«Tenir Tête» de Gabriel Nadeau-Dubois | Bible urbaine

Littérature_

«Tenir Tête» de Gabriel Nadeau-Dubois

«Tenir Tête» de Gabriel Nadeau-Dubois

Mettre les pendules à l'heure

Publié le 15 novembre 2013 par Audrey Neveu

Crédit photo : Lux Éditeur

La figure emblématique du mouvement étudiant de 2012 Gabriel Nadeau-Dubois signe son premier livre Tenir Tête, qui revient sur les évènements historiques du Printemps érable. Avec une plume fine et réfléchie, l'ex-porte-parole de la CLASSE offre l'envers du décor.

On s’attendait à un règlement de comptes et des critiques acerbes envers l’ex-premier ministre Jean Charest et ses «sbires». Or, il n’en est rien. Avec Tenir Tête, publié chez Lux Éditeur, GND fait un retour sur les évènements de la grève, mais sans réécrire l’histoire à sa manière. Il met plutôt en lumière des moments cruciaux que Monsieur et Madame tout le monde n’ont pas vu, comme les assemblées générales et la longue préparation des organisations étudiantes. Des tranches de vie qui marqueront le Québec à jamais et serviront certainement à la compréhension des historiens plus tard.

Par son livre, Gabriel Nadeau-Dubois offre une vision privilégiée des coulisses, mais aussi ses réflexions en tant qu’humain, qui n’était pas toujours 100% en accord avec les positions prises par la CLASSE, mais qu’il avait accepté d’endosser en tant que porte-parole. On oublie que derrière le visage médiatique se cache un jeune étudiant allumé et engagé, étonnamment ouvert sur le monde.

Il y va également de réflexions intéressantes sur l’avenir de la société et les valeurs qu’il choisit de défendre, particulièrement sur le système démocratique tel que nous le vivons actuellement. À travers son écriture, on retrouve le même sens critique qui a fait le bonheur des médias au printemps 2012.

Clairement, Gabriel Nadeau-Dubois critique la gestion du dossier par le gouvernement de Jean Charest, mais de manière appuyée et justifiée. Parfois, il lance quelques flèches plus sévères, mais jamais de mauvaise foi. Somme toute, le discours du jeune homme est assez posé. Par cette maturité, Tenir Tête a su déjouer ses détracteurs et peut se targuer de référence sérieuse en la matière.

GND n’a pas attendu dix ans avant de publier son livre. Peut-être est-il trop tôt pour mesurer toutes les conséquences de cette grève historique, mais il ne l’est clairement pas pour commencer à réfléchir et comprendre collectivement. Tenir Tête est un premier pas dans cette direction.

 

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début