant, les vrais coups de cœur sont survenus dans la trentaine avec James Ellroy, James Lee Burke et autres géants.»

Interview-James-Lee-Burke-author

2- Si tu avais la chance d’écrire la suite d’un grand classique de la littérature d’horreur, fantastique ou policière, quel serait-il?

«Je ne me pose jamais ce genre de question, mais pour la blague, je dirais Les Apparences de Gillian Flynn, parce que je trouve que la fin est ratée.»

3- D’où puises-tu cette imagination féconde qui te pousse à écrire des histoires policières à glacer le sang? Et surtout, dans quel état te retrouves-tu lors de la rédaction?

«Non, c’est relax. N’oublions pas que toute ressemblance avec une personne réelle…

J’ai eu du plaisir à inventer tous les mouvements de Vincent Morin, tous ses efforts, petit à petit, comme si je m’imaginais à sa place. Mais le plus grand plaisir était de mettre sur papier ses états d’âme, car c’est la psychologie des personnages qui m’intéresse, pas tant la violence. En fait, la violence dans mes livres se résume à un quart, voire une demie page.»

Repentir-Richard-Ste-Marie

4- Le 17 mai, tu es l’un des invités de la 4e édition des Printemps meurtriers de Knowlton. Est-ce que le public aura la chance de te saluer ou de t’écouter lors d’une conférence?

«Oui! J’ai une présentation sur scène en compagnie de mes amis Martin Michaud et Jean-Jacques Pelletier. Elle est intitulée Rendez-vous coupable, c’est prévu à 14h30 au Théâtre Lac-Brome, Salle Expression Noire. On discutera de la part de soi dans le roman. Elle est animée par Richard Migneault.»

Festival-litterature-policiere-Printemps-meurtriers-de-Knowlton-Bible-urbaine

5- Quels sont tes projets professionnels pour 2015? Es-tu déjà en réflexion pour l’écriture d’un prochain roman? Aurons-nous la chance de voir une adaptation d’un Richard Ste-Marie un jour sur nos écrans?

«Je termine un roman qui se passe dans le monde de la musique. Publication probable à l’hiver 2016!

Une adaptation? N’importe quand!»

Cliquez ici pour plus d’information à propos des Printemps meurtriers de Knowlton. Pour consulter nos précédentes chroniques, suivez le www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début