«La petite anecdote de…»: Mélanie Michaud à l'entour de son livre «Burgundy» | Bible urbaine

Littérature_

«La petite anecdote de…»: Mélanie Michaud à l’entour de son livre «Burgundy»

«La petite anecdote de…»: Mélanie Michaud à l’entour de son livre «Burgundy»

L'autrice nous partage un souvenir d'adolescence!

Publié le 14 septembre 2020 par Vincent Gauthier

Crédit photo : Chantale Lecours

Chaque semaine, Bible urbaine demande à des artistes de tous horizons de raconter une anecdote ludique, touchante ou simplement évocatrice sur un thème inspiré par son œuvre. Cette fois, c’est au tour de Mélanie Michaud de se prêter au jeu, une autrice qu’on a récemment découvert avec son premier roman Burgundy paru aux Éditions La Mèche, une autofiction un peu crève-cœur qu’on vient tout juste de dévorer.

Le Bal

«C’était pas vrai que j’allais, comme 80% des filles, vêtir une robe de couleur marine.

Nenon. 

Je suis arrivée avec une robe rose fushia qui shinait de partout.

Je ne suis pas juste arrivée en robe. 

Nada. 

C’était pas vrai que j’allais, comme 80% des jeunes, débarquer en limousine. 

Que nenni. 

Je me suis pavané en Harley. La grosse Harley Davidson custom, straight pipe, chromée, avec une peinture qui fitte avec les tattoos de mon père (qui conduisait fièrement). Faque oui: entrée remarquée.

Surtout que j’étais également accompagnée de deux cavaliers. Pas zéro. Pas un. Deux. (Ouin, c’est pas que j’étais belle ou d’quoi, seulement mon chum de l’époque était trop indécis à assister au bal. J’ai pas pris de chance: j’ai invité un ami cute. Les deux sont venus.)

Mon amant aussi était là et plus beau que mes deux cavaliers. 

C’était cool.

On a pris des photos avec nos Kodaks jetables. En masse, peut-être trop.

On a bu des drinks colorés trop sucrés. En masse, peut-être trop.

On a dansé du brake dance et des slows. En masse, peut-être trop.

On a fait des promesses d’amitié qu’on a jamais tenues. Peut-être trop.

Après, juste avant le cégep, j’en ai eu assez, j’pense. J’ai débordé.

J’ai crissé le chum là. 

L’amant est décédé d’un accident de moto.

J’ai choké le théâtre de St-Hyacinthe.

J’ai quitté la Rive-Sud pour ne plus y revenir. Ou comme on dit: pour de bon.

Le bal et tout ça sont devenus des souvenirs qui sentent le parfum Calvin Klein.»

Si vous avez aimez cette anecdote colorée de Mélanie Michaud, vous allez sans aucun doute adoré son premier roman, disponible en librairie un peu partout au Québec. Vous pouvez aussi vous le procurer ici.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début