Rétrospective des 10 livres québécois emblématiques de 2017 | Bible urbaine

Littérature_

Rétrospective des 10 livres québécois emblématiques de 2017

Rétrospective des 10 livres québécois emblématiques de 2017

Pour voir l’année littéraire sous un nouveau jour

Publié le 1 janvier 2018 par Elise Lagacé

Crédit photo : Tous droits réservés

En ce 1er janvier, voici un dernier regard en arrière sur une superbe année littéraire. Chez Bible urbaine, nous avons décidé de vous offrir le top 10 des titres québécois emblématiques de cette année 2017. Ce n’est certainement pas parce qu’il ne s’est pas publié de bons livres, bien au contraire; nous connaissons présentement des années littéraires fastes en termes de qualité et l'idée de faire un top qualitatif devient rapidement un exercice déchirant. C’est pour voir l’année littéraire sous un nouveau jour que nous vous proposons une sélection thématique en phase avec les tendances qui ont traversé les douze derniers mois.

Dictionnaire du sexisme linguistique_Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

10. #féminisme
Le dictionnaire critique du sexisme linguistique, sous la direction de Michaël Lessard et Suzanne Zaccour, Somme toute

Il s’en est passé de belles choses aux éditions Somme toute en 2017 et en voici une. Dirigé par Michael Lessard, avocat et animateur de la baladodiffusion Avenir d’idées, et par Suzanne Zaccour, également avocate ainsi que chercheuse sur le féminisme, ce collectif nous fait voir la langue française sous un tout autre jour. Alors que nous avons connu une année très fortement teintée par les débats centrés sur le féminisme, il nous paraissait naturel de mettre en lumière cet ouvrage essentiel, surtout lorsqu’il s’agit de penser le féminisme et d’en renouveler la réflexion.

Rozmaring-top-10-de-2017

9. #moiaussi
Rozmaring, Eva Böröscz, Hurtubise

On pourrait dire de Rozmaring qu’il est arrivé là ou on ne l’attendait pas, sans conteste le plus bel ovni littéraire de cette année. Cette immigrée hongroise nous avait offert l’autobiographique Très chère mère, en  2012, et nous avait fait voyager des camps de concentration au Québec des années 1950. Paru cet automne, le hasard a voulu que Rozmaring arrive en plein milieu de la vague #moiaussi et nous dépeigne un village où les habitants, hommes comme femmes, subissent les assauts du temps et de l’histoire. Les femmes, quant à elle, ne sont pas moins épargnées qu’aujourd’hui et trouveront un autre exutoire que le dénonciateur #moiaussi dans une scène puissante vers la fin du roman. Définitivement l’un des meilleurs romans de l’année, même s’il est un peu passé sous le radar (malheureusement).

Une-histoire-de-Montreal-top-10-de-2017

8. #375MTL
Une histoire de Montréal, Paul-André Linteau, Boréal

2017 fut aussi l’année du 375e anniversaire de la Ville de Montréal et quoi de mieux que l’ouvrage fouillé de Paul-André Linteau pour souligner l’évènement. Le spécialiste incontesté de l’histoire de la métropole québécoise a concocté un ouvrage aussi complet qu’accessible qui nous fait vivre l’histoire de Montréal comme un roman d’aventures. À 350 pages, on peut dire qu’il réussit le pari de la concision sans pourtant rien laisser de côté. Alors que le long métrage Hochelaga, Terre des Âmes de François Girard devrait sortir le 19 janvier 2018, la lecture de cet ouvrage sera d’autant plus pertinente.

Le peuple rieur_Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

7. #PremièresNations
Le peuple rieur, hommage à mes amis innus, serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque

Grande année pour le fait autochtone et belle année pour Serge Bouchard également (Prix littéraire du Gouverneur général 2017 pour Les yeux tristes de mon camion). Nous aurions pu vous parler de l’exceptionnel second roman de Naomi Fontaine, Manikanetish, (Mémoire d’encrier) ou de l’essai Le piège de la liberté de Denys Delâge et Jean-Philippe Warren (Boréal), ou encore du poignant Soeurs volées d’Emmanuelle Walter (Lux Éditeur), mais nous avons choisi cet ouvrage de Serge Bouchard pour représenter l’année 2017 sous l’éclairage amérindien. Pourquoi? Parce qu’il n’est pas nouveau pour l’ethnologue Serge Bouchard de s’intéresser à nos compatriotes autochtones et que Le peuple rieur retrace les premiers pas de cette passion et illustre comment l’écrivain est allé à sa rencontre. Le chercheur est ainsi un passionné d’amérindianité avant la lettre et c’est avec sa comparse des Remarquables oubliés, Marie-Christine Lévesque, qu’il signe cet ouvrage qui rejoint l’excellent Récits de Mathieu Mestokosho, chasseur innu.

Dépareillés_Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

6. #solidarité
Dépareillés, Marie-Francine Hébert, Geneviève Després, de la Bagnole

Alors que le harcèlement continue de faire des ravages socialement et qu’il faut en parler à nos enfants de plus en plus tôt, cet album brillant, qui mêle avec simplicité philosophie et poésie, a su illustrer comment la solidarité pouvait s’imposer comme un remède fabuleux aux maux douloureux de la cour d’école. Sans victimisation, sans aplaventrisme, cette histoire surprend et amuse tout en offrant le plus beau des happy endings. Un petit bijou.

Illustration: Ailleurs

5. #migrants
Nouvelles d’ici, d’ailleurs et de là-bas, Marie-Célie Agnant, Pleine lune

Marie-Célie Agnant est l’une de nos plus grandes poétesses. Également romancière, l’écrivaine, originaire d’Haïti, est parmi nous depuis 1970 et nous a offert quelques romans et des recueils en prose comme en poésie. Ce recueil parait alors qu’elle a gagné le prix Alain-Grandbois un peu plus tôt cet automne pour le recueil de poésie Femmes des terres brûlées paru l’an dernier. Nouvelles d’ici, d’ailleurs et de là-bas nous offre six nouvelles poignantes qui nous renvoient à la mouvance et à la migration. Une plume fulgurante, une auteure à découvrir absolument et un excellent livre pour le faire.

Derapages Poetiques_Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

4. #fakeNews
Dérapages poétiques, volume 1, Anonyme, Atelier 10

Politiquement parlant, nous venons de connaître une année extraordinairement absurde et c’est là où les Dérapages poétiques nous auront offert le commentaire politique le plus pertinent toute l’année durant. La page Facebook n’aurait pu choisir un meilleur moment pour se faire objet, et c’est avec joie que nous avons pu faire la file devant le tandem anonyme déguisé en lapins lors du Salon du livre de Montréal. Un concept puissant, un remède salutaire à notre impuissance.

Lettres-quebecoises-top-10-de-2017

3. #renouveau
Lettres québécoises

Impossible de parler de l’année littéraire québécoise sans parler de la renaissance de la revue Lettres québécoises. Menée par une nouvelle équipe, sans pour autant se disloquer de l’ancienne, la revue est revenue en force et a fait la preuve que le genre pouvait effectivement se renouveler. Aussi attrayante visuellement qu’elle est stimulante éditorialement parlant, elle s’avère aussi un jouissif pied de nez au numérique et nous a fait crier «Longue vie au papier»!

Le dernier qui sort..._Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

2.#ouverture
Le dernier qui sort éteint la lumière, Simon Boulerice, Québec Amérique

La littérature jeunesse connait de bien belles heures et ce roman aussi cru que touchant de Simon Boulerice en fait la démonstration éloquente. Couteau suisse artistique (il fait tout) et auteur prolifique, Boulerice n’a pas la langue dans sa poche et ose s’en donner à coeur joie dans ce qui est trop souvent tabou. C’est en ce sens que l’écrivain est particulièrement salutaire au monde de la littérature jeunesse, avec ce franc-parler teinté de sensibilité et empreint de respect. Dans Le dernier qui sort éteint la lumière, il aborde de manière frontale l’homoparentalité avec la fougue qu’on lui connaît.

La bête creuse_Top 10 littérature québécoise 2017_La bible urbaine

1.#classique
La bête creuse, Christophe Bernard, Le Quartanier

La bête creuse est tombé en fin d’année littéraire comme un foudroyant coup de tonnerre. Déjà, 2017 avait donné de grandes et belles oeuvres, mais ici on parle de classique instantané, de ce genre de création qui frôle l’état de grâce. C’est parce que ce roman symbolise tout ce qui se passe de beau dans notre littérature actuellement que nous avons choisi de le placer dans la position de la cerise sur le sundae et souhaiter à tout ce beau monde une belle et heureuse année littéraire 2018!

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début