Le polar «Mr Mercedes» de Stephen King | Bible urbaine

Littérature_Polars et romans policiers

«Mr Mercedes» du maître de l’horreur Stephen King

«Mr Mercedes» du maître de l’horreur Stephen King

Incursion dans l’univers du polar

Publié le 18 avril 2015 par Éric Dumais

Crédit photo : Albin Michel et www.facebook.com/OfficialStephenKing

L’auteur de 67 ans n’a pas perdu sa verve, celle qui lui a permis de devenir, au fil des ans et des parutions, le maître de l’horreur de la littérature américaine. Ces dernières années, King semble définitivement plus intéressé par les histoires réalistes, c’est-à-dire ces intrigues qui pourraient fort bien avoir lieu dans notre quotidien parfois détraqué, et c’est pourquoi le roman Mr Mercedes donne autant la chair de poule au lecteur. La particularité de ce polar, c’est que l’auteur s’inspire de la littérature policière asiatique, car on connaît dès les premières pages l’identité du tueur, et cette complicité avec son lecteur lui permet de jouer sur un autre versant, tout aussi intéressant celui-là. Ainsi, plutôt que de concentrer toute son attention à distiller des indices ici et là, comme Agatha Christie l’a fait toute sa vie durant, King innove et nous convie plutôt à jouer le jeu du «Hey l’inspecteur! Quand m’arrêteras-tu?»

Avec quelques clins d’œil à ses œuvres antérieures, le masque de clown du Tueur à la Mercedes, qui rappelle Ça, ou cette Mercedes SA SL500 12 cylindres qui s’avère une version moderne de la Plymouth Fury 1958 de Christine, Stephen King s’amuse, et ça paraît. Et, même si l’auteur et le lecteur connaissent déjà l’assassin, cela n’empêche pas King de ponctuer son histoire d’allusions comme s’il désirait se jouer de son protagoniste Hodges, qui lui n’est pas complice, mais bien en train de se creuser les génies à faire la lumière sur cette sordide affaire. Et la preuve de cet humour subtil: ne trouvez-vous pas que le nom de famille Hodges ressemble drôlement à Holmes, ce cher Sherlock créé par Sir Arthur Conan Doyle?

Après l’excellente brique 22/11/63, le décevant Docteur Sleep (suite de The Shining) et le tranquille Joyland, Mr Mercedes fait montre d’un Stephen King plus en forme que jamais. Est-ce que cette rumeur qui parle d’une trilogie en devenir s’annoncera vraie? Pour notre plus grand plaisir: il semble que oui.

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations :

Polars et romans policiers Critique-Joyland-Stephen-King-Editions-Albin-Michel-Bible-urbaine

«Joyland» de Stephen King

Polars et romans policiers Critique-roman-review-Stephen-King-22-11-63-Albin-Michel-Bible-urbaine

«22/11/63» de Stephen King

Polars et romans policiers «Zone B» de Marie Hermanson: un thriller avare en coups de théâtre (image)

«Zone B» de Marie Hermanson

Vos commentaires

Revenir au début