Pourquoi certaines féministes ne peuvent apprécier «Wonder Woman»? | Bible urbaine

Cinéma_

Pourquoi certaines féministes ne peuvent apprécier «Wonder Woman»?

Pourquoi certaines féministes ne peuvent apprécier «Wonder Woman»?

Ou pourquoi la question féministe revient toujours?

Publié le 3 juillet 2017 par Justin Charbonneau

Crédit photo : Tous droits réservés

Après Batman et Superman, Wonder Woman est dorénavant le personnage le plus populaire et le plus analysé de DC Comics. Sa popularité a d'abord été consolidée par l'incarnation de Lynda Carter, qui a joué celle-ci à la télévision dans les années 1970. Il est alors étrange qu'une adaptation filmique n'ait émergé que maintenant, en 2017.

Certains prétendent qu’il s’agissait d’un biais sexiste qui empêchait la production d’un film de superhéros ne soit réalisé par une femme, et c’est seulement maintenant, dans notre ère plus «progressiste», que cela est devenu possible. En vérité, le développement de Wonder Woman a commencé il y a plus de 20 ans, en 1996, avant que la tendance actuelle des super-héros et de la politique d’identité ne prenne le contrôle au cinéma. Au cours de la production, l’histoire a traversé différents scénarios et réalisateurs, dont Joss Whedon (The Avengers, Firefly) et Ivan Reitman (Ghostbusters). Il y a même eu des tentatives d’un pilote de télévision. Finalement, une cinéaste féminine a été recherchée, ce qui a entraîné l’embauche de Patty Jenkins.

En critiquant le prétendu patriarcat du film blockbuster, certains affirment que les studios choisissent souvent des réalisateurs masculins avec peu d’expérience plutôt que des personnalités féminines plus qualifiées. Mais cela ne tient pas dans le cas de Wonder Woman, puisque Jenkins n’a dirigé qu’un seul long métrage avant cela: Monster (2003), le biopic à faible budget pour lequel Charlize Theron a gagné un Oscar en tant que la tueuse en série Aileen Wuornos. En surface, le succès modeste de ce petit film dramatique suggère que Jenkins n’est pas «qualifiée» pour piloter un film d’action multimillionnaire, mais ne devrions-nous pas évaluer le travail d’un(e) cinéaste par la qualité de sa filmographie plutôt que la quantité?

Mettant en vedette l’actrice israélienne Gal Gadot dans la peau de notre amazone incroyable, Wonder Woman se déroule dans l’univers DC Extended: un redémarrage établissant que des personnages DC comme Batman et Superman existent tous dans le même cosmos. Les protagonistes apparaissent dans les films de chacun, en promouvant leurs propres longs métrages au grand plaisir des amateurs de superhéros. Il faut d’ailleurs se rappeler que Gadot a fait ses débuts en tant que Wonder Woman dans Batman v Superman l’année dernière.

Alors que les favoris de DC comme Batman et Superman sont basés sur la logique de la science-fiction, Wonder Woman est purement fantastique; son histoire est la cause directe de la mythologie classique. Le pouvoir de son Lasso de vérité et de ses bracelets indestructibles est magique, inexplicable par la pseudoscience. Née la fille de Zeus, elle était littéralement faite d’argile.

Wonder Woman 2

Dans le nouveau film, la mise en scène se distingue par le mélange de cette mythologie hellénique avec une période réaliste plus récente: la Première Guerre mondiale. Lorsque des pilotes alliés perturbent la tranquillité de la maison toute-féminine de Wonder Woman, l’île de Themyscira, l’héroïne surhumaine croit qu’Arès, le dieu de la guerre, est derrière cette Grande Guerre, et elle se rend en Europe avec le soldat américain Steve Trevor (Chris Pine) pour sauver le monde.

C’est sans contredit le meilleur film de DC depuis la trilogie «Dark Knight» de Christopher Nolan. Pourtant, pour de nombreuses féministes, ce n’est malheureusement toujours pas suffisant. Par exemple, le quotidien The Guardian a dénoncé l’absence de la «subversion ascendante du patriarcat». Ce dernier a également critiqué le film pour avoir osé donner à un homme, le personnage de Pine, un arc d’histoire «également» héroïque. Il se plaint notamment que la plupart des scénaristes et producteurs de films sont des hommes. Pourtant, Jenkins a eu la meilleure ouverture de tous les temps au box-office pour une réalisatrice pourtant les observateurs se moquent toujours: «Le plafond de verre est toujours intact».

Il y avait aussi une controverse concernant une projection féminine du film dans un cinéma à Austin, au Texas. Le problème avec cette représentation n’est pas qu’elle discriminait les hommes, comme affirment certains commentaires sur les réseaux sociaux, mais qu’elle propage précisément la culture «Safe Space» qui irrite l’idéal de l’égalité et de l’autonomie des femmes. Le New York Times a cité une des femmes participantes qui disait qu’elle ne voulait pas être entourée du gars typique qui va voir des films geek; une autre a déclaré qu’elle ne voulait pas entendre des hommes émettre des commentaires sur le physique de Gadot. En d’autres termes, elles voulaient être protégées contre d’autres personnes qui apprécient le film. Il y a une certaine ironie pour les femmes qui prétendent avoir besoin de protection contre la vie alors qu’elles assistaient à un film sur une femme puissante réalisé par une femme.

Le cinéma devrait connecter des audiences disparates avec des histoires universelles, sans imposer strictement des divisions. Et à ce niveau, Wonder Woman est un grand succès: beaucoup mieux que certains films de super-héros dominés par des hommes dans les dernières années. C’est tellement dommage que ceux qui insistent pour lire le film à travers un scénario féministe myope et forcé l’apprécieront probablement moins que le reste d’entre nous.

Nos recommandations :

Nos 5 suggestions Netflix Okja-Bong-Joon-Ho-Netflix-2017-Bible-urbaine-Banner

3 bonnes raisons de voir le film «Okja» sur Netflix

Vos commentaires

Revenir au début