«André Fortin - L’homme qui brillait comme une comète» de Philippe Meilleur | Bible urbaine

Littérature_Biographies

«André Fortin – L’homme qui brillait comme une comète» de Philippe Meilleur

«André Fortin – L’homme qui brillait comme une comète» de Philippe Meilleur

Découvrir André Fortin, l’homme

Publié le 31 janvier 2014 par Laurence Lebel

Crédit photo : VLB Éditeur

Cela fera bientôt 14 ans qu’André «Dédé» Fortin est décédé dans son appartement de la rue Rachel à Montréal. De l’eau a coulé sous les ponts depuis. Les fans ont pleuré, mais continuent de se souvenir de cet homme, cet emblème du Québec et porte-étendard d’une jeunesse désireuse de faire de la province un pays libre. Philippe Meilleur fait partie de cette génération et il a tenté le grand coup en s’immisçant dans l’univers de Dédé Fortin. Il nous offre ici sa première biographie.

L’histoire est connue de tous. Dédé Fortin s’est enlevé la vie le 8 mai 2000 dans son petit appartement montréalais. L’évènement a jeté une véritable onde de choc dans le paysage musical ainsi qu’auprès de ses admirateurs, amis et famille.

Des bribes de l’histoire de Dédé Fortin ont d’abord été racontées par Jean Barde, puis par le gérant du groupe Les Colocs, Raymond Paquin. L’histoire a été imaginée par Jean-Philippe Duval et jouée par Sébastien Ricard pour le film Dédé à travers les brumes. Cependant, on ne connaissait pas tous les petits détails de la vie de Dédé, ceux qui font la différence et qui permettent de comprendre un peu mieux le pourquoi du comment.

Il va de soi que Philippe Meilleur démontre un immense respect envers l’artiste avec cette nouvelle biographie. Aucun élément n’est à saveur sensationnaliste et le lecteur peut entrer dans l’univers du chanteur sans toutefois avoir ce goût amer en bouche que procure le voyeurisme.

Le livre commence durant l’enfance d’André Fortin alors qu’il se faisait appeler «Tetou» par sa bande d’amis de son village du Lac St-Jean. On découvre avec lui les aléas de la vie, les bonheurs et les peines, mais surtout les peines. Très jeune, on dénote un côté extrêmement sensible et impulsif à André, trait de caractère qui le suivra toute sa vie, malgré ses efforts répétés de vouloir suivre un autre chemin.

Cette première biographie de Philippe Meilleur est somme toute bien écrite, malgré quelques lacunes au niveau du vocabulaire et de la syntaxe de quelques phrases. Si on se laisse emporter par les écrits, on bute parfois sur des phrases un peu enfantines qui ne sont pas nécessaires ou même des formulations boiteuses telles que celle-ci: «Ils risquaient de souffrir à se tourner ainsi autour comme la Lune autour de la Terre, sans pouvoir se rapprocher ni se toucher», ou «Gisèle avait préparé une bonne soupe aux légumes, accompagnée de biscuits soda. De la nourriture vraiment réconfortante.»

Plusieurs personnalités ont aussi participé à l’élaboration et à la construction de ce livre. Il est fascinant de lire des propos signés par des jeunes Alain Brunet, Sylvain Cormier et Nicolas Tittley. Grâce à eux, on plonge directement dans les premiers balbutiements du chanteur et de son groupe. Philippe Meilleur est allé au bout de sa recherche en ayant en entrevue des gens qui ont gravité directement autour d’André Fortin tels que Mara Tremblay, son gérant Raymond Paquin, sa relationniste Lise Raymond, le chanteur Marc Déry ainsi qu’Élage Diouf.

À travers les pages du livre, toutes les facettes de Dédé Fortin, le chanteur, mais aussi l’homme, sont mises à jour. Le passage portant sur son séjour à l’hôpital psychiatrique, à la suite d’une rupture amoureuse est saisissant, et nous projette l’image d’un homme meurtri par ses démons intérieurs qui grondent plus que jamais.

Cette première biographie complète d’André Fortin est une mine d’or pour les admirateurs, mais aussi pour ceux qui désirent découvrir André Fortin, l’homme. Philippe Meilleur met en lumière les hauts et les bas de cet homme qui aura marqué plus d’une génération au Québec. Un livre à mettre entre toutes les mains, que vous aimiez Les Colocs ou non.

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début