Découvrez la bande-annonce d'«À tous ceux qui ne me lisent pas» de Yan Giroux | Bible urbaine

Cinéma_

Découvrez la bande-annonce d’«À tous ceux qui ne me lisent pas» de Yan Giroux

Découvrez la bande-annonce d’«À tous ceux qui ne me lisent pas» de Yan Giroux

Un long métrage inspiré de la vie et de l'œuvre du poète québécois Yves Boisvert

Publié le 21 septembre 2018 par Éric Dumais

Crédit photo : Les Films Christal

Les Films Christal et Les Films Séville, des filiales d’Entertainment One et micro_scope ont lancé, plus tôt aujourd'hui, la bande-annonce du long métrage de fiction À tous ceux qui ne me lisent pas, inspiré librement par la vie et l'oeuvre du poète disparu Yves Boisvert (1950-2012). Le film, qui sera présenté à l'affiche au Québec à compter du 23 novembre prochain, met en vedette Martin Dubreuil, Céline Bonnier, Henri Picard (Les rois mongols), de même que Jacques L'Heureux, Marie-Ève Perron, Martin Larocque, Stéphane Crête et Lily Thibeault.

Co-scénarisé par Guillaume Corbeil et Yan Giroux, cette oeuvre biographique marque, pour le tandem de cinéastes, leur premier long métrage de fiction à vie. Le premier a fait ses premières armées au théâtre et s’est fait connaître principalement pour ses pièces Unité modèle (2016), Tu iras la chercher (2014) et Cinq visages pour Camille Brunelle (2013); le second a laissé sa trace en réalisant Surveillant (2011) et Mi niña mi vida (2013), qui ont tous deux été sélectionnés à Sundance, ainsi que Lost Paradise Lost (2017), qui a été présenté au Festival du nouveau cinéma (FNC).

Yves Boisvert, l’homme qui va devoir s’ouvrir aux autres

Toute sa vie durant, Yves Boisvert a traîné sa valise chez qui voulait bien l’accueillir pour se consacrer corps et âme à sa passion, la poésie. Aussi charmeur que confrontant, il débarque en coup de vent dans la vie de Dyane et de son fils Marc, un adolescent studieux qui accueille d’un mauvais oeil le nouvel arrivant et qui se passerait bien de cet étranger dans le lit de sa mère.

Mais l’esprit rebelle du poète montréalais est contagieux, pour cette dernière, et pousse Marc à sortir de ses retranchements alors qu’Yves, de son côté, s’enlise dans un quotidien qui ne lui convient plus tellement. Il va tenter de tout changer dans un dernier grand coup d’éclat avant de réaliser que, seul au bout du monde, ses mots ne veulent plus rien dire…

À tous ceux qui ne me lisent pas, c’est le récit de la quête d’absolu d’un homme qui va devoir s’ouvrir aux autres pour ne pas finir oublié entre deux livres de cuisine. Comme il se plaît si bien à le dire lui-même à un moment dans le film, «j’aime mieux mourir debout que mourir à genoux».

Rappelons qu’Yves Boisvert a été couronné de plusieurs prix de son vivant, dont le Prix du Gouverneur général en 1992, pour son recueil La balance du vent, et le prix Félix-Antoine-Savard pour l’ensemble de son oeuvre en 2003.

Ci-dessous, on vous présente un poème que vous entendrez certainement en visionnant la bande-annonce. On souhaitait vous présenter un extrait pour que vous puissiez vous imprégner de ses mots et voir, de vos yeux vus, tout la beauté qui se dégage de la plume d’Yves Boisvert, à l’instar d’un jardinier qui s’émerveille devant la palettes de variétés et de couleurs de son aménagement paysager

«D’aussi loin que mémoire soudaine

Les pas du coeur sont comptés

La jeunesse en cendre, la voilà

À présent, je viens à vous. Aimez-moi

Voyez les traces aux semelles. C’est tout ce qui reste

Ne soyez pas étonnés, la foudre rejoint partout ceux qu’elle aime

Épargnant aux autres tels malheurs ou certaines vérités…»

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début