Le polar «Mr Mercedes» de Stephen King | Bible urbaine

Littérature_Polars et romans policiers

«Mr Mercedes» du maître de l’horreur Stephen King

«Mr Mercedes» du maître de l’horreur Stephen King

Incursion dans l’univers du polar

Publié le 18 avril 2015 par Éric Dumais

Crédit photo : Albin Michel et www.facebook.com/OfficialStephenKing

Pour sa première réelle incursion dans l’univers du polar, l’écrivain américain Stephen King s’en tire sans égratignures, lui qui avait déjà expérimenté maintes fois l’écriture d’un suspense bien dosé, avec ses histoires se racontant à un rythme d’enfer telles que Cujo, Misery et La peau sur les os. Avec Mr Mercedes, King renoue avec sa plume frénétique pour offrir à ses lecteurs un polar qui se dévore d’une traite, avec une fin ouverte qui laisse présager une suite.

La sombre récession d’avril 2009 aux États-Unis a certes marqué le quotidien de nombreux travailleurs de Lowtown qui se sont retrouvés, du jour au lendemain et sans grande surprise, sur le chômage. Or, une lueur d’espoir pointe à l’horizon puisqu’une foire de l’emploi promet à nombre d’entre eux de retrouver une vie normale, des conditions correctes, bref un nouvel emploi à la hauteur de leurs attentes. Ainsi, à l’aube, quelques centaines de curieux attendent en file, curriculum vitae à la main, dans l’attente fatidique. Or, à une intersection, le conducteur d’une Mercedes SA SL500 12 cylindres fait rugir son moteur, avant d’écraser le champignon et de foncer tout droit sur les chômeurs, carnage ayant fait 8 morts et plusieurs blessés, dont Janice Gray, une femme monoparentale, qui avait son bébé dans les bras. Le cauchemar commence…

Voilà qu’au lendemain de cette sordide affaire, l’inspecteur retraité Bill Hodges reçoit une lettre d’environ 7 pages, signée le Tueur à la Mercedes, dans laquelle le ton sarcastique et ironique du présumé coupable ne laisse aucun doute: c’est bien le malade qui a fait un véritable massacre et il semble déterminé à l’idée que ce soit Hodges lui-même qui l’attrape! En peine, caressant l’idée depuis un moment de s’enlever la vie avec son Smith & Wesson MP calibre .38, l’ex-enquêteur va retrouver cette flamme qui alimentait sa soif de justice jadis et mener sa petite enquête, de son côté. Discret, toutefois, Mr Mercedes va communiquer uniquement avec Hodges par l’intermédiaire du réseau social Sous le parapluie bleu de Debbie, où il va envoyer quelques menaces, histoire de rabrouer l’homme de justice.

Review-book-Mr-Mercedes-Stephen-King-Bible-urbaine

Hodges réussira-t-il à attraper le Tueur à la Mercedes? Y aura-t-il d’autres victimes qui périront sous les roues du Mercedes?

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations :

Polars et romans policiers Critique-Joyland-Stephen-King-Editions-Albin-Michel-Bible-urbaine

«Joyland» de Stephen King

Polars et romans policiers Critique-roman-review-Stephen-King-22-11-63-Albin-Michel-Bible-urbaine

«22/11/63» de Stephen King

Polars et romans policiers «Zone B» de Marie Hermanson: un thriller avare en coups de théâtre (image)

«Zone B» de Marie Hermanson

Vos commentaires

Revenir au début