La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal | Bible urbaine

Sorties_Expositions

La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal

La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal

Perfection, précision, sensations

Publié le 19 septembre 2016 par Marine Morales-Casaroli

Crédit photo : Mathieu Pothier

Depuis le 10 septembre dernier, l’exposition Focus: Perfection, présentant une grande rétrospective du travail de Robert Mapplethorpe, a déposé ses valises au Musée des Beaux-Arts de Montréal. Une première au Canada qui n’avait jusqu’alors jamais accueilli l’œuvre dense, audacieuse et scandaleuse d’un prodige fascinant, disparu prématurément.

Débuts underground dans le New York des années 70

La première partie de l’exposition présente les débuts de Mapplethorpe. Établi depuis quelques années dans le New York underground de la fin des années 60, il amorce sa création par le biais de collages, bricolages, assemblages, qui traduisent déjà d’une certaine fascination pour le mysticisme, l’érotisme, et le subversif.

C’est Patti Smith, sa compagne des débuts, son amie intime, son âme sœur, sa muse, qui, la première, reconnaît son talent et le pousse à la photographie. Très présente, elle occupe dans la seconde pièce une place centrale, au milieu d’une galerie de portraits d’artistes new-yorkais des années 70 et 80. L’artiste, étroitement liée à l’intimité et à la carrière de Mapplethorpe, collabore avec lui pour la quasi-totalité de ses pochettes d’albums (dont, entre autres, la photo mythique de la pochette de Horses).

On croise également les visages en noir et blanc d’Andy Warhol, de Yoko Ono, d’Isabella Rossellini, de Philip Glass, ou encore de Louise Bourgeois. Tous sont sublimés, découpés dans une lumière savamment maîtrisée. La pièce, partagée entre portraits, polaroids, mais aussi vidéos d’archives et extraits musicaux, témoigne de l’ambiance d’un milieu artistique underground et effervescent, dans lequel Mapplethorpe semblait évoluer avec l’aisance d’un dandy.

Affirmation personnelle et artistique, Mapplethorpe s’accomplit et marque son époque

L’atmosphère, relativement légère, fait place à un tout autre contexte lorsqu’on est confronté à la seconde pièce, qui présente trois portfolios nommés X, Y et Z.

X est consacré au sexe masculin, à l’homosexualité et au sadomasochisme. Lui-même impliqué dans ces pratiques, l’artiste ne tend pas à choquer, mais simplement à témoigner d’une expérience qu’il magnifie et présente comme objet artistique. Les clichés sont audacieux, explicites et crus, mais toujours saisis avec une visible obsession de la perfection. Robert Mapplethorpe se disait d’abord attiré par la sculpture, mais la photo lui permettant plus de saisir la magie de l’instant, il préféra ce médium. Cet attrait se ressent dans son travail par la précision avec laquelle les corps, souvent sculpturaux et sublimés, se découpent dans les mises en scène. Le rendu est saisissant et ne laisse pas indifférent.

Les deux portfolios suivants, présentés dans la dernière pièce de l’exposition, sont consacrés à deux autres sujets de prédilection de l’artiste: les fleurs, et les corps afro-américains. Il est passionnant de constater comment, d’un sujet dans lequel il semble personnellement impliqué comme d’une nature morte, Mapplethorpe fait de tout ce qu’il photographie une œuvre avant tout esthétique, dans laquelle il recherche la perfection de la forme.

L’œuvre fascine et l’artiste intrigue; l’exposition ravira les amateurs et séduira les néophytes.

À noter également qu’en marge de la rétrospective consacrée à Mapplethorpe, un espace intitulé Être/Aimer donne voix à des témoignages LGBTQA+, jumelés à des œuvres du musée. Une manière de célébrer la diversité et de faire écho à un combat encore d’actualité.

L'événement en photos

  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal
  • La grande rétrospective Mapplethorpe au Musée des Beaux-Arts de Montréal

Par Mathieu Pothier

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Expositions World-Press-Photo-2016_06-septembre-2016_Mathieu-Pothier-Photographe_24

Le «World Press Photo» 2016 au Marché Bonsecours de Montréal

Expositions critique-le-soleil-noir-de-la-melancolie-musee-des-beaux-arts-montreal-bible-urbaine-06

L’exposition «Le soleil noir de la mélancolie» au Musée des Beaux-Arts de Montréal

Expositions "Alfred Barr Jr.; Philip Johnson on Lake Maggiore April 1933." Left to right: Philip Johnson, Alfred H. Barr, Jr. Margaret Scolari Barr Papers, Scrapbook 1933-1934, MSB and AHB's sabbatical year 1933: incl. Easter. The Museum of Modern Art Archives, New York.

Image licenced to David  Hanks David A Hanks & Associates by David  Hanks
Usage :  - 3000 X 3000 pixels (Letter Size, A4) - Book publishing - Two Languages - World - inside use 
© Digital Image © The Museum of Modern Art/Licensed by SCALA / Art Resource

«Partenaires en design: Alfred H. Barr Jr. et Philip Johnson» au Musée des beaux-arts de Montréal

Vos commentaires

Revenir au début