5 suggestions de romans noirs pour frissonner de plaisir durant les vacances des fêtes | Bible urbaine

Littérature_Polars et romans policiers

5 suggestions de romans noirs pour frissonner de plaisir durant les vacances des fêtes

5 suggestions de romans noirs pour frissonner de plaisir durant les vacances des fêtes

À la recherche de sensations fortes?

Publié le 14 décembre 2018 par Éric Dumais

Crédit photo : Tous droits réservés

Je ne sais pas pour vous, mais moi, dès l’âge de 13 ans, un déclic s’est fait dans ma tête alors que je me rendais à la bibliothèque de mon quartier. Je me souviens, comme si c’était hier, de ce fameux étalage rotatif où les romans d’Agatha Christie et de Stephen King me faisaient de l’œil, comme pour me mettre à l’épreuve... Qu’à cela ne tienne, j’ai mis de côté les Chair de poule et Frissons que je dévorais religieusement pour monter d’un cran mon besoin en épouvante et en adrénaline. Les années ont passé et, à 35 ans maintenant, je suis plus fan que jamais de littérature policière, de thrillers et de polars. Et 2018 m’a réservé de bien belles surprises!

«Le couple d’à côté» de Shari Lapena (Pocket)

Il a suffi d’un coup d’œil au quatrième de couverture pour que je sois vendu à l’idée: un couple, Anne et Marco, se rend chez ses voisins, Graham et Cynthia, le couple d’à côté, pour un souper d’anniversaire. Ils décident, de leur propre chef, de laisser leur jeune fille de 6 mois, Cora, dans son berceau. De toute manière, ils ont prévu d’emmener le babyphone et de jeter un œil sur le poupon toutes les trente minutes… tout va bien aller. Mais à leur retour chez eux, Cora a été kidnappée et les parents vivront possiblement la nuit la plus difficile de leur vie…

Auteure d’origine canadienne, Shari Lapena, ex-avocate et professeure d’anglais, livre ici un premier thriller à glacer le sang. Là où elle excelle dans son art, c’est dans l’alternance des voix narratives, façon Paula Hawkins (La fille du train), manœuvre stylistique qui lui permet de multiplier les voix au chapitre du suspense. Son écriture en elle-même – un style austère, détaché, impitoyable – avec des dialogues ciselés au rasoir, nous permet d’entrer à titre de témoin-voyeur dans un quotidien parti en vrille où un monde de soupçons repose sur les épaules de chacun… même les parents!

Extrait: «Anne sent son hurlement résonner à l’intérieur de sa tête et à l’extérieur, rebondissant contre les murs – il est partout à la fois. Puis elle se tait et reste plantée, rigide, devant le berceau vide, une main plaquée sur la bouche. Marco cherche l’interrupteur à tâtons, le trouve. Tous deux contemplent fixement le petit lit dans lequel devrait reposer leur fille. C’est impossible qu’elle n’y soit pas. Impossible que Cora en soit descendue toute seule. Elle a tout juste six mois.»

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début