«Dans la peau de...» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s'en va croquer le monde | Bible urbaine

Littérature_Beaux livres

«Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde

«Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde

Le goût de la bougeotte et du dépassement de soi

Publié le 8 novembre 2019 par Mathilde Recly

Crédit photo : Julia Marois

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui a dirigé le collectif derrière le livre Elles ont conquis le monde en solo: 10 récits inspirants de voyageuses, récemment paru aux Éditions de l’Homme.

Ariane, à ce jour, tu as déjà visité 75 pays! D’où est née ta piqûre pour le voyage et quel a été ton parcours en lien avec cette passion?

«En 1998, je partais m’installer quelque temps au village de Chinique, au Guatemala, afin de travailler bénévolement dans les jardins de plantes médicinales. À l’occasion, j’accompagnais aussi les médecins de l’Organisme Medicos delcalzos (médecins aux pieds nus), qui enseignaient aux mères de famille comment traiter de petites maladies avec les plantes. J’ai dès lors bien attrapé la piqûre du voyage!»

«J’ai poursuivi avec la réalisation de mon stage de fin d’études en tourisme en mettant sur pied la promotion de ruines archéologiques près de Lima, ainsi qu’auprès des enfants de la rue en Amazonie au Pérou.»

«Toute ma vie, encore aujourd’hui, tourne autour du voyage. J’ai participé à plusieurs projets de coopération internationale (j’en discute justement dans le livre Elles ont conquis le monde en solo), souvent travaillé dans l’industrie du tourisme à l’étranger, étudié en tourisme et en enseignement de celui-ci, et j’en ai fait mes nombreuses carrières. Pour moi, voyager me dégourdit le moral et est l’un des meilleurs apprentissages.»

Et alors, dans quel contexte as-tu décidé de prendre ta plume pour partager tes aventures et tes expériences de globe-trotter?

«Si ma mémoire est bonne, je rêve de publier mes récits de voyage au moins depuis mon périple en solo en terre sacrée indienne, autour de 2004-2005. L’idée a pris différentes directions, toujours aussi intéressantes, jusqu’au jour où je me souviens avoir ressenti la certitude lorsque je faisais partie de l’équipage sur des voiliers en Asie, en 2013, les yeux dans l’eau, que je souhaitais avant tout écrire et partager un collectif avec d’autres femmes aventurières.»

«C’est ce projet précis qui m’allumait au plus haut point, et cet espoir qui m’a fait avancer. Les autres projets de livre qui ont suivi ont été aussi des plus déterminants.»

«Mon premier voyage au long cours en Inde, qui se voulait un cadeau suite à une dépression pour laquelle je ne semblais pas trop mal me remettre, a sans aucun doute changé ma façon de percevoir la vie et encore plus d’avoir partagé ces moments complices avec les jeunes adolescentes tibétaines du Monastère.»Elles ont conquis le monde en solo

Récemment, tu as dirigé un collectif afin de publier le livre Elles ont conquis le monde en solo: 10 récits inspirants de voyageuses aux Éditions de l’Homme. Peux-tu nous parler du déroulement et de l’organisation de ce projet?

«Malgré le fait que le projet me trottait dans la tête depuis longtemps et que j’étais même en discussion avec d’autres éditeurs à ce sujet, la démarche a réellement débuté pendant l’été 2018, avec la recherche d’auteures inspirantes (certaines signant leur premier récit dans Elles ont conquis le monde en solo).»

«La photographe Marie France L’Ecuyer et la comédienne Sophie Bourgeois se sont jointes au projet à la toute fin, au printemps 2019, pour le plus grand bénéfice du livre (je ne les avais pas encore rencontrées en personne avant le Get Together que j’organisais le 8 octobre, où l’on a aussi tourné une vidéo promotionnelle).»

«Ce fut assez déchirant de devoir choisir entre toutes ces merveilleuses voyageuses en solo qui avaient tant à raconter. Mais le but était de rejoindre le plus possible de gens en offrant des récits où les lecteurs de tous les âges, profils, goûts et intérêts pourraient se reconnaître. On aime pouvoir s’identifier à l’auteur lorsque l’on s’immerge dans la lecture d’un bouquin. Et le choix s’est aussi fait par l’expertise et surtout l’enthousiasme des auteurs à joindre le projet.»

Et à quoi doit s’attendre le lecteur qui parcourra les témoignages de ces dix aventurières, alors?

«Ce collectif hors du commun livre ici certaines de nos expériences qui ont changé notre vie: des récits de voyage remplis d’émotions, de réflexions, d’astuces et d’anecdotes cocasses. Nous nous sommes armées de ce courage qui déplace des montagnes et avons vaincu nos appréhensions devant l’inconnu.»

«Je suis partie en quête spirituelle en Inde; Véronique a entrepris un road-trip gourmand sur la côte américaine, tandis que Marie-Ève a découvert le Costa Rica, bébé au dos. Nathalie n’a pu quant à elle résister aux charmes de l’Argentine, caméra à l’épaule; Anne, à ceux du Grand Nord et Rachel à ceux de l’Amérique latine. L’Afrique de l’Ouest est passé sous l’objectif de Marie France, et Sophie a fait des rencontres significatives en Indonésie. Anick-Marie est partie d’Istanbul sur le pouce et Sarah-Émilie est partie vivre à Londres…»

«Alors, chacune de leur côté, elles sont parties sur un coup de tête ou après avoir longuement planifié leur itinéraire; elles ont voyagé sac au dos, sur le pouce, en voiture, à pied et en train.»

«On vous dévoile ce que le voyage en solitaire représente pour nous, ce qui nous a amené à partir, nos craintes avant le départ, nos trucs et nos références sur la préparation avant le grand départ en solo. On vous raconte comment nous avons rassuré nos proches, ainsi que nos appréhensions du retour.»

«C’est un recueil qui donne assurément le goût de la bougeotte — accessible à toutes globe-trotteuses, de tous âges et tous styles, et même aux moins téméraires — et stimule le dépassement de soi.»

Si tu avais carte blanche, quels prochains projets un peu fous aimerais-tu organiser en lien ou non avec le voyage?

«En plus de continuer à écrire des livres, je rêve depuis longtemps de participer à la réalisation d’une série de documentaires en tant que recherchiste, et peut-être même d’être animatrice, mettant sur la sellette certaines réalités que vivent les femmes dans le monde.» Ce n’est pas les idées de thématiques qui manquent! Je suis présentement en discussion avec des femmes d’expertise extraordinaires. À suivre!»

«Je participerai aussi à la première édition du Trek Rose Trip au Sénégal avec Sarah-Émilie Nault et Véronique Leduc, après notre expérience des plus enrichissantes pour la 1re édition du Trek Rose Trip au Maroc en 2018, où 300 femmes marchaient dans le désert pour la cause du cancer du sein et du soutien aux femmes monoparentales aidées par l’Association Enfants du Désert.»

«La randonnée, la plongée sous-marine et la voile prennent aussi une place importante dans ma vie. Je pense maintenant participer à une course à la voile à saveur féminine avec Marie France L’Ecuyer et Sophie Bourgeois.»

Pour découvrir nos précédentes chroniques «Dans la peau de…», visitez le www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

*Cet article a été produit en collaboration avec les Éditions de l’Homme.

«Elles ont conquis le monde en solo» en images

Par Courtoisie

  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde
  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde
  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde
    DCIM103GOPROGOPR5078.
  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde
  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde
  • «Dans la peau de…» Ariane Arpin-Delorme, voyageuse intrépide qui s’en va croquer le monde

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début