«Deux garçons et un secret», un livre jeunesse d'Andrée Poulin et de Marie Lafrance | Bible urbaine

Littérature_

«Deux garçons et un secret», un livre jeunesse d’Andrée Poulin et de Marie Lafrance

«Deux garçons et un secret», un livre jeunesse d’Andrée Poulin et de Marie Lafrance

Un beau mariage entre la douceur et la réflexion

Publié le 11 juin 2016 par Marie-Michèle Martel

Crédit photo : Les Éditions de la Bagnole

Au cours du développement d'un enfant, certaines étapes semblent plus difficiles que d'autres. On pense rapidement au sexe, mais on peut aussi penser à des gestes plus communs comme aller sur le pot. Dans tous les cas, les livres sont des alliés durant ces périodes plus épineuses. Nombre de livres et d'albums sont mis à la disposition des parents pour faciliter la discussion avec leurs enfants de tous âges. Avec Deux garçons et un secret, Andrée Poulin et Marie Lafrance abordent un sujet si peu abordé en littérature jeunesse: le mariage entre conjoints de même sexe. Un bel album pour ouvrir la discussion, et surtout pour choisir les mots justes lorsqu'il sera le temps d'en parler.

Alors qu’il joue au parc, Émile trouve une bague dans le carré de sable. Il pense immédiatement à son meilleur ami Mathis avec qui il partage tout. Il a alors la plus meilleure idée: se marier avec Mathis. Tous leurs amis participent à la cérémonie, mais à la maison, c’est autre chose. Les parents d’Émile ne semblent pas emballés par «sa plus meilleure idée».

Deux garçons et un secret aborde le sujet du mariage entre des conjoints de même sexe à partir de personnages qui sont des enfants. Il s’agit là d’une manière intéressante d’aborder ce sujet lorsque les enfants peuvent s’identifier aux différents personnages. Il est possible d’amorcer une discussion intéressante avec ses enfants. En plus de discuter du mariage entre conjoints de même sexe, le livre permet d’aborder le parallèle entre la relation de meilleur ami et la relation de conjoint. De quoi alimenter les conversations avec votre enfant!

D’un autre côté, il permet aussi aux parents de se questionner. Et s’ils étaient confrontés à une situation semblable, comment réagiraient-ils? Seraient-ils davantage comme les parents d’Émile ou comme ceux de Mathis? Et comme rien n’est totalement blanc ou totalement noir, seraient-ils dans la zone grise? Seraient-ils à la hauteur de ce qu’ils aimeraient être pour leurs enfants, c’est-à-dire un modèle d’ouverture?

Le texte d’Andrée Poulin est doux et sans détour. Comme les enfants, les personnages disent leurs véritables pensées, et ce, sans chercher à tourner autour du pot. L’auteure montre ainsi la simplicité des relations entre les enfants, mais surtout l’absence de filtres lorsqu’est venu le temps de dire ce que l’on pense. En plus d’être franches et sans préjugés, les discussions peuvent parfois contenir des propos blessants. C’est notamment le cas de ceux des parents d’Émile. Respectant les critères de l’album pour enfant, à savoir des textes courts sur deux pages, le texte varie tout de même les formes allant de la narration aux dialogues. De plus, l’auteure a pris le soin de choisir des mots qui parlent aux enfants, comme la fameuse formulation «plus meilleure».

Pour accompagner le texte d’Andrée Poulin, Marie Lafrance propose des illustrations qui soutiennent le caractère doux du texte. En fait, l’univers de l’illustratrice nous oblige à lire lentement le texte et à observer l’action qui se déroule à chaque page. Il faut noter le choix des couleurs peu commun pour un album pour enfants. Au lieu d’y aller avec des couleurs éclatantes, on y trouve des teintes neutres d’orange et de bleu principalement. Ce choix crée une ambiance où les personnages se ressemblent et appartiennent à un même monde. Personne n’est si différent. Et surtout, il n’y a pas de distinction évidente entre les sexes, pas de rose ou de mauve pour les filles, par exemple. Enfin, les visages doux et simples des personnages permettent aux enfants de s’y identifier facilement.

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Les commentaires sont fermés.

Revenir au début