5 bonnes raisons de découvrir la série «Mr. Robot»... sur-le-champ! | Bible urbaine

Cinéma_

5 bonnes raisons de découvrir la série «Mr. Robot»… sur-le-champ!

5 bonnes raisons de découvrir la série «Mr. Robot»… sur-le-champ!

Un techno-thriller psychologique à saveur révolutionnaire

Publié le 15 novembre 2015 par Alyssia Duval

Crédit photo : USA Network

Si vous avez tendance à tomber éperdument amoureux d’une série télévisée au point d’en rêver la nuit et d’exaspérer vos proches (croyez-moi, je sais de quoi je parle), réjouissez-vous, car j’ai trouvé votre prochaine obsession. Créée par Sam Esmail, Mr. Robot raconte l’histoire d’un jeune hacker antisocial qui, après avoir été recruté par un groupe d’activistes underground, entreprend de ruiner le 1 % en s’attaquant aux plus puissantes corporations du monde.

Bien qu’elle soit à l’origine de la populaire série Suits, on n’aurait jamais cru la chaîne USA Network capable d’arriver à la cheville des sommités que sont HBO (Game of Thrones, True Detective), AMC (Breaking Bad, The Walking Dead) ou encore FX (American Horror Story, Fargo). C’est probablement la raison pour laquelle l’extraordinaire Mr. Robot est passée si loin en dessous du radar lors de sa première diffusion l’été dernier. Heureusement, il n’est jamais trop tard pour s’abandonner au plaisir incommensurable qu’est la découverte d’une nouvelle série de qualité. Sans plus attendre, je vous présente mon plus récent coup de cœur – et la plus belle surprise télévisuelle de 2015 – en cinq bonnes raisons de se l’offrir en rafale!

Mr-Robot-2015-TV-series-USA-Network-Bible-urbaine-Poster

1. Elle est la parfaite succession moderne de «Fight Club»

Sam Esmail ne s’en cache pas, il est un fervent admirateur du cinéaste David Fincher et a voulu infuser Mr. Robot de plusieurs des éléments narratifs et esthétiques qui ont fait de Fight Club (1999) le film culte qu’il est devenu. Ainsi, chacune de ces œuvres présente un personnage solitaire et profondément cynique, les yeux cernés par cette même apathie maladive qui le poussera à s’associer à Project Mayhem d’une part et Fsociety de l’autre, deux organisations similaires menées par un leader charismatique aux idéaux grandioses. Omniprésente, la narration monotone du protagoniste entraîne le spectateur dans sa vision désenchantée d’un monde où, comme dirait Tyler Durden, «les choses que l’on possède finissent par nous posséder».

Mr-Robot-2015-TV-series-USA-Network-Bible-urbaine-4

Nos recommandations:

Critiques de films

«The East» de Zal Batmanglij

Vos commentaires

Revenir au début