«Dans la peau de...» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne | Bible urbaine

Musique_

«Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne

«Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne

Laissez-vous porter dans des univers qui ne vous laisseront pas indifférents

Publié le 16 septembre 2016 par Éric Dumais

Crédit photo : Lou Scamble et Eva Lepiz

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne, à l'aube du concert de la rentrée qui marquera, du même coup, le lancement haut en couleur de leur saison 2016-2017.

1. Depuis quand avez-vous des étoiles dans les yeux à l’écoute de musique classique?

«La musique ayant fait partie de ma vie depuis mon plus jeune âge – père accordéoniste (musique pop des années 50-60-70), trois sœurs plus âgées qui jouaient du piano, de même que mon petit frère – je ne peux fixer un moment où les étoiles sont apparues. Je ne fais pas tellement de différences entre les différents styles musicaux. Pour moi, il y a de la bonne, de la moins bonne et de la pas bonne musique, tous styles confondus. J’ai décidé d’étudier le hautbois après avoir fait plein d’autres choses à l’âge de 21 ans. J’ai dû y plonger sans trop me poser de questions, mais elle était là, présente et naturelle, demandant son lot de labeur et me nourrissant l’âme.»

2. Vous êtes le directeur du Nouvel Ensemble Moderne depuis 2013. Pouvez-vous nous raconter les grandes lignes de votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui?

«Après mes études ici et à l’étranger, mon premier emploi a été d’être cuistot dans un camp de vacances, mais rapidement trois choix se sont offerts: la musique de chambre avec l’ensemble Pentaèdre, la musique contemporaine, avec ce qui deviendra le NEM, et la pige avec tous les ensembles et orchestres du Québec. Je me suis toujours senti privilégié d’avoir pu, au final, choisir Pentaèdre et le Nouvel Ensemble Moderne (NEM), lieux d’explorations et de découvertes qui m’ont permis de réfléchir et de tracer un parcours singulier et une réflexion qui guident, encore aujourd’hui, ma façon d’aborder et de jouer la musique».

«Une autre partie importante de ce cheminement vient aussi de mes années d’enseignement à l’Université McGill. Décortiquer le jeu musical, la technique instrumentale, de même que de prendre le temps de se poser des questions, de réfléchir, d’approfondir. C’était bien pour les élèves, mais j’ai également profité de ce temps pour parfaire mon être artistique. Comment passe-t-on de joueur à administrateur? En constatant que la réalisation des projets artistiques passe du rêve à la réalité. En constatant que pour avoir une certaine emprise sur la finalité artistique d’un projet, on se doit de contrôler les cordons de la bourse où, à tout le moins, d’en comprendre les mécanismes.»

3. Vous consacrez une grande part de votre temps à l’écoute et à la création de musiques de chambre. Pouvez-vous nous donner votre définition du genre et nous dire en quoi consiste votre exploration musicale?

«La musique de chambre c’est lorsqu’un groupe musical composé de différents instruments/instrumentistes travaillent pour ne former qu’un seul et unique instrument et une seule et unique pensée musicale. Cela prend du temps! La musique de chambre comme je l’entends se fait sur des années de mise en place musicale et technique, de possession de «l’instrument», de réflexions artistiques, de rhétorique; c’est probablement le plus important, la rhétorique. Celle-ci devrait guider tous les gestes artistiques. On reste souvent pris dans des considérations d’ordre technique et, lorsque nous avons quelques épanchements, il est facile d’imaginer que nous venons de toucher le sublime.»

«Le cœur de mes préoccupations artistiques se concentre autour de cette notion de rhétorique, de comment dire Mozart, Schubert ou Ligeti, de jusqu’où on peut le dire avec notre propre voix. Cette fine ligne entre l’interprétation, la reproduction, la prise de parole à l’intérieur d’un discours qui lui est déjà tout codifié.»

4. Pourriez-vous nous nommer quelques compositeurs contemporains et leurs pièces passe-partout histoire de donner l’envie et la curiosité à nos lecteurs de faire de belles découvertes classiques?

«L’univers de la musique contemporaine est riche; la beauté avec cet univers, c’est qu’il est d’aujourd’hui et il se bâtit tous les jours; il est un devenir constant. Il faut imaginer la fulgurance d’œuvre de compositeurs tels que Stravinsky, Alban Berg, Edgard Varèse, Olivier Messian, Gyorgy Ligeti, Luciano Berio, Jonathan Harvey, Harrison Birtwistle, Salvatore Sciarrino et, plus près de nous, Serge Garant, Claude Vivier, Ana Sokolovic, Michel Longtin et plusieurs que j’oublie.»

«La musique contemporaine se vit, se ressent, se livre entièrement sans compromis dans l’instant présent; elle nous bouscule, nous confronte et, toujours, nous transforme.»

5. Au cœur de la programmation 2016-2017 du Nouvel Ensemble Moderne, qui promet une véritable odyssée classique riche et éclectique dès le 23 septembre, quelles sont vos recommandations personnelles à ne pas manquer?

«Je ne peux que vous répondre: tout! La saison a été pensée comme une immense œuvre musicale. Les mises en perspective: jeunes compositeurs vs compositeurs aguerris, compositions originales vs transcriptions, musiques composées aujourd’hui vs musiques des années 20. C’est une offre de concerts qui vous permet, et à nous aussi, de faire le point, de se laisser porter dans des univers singuliers et forts qui ne vous laisseront pas indifférents.»

D’ailleurs, vous avez envie de gagner une paire de billets pour assister à leur concert de la rentrée le 23 septembre? Inscrivez-vous dès maintenant à notre concours en cliquant ici.

Découvrez les spectacles de la saison 2016-2017 du Nouvel Ensemble Moderne (NEM) au www.lenem.ca. Pour consulter nos chroniques «Dans la peau de…», suivez le www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

L'événement en photos

Par Lou Scamble et Eva Lepiz

  • «Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne
  • «Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne
  • «Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne
  • «Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne
  • «Dans la peau de…» Normand Forget, directeur du Nouvel Ensemble Moderne

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début