5 suggestions de romans qui feront battre votre cœur avec intensité cet automne | Bible urbaine

Littérature_Général

5 suggestions de romans qui feront battre votre cœur avec intensité cet automne

5 suggestions de romans qui feront battre votre cœur avec intensité cet automne

L’amour… pour le meilleur ou pour le pire

Publié le 2 octobre 2019 par Éric Dumais

Crédit photo : Tous droits réservés

Ah, l’automne! À l’extérieur, l’air se rafraîchit, les feuilles tombent du sommet des arbres pour colorer le décor urbain, et c'est maintenant le temps où jamais de changer notre garde-robe pour le confort de vêtements moelleux et chauds. Pourquoi ne pas profiter de cette chute de température pour vous prélasser confortablement à la maison, un thé fumant à la main et un bon livre pour vous tenir compagnie? Voici 5 suggestions de romans de fiction qui feront battre votre cœur avec intensité cet automne. Et rassurez-vous: comme le disait Henri de Toulouse-Lautrec, «l’automne est le printemps de l’hiver»!

«Délicieuse» de Marie Neuser – Fleuve – 475 pages

«Je suis la veuve, l’inconsolée, mais la souveraine incontestée de toutes les grandeurs de ta vie», confie avec un trémolo dans la voix Martha à son ex-mari Raph, qui l’a quittée pour une autre femme après vingt ans de mariage. Elle, habituellement si forte, s’attendait à tout encaisser, sauf ces paroles qui furent la goutte de trop: «Je suis amoureux d’une autre femme».

Anéantie, dépitée, attristée, Martha suppliera l’homme de sa vie de rester près d’elle, mais rien n’y fera: il tournera la page à leur vie commune avec Alex, leur jeune garçon de 8 ans.

Décidément, ce qui m’a le plus happé dans cette lecture, c’est la grandiloquence des mots de Marie Neuser, qui réussit à mettre une image sur des émotions en apparence trouble. C’est qu’à l’instar de Baudelaire, elle sait peindre du beau là où il n’y a que du laid.

Jamais l’histoire d’une femme esseulée, prête à tout pour reconquérir son prince charmant, jusqu’à faire du mal, s’il le faut, n’aura été racontée avec autant de poésie. Ayez toutefois le cœur bien accroché!

«Deux sœurs» de David Foenkinos – Gallimard – 173 pages

«La tristesse vient de la solitude du cœur» disait Montesquieu. Et il n’aurait pas pu décrire mieux le tourment intérieur de Mathilde, qui apprend du jour au lendemain que son copain Étienne la quitte pour toujours.

Cette professeure de lycée parisien, fidèle élève de Gustave Flaubert, voit sa vie s’écrouler tel un château de cartes. «Je vais quitter l’appartement» furent les seuls mots qu’Étienne réussit à articuler en ce jour fatidique où leurs âmes se séparèrent. Vidée de son eau-de-vie, Mathilde se fane comme une fleur négligée.

Dans une tentative désespérée de la rescaper d’une chute mortelle, sa sœur Agathe, de bon cœur, l’invitera à venir s’installer chez elle le temps qu’elle reprenne ses forces. Sauf que des sentiments malvenus teinteront d’une noirceur opaque la personnalité de Mathilde…

Le sens du rythme, voilà la plus grande qualité de Foenkinos. Il sait battre la mesure avec juste le bon tempo pour nous rendre encore plus sensibles à la situation désespérée de son personnage. Vraiment, j’ai dévoré chacune des lignes et notes de bas de page de cette fiction vibrante de réalisme. Pour les fans d’Amélie Nothomb.

«Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil» d’Haruki Murakami – Belfond – 260 pages

«Tu es un être incomplet». Voilà comment se sent Hajime, un fils unique qui croit que, dans le monde où il vit, «il était communément admis que les enfants uniques étaient gâtés, faibles et terriblement capricieux». À l’école primaire japonaise, il y en avait peu comme lui, à l’exception près de Shimamoto-San, une enfant unique, belle comme un cœur, qui devint vite sa meilleure amie, sa confidente, l’élue de son cœur.

Une fois au lycée, leurs rencontres s’estompèrent jusqu’à s’interrompre complètement, et l’enfant fragile de naguère devint plus assuré, plus conscient de son désir sexuel. Son cœur s’est ouvert à d’autres filles, mais il ne les trouvait toutefois pas particulièrement jolies. Pas autant que son premier amour.

Les années ont passé, Hajime a acquis des clubs de jazz florissants, et un beau jour, Shimamoto-San s’assoit à l’un de ses bars de Tokyo, comme une divinité descendue de son nuage, chamboulant l’esprit, l’âme et le cœur de son ami d’enfance.

Je vous le dis en toute objectivité: jamais Murakami n’a réussi à mieux dépeindre le désir électrique qui unit deux êtres de chair. Frissons d’intensité garantis.

«Mrs. Fletcher ou les tribulations d’une MILF» de Tom Perrotta – Fleuve – 387 pages

Si vous connaissez la série télé The Leftovers sur HBO, vous êtes probablement déjà familier avec l’univers de Tom Perrotta, qui dépeint ici avec intelligence et une fine pointe d’humour et d’ironie l’identité sexuelle dans l’Amérique d’aujourd’hui.

Blaise Pascal disait vrai, «l’amour n’a point d’âge; il est toujours naissant», et c’est là une maxime qui décrit bien l’état d’esprit d’Eve Fletcher. À 46 ans, cette mère monoparentale d’un fils, Brendan, va bien malgré elle devenir une «mère sexuellement très attirante» (MILF).

Sa progéniture partie à la fac, Eve, mère poule, ressent au fond d’elle-même ce sentiment alourdissant, celui de tourner en rond avec elle-même. Après avoir reçu un texto sexuellement explicite d’un pur inconnu, c’est comme si, l’horreur du moment estompée, elle avait senti naître en elle un désir innommable.

Elle explorera les dessous de la pornographie, comme assoiffée, révélant sa face cachée sous les traits d’Ursula, sa version sexy. Portrait d’une femme mûre qui tente à tout prix de rallumer un désir enfoui comme un trésor, cette Eve des temps modernes se révèle attachante sous ses airs d’adolescente naïve.

La force de Perrotta, ce n’est pas celle de créer du rebondissement, mais plutôt d’avoir su imaginer un microcosme tourné vers la même destinée, celle de trouver l’amour, le vrai, le bon.

«Ghost in Love» de Marc Levy – Éditions Robert Laffont 346 pages

Thomas, pianiste de concert, s’apprête à jouer à la légendaire Salle Pleyel à Paris quand un personnage surprise s’invite dans l’histoire: le fantôme de son père! Et si ce dernier est de retour – temporairement – sur terre, c’est qu’il a un service «très spécial» à lui demander: il souhaiterait que son fils vole ses propres cendres pour les mélanger à celle de sa maîtresse qu’il a toujours aimée et qui, tiens donc, n’est pas la mère de Thomas!

Pour ce faire, notre musicien virtuose doit partir le plus rapidement possible à San Francisco. Ce voyage imprévu va l’amener à faire une rencontre bouleversante avec une jeune femme, qu’il n’imagine pas une seule seconde… être la fille de la défunte maîtresse de son père!

Entre roman d’amour et histoire fantastique, Marc Levy prend ici un risque en mélangeant des genres littéraires de façon surprenante. On aime le côté léger et l’écriture fluide et agréable de l’auteur, on apprécie un peu moins certains aspects trop prévisibles, comme le fait que les enfants des deux fantômes et amants «illégitimes»… tombent eux-mêmes amoureux l’un de l’autre. Oups!

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début