«Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders | Bible urbaine

Cinéma_Général

«Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders

«Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders

Une oeuvre unique et dure à classifier!

Publié le 5 novembre 2019 par Mathilde Renaud

Crédit photo : Image provenant de l'oeuvre «Paris, Texas», réalisé par Wim Wenders

En 1984, Wim Wenders réalisait Paris, Texas. Connu à l’époque pour ses productions documentaires et sa trilogie sur le road movie, le cinéaste a réussi à se tailler une place digne de ce nom grâce à ce titre qu’il souhaitait faire sur l’Amérique. Au Festival de Cannes, il repart avec la célèbre Palme d’or et une reconnaissance critique fort chaleureuse. Trente-cinq ans plus tard, l’œuvre figure toujours parmi les films les plus influents de son époque. Zoom sur un classique porté par un regard allemand, qui fait partie des meilleures œuvres tournées en sol américain.

Un homme (Harry Dean Stanton), nommé Travis Henderson, erre dans le vaste territoire texan jusqu’à en perdre connaissance. Le secouriste ayant trouvé Travis appelle l’unique numéro qui se trouve sur le téléphone de ce dernier. Il s’agit de celui de son frère Walt (Dean Stockwell), qui possède la garde de l’enfant de Travis, puisqu’il n’avait plus aucun contact avec eux depuis quatre années. La mère du petit, Jane (Nastassja Kinski), a quant à elle disparu…

Walt accepte de le rejoindre, d’en prendre la charge et de le ramener chez lui. Travis revoit son jeune garçon, Hunter, qui se souvient à peine de lui. Après quelques jours passés ensemble, Travis et Hunter décident de partir à la recherche de l’ex-conjointe de Travis, la mère du petit.

Travis: un protagoniste à déchiffrer

Au premier abord, ce synopsis ne semble pas si simple à assimiler, car le personnage de Travis est assez particulier en soi, il faut l’avouer. C’est cependant à travers cette complexité que se retrouvent toutes les grandes qualités de l’œuvre.

La mise en scène a été réfléchie de sorte qu’elle donne des indices aux spectateurs à des moments bien précis. Pour leur part, les détails et les personnages se décodent notamment grâce au jeu des subtilités, que ce soit dans la gestuelle des acteurs, au niveau des regards, ou même au niveau des décors (par exemple, l’endroit où travaille la mère de Hunter).

Le personnage de Travis, magnifiquement interprété par Stanton, l’un de ses rares rôles principaux, est très timide, et son histoire reste assez nébuleuse au demeurant. Le protagoniste donne la sensation d’être froid et impassible, notamment parce qu’il reste muet lors des premières minutes.

Mais les spectateurs finissent par comprendre quelle est sa quête réelle au cours du récit. Ce n’est qu’avec l’avancée progressive de la trame narrative que l’on réussit pleinement à comprendre l’enjeu, et c’est cet élément qui rend ce film si agréable à regarder (et si facile à apprécier!)

Une richesse visuelle et narrative qui donne lieu à de multiples interprétations

Paris, Texas, pour de nombreux critiques, a longtemps été un road movie. Wenders avait d’ailleurs exploré longuement cette voie, en Allemagne, avec sa trilogie sur les road movies (comprenant Alice in the Cities, The Wrong Move et Kings of the Road). Pour Paris, Texas, ce sont les grands espaces qui ont motivé son choix de tourner son quatrième road movie aux États-Unis.

Mais certains critiques se sont avancés en mentionnant que Paris, Texas pourrait aussi être un western (il y a là matière à débat, puisque, pour certains, c’est tout le contraire!) Tandis que d’autres ont insinué qu’il s’agissait plutôt d’une tragédie familiale… Le genre auquel cette production appartient est libre d’interprétation et d’argumentation (surtout que les frontières entre les genres cinématographiques sont extrêmement poreuses).

Il n’en demeure pas moins que plusieurs cinéphiles ont conclu que cette œuvre mélangeait de nombreux genres (en prenant l’esthétique du western et du road movie, tout en mettant de l’avant un récit dramatique).

Ils soutiennent également que le résultat est unique, inclassable et surtout émouvant.

Un réalisateur allemand vs une œuvre tournée aux États-Unis

Trois années avant de réaliser son célèbre Les ailes du désir, la réputation du cinéaste Wim Wenders était déjà encensée par la critique et le peuple allemand. Le tournage de Paris, Texas n’a tout de même pas été facile, car il n’avait obtenu que très peu de budget.

Mais ce n’était pas la première fois que Wenders se retrouvait en sol américain pour la réalisation de l’un de ses films. En effet, il avait dirigé, quelques années plus tôt, le tournage d’Hammett (1982).

Certains disent, encore aujourd’hui, qu’un réalisateur allemand a réussi l’exploit de réaliser l’un des films les plus poignants sur les États-Unis, en 1984.

Le résultat final avec son film Paris, Texas lui aura valu une reconnaissance prestigieuse: la Palme d’or au prestigieux Festival de Cannes! Pour le jeune réalisateur qu’il était, il s’agissait d’un premier trophée réputé. Et il s’agissait, surtout, de la réalisation d’une œuvre marquante, où Wenders assume pleinement son style visuel coloré, qui a laissé sa trace dans l’Histoire du septième art.

Pour consulter nos précédentes chroniques «Zoom sur un classique» et ainsi avoir votre dose bihebdomadaire de septième art, suivez le www.labibleurbaine.com/Zoom-sur-un-classique.

«Paris, Texas» en images

Par Images tirées du film «Paris, Texas»

  • «Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders
  • «Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders
  • «Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders
    Harry Dean Stanton © 1984 Reverse Angle Library GmbH
  • «Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders
  • «Zoom sur un classique»: Paris, Texas, le road movie (western) de Wim Wenders

Vos commentaires

Revenir au début