«Dans la tête d'une entrepreneure - Mes débuts en affaires» de Kim Auclair | Bible urbaine

Littérature_

«Dans la tête d’une entrepreneure – Mes débuts en affaires» de Kim Auclair

«Dans la tête d’une entrepreneure – Mes débuts en affaires» de Kim Auclair

Un récit inspirant mais trop distant

Publié le 12 juin 2017 par Audrey Neveu

Crédit photo : Véronique Gévry et Myriam Thibeault

L'entrepreneure Kim Auclair, qui s'est fait connaître comme fondatrice de la communauté MacQuébec, nous offre une incursion dans son esprit avec son premier livre, Dans la tête d'une entrepreneure: Mes débuts en affaires, publié aux Éditions Propulse. Une incursion intéressante qui manque pourtant de mordant.

Atteinte de surdité sévère ou profonde aux deux oreilles, Kim Auclair a dû relever des défis importants dès son enfance. Pour réussir à l’école ou simplement suivre une conversation entre plusieurs personnes, elle y a mis du sien et a développé son côté entrepreneurial inné, notamment grâce à ses parents, alors qu’elle grandissait à Québec.

À 18 ans seulement, elle lance sa première entreprise de services de design graphique et de création de sites web. En 2005, elle fonde MacQuébec, puis Niviti, un espace de travail pour entrepreneurs situé à Beauport, qui vise à briser leur isolement et à les propulser vers de nouveaux horizons. Très connue pour sa présence sur le web, Kim Auclair se spécialise maintenant dans la rédaction de contenu qui développe les habiletés des entrepreneurs. Elle donne également plusieurs conférences par année, une réussite importante pour elle.

Ce parcours impressionnant a été le fruit de la persévérance, de la détermination et de la débrouillardise de l’entrepreneure, qui n’a jamais hésité à faire appel aux sages conseils de mentors. Elle n’hésite d’ailleurs pas à décrire les leçons que lui ont apportées différentes épreuves dans sa vie, comme sa surdité, mais aussi ses échecs entrepreneuriaux dus à une association trop rapide avec des partenaires qu’elle connaissait mal.

Crédit photo : Myriam Thibeault, photographe

Besoin de mordant

Nul doute que ça a dû lui demander beaucoup d’efforts pour en arriver là malgré un handicap et son jeune âge. Dans la tête d’une entrepreneure a tout pour interpeller et inspirer sur papier, mais le problème est qu’on ne ressent pas ce que l’auteure a vécu tout au long de son parcours, les joies, les difficultés, les échecs. C’est écrit de manière étrangement distanciée.

L’auteure récite sa vie plutôt qu’elle la raconte. Non pas qu’elle ne dit pas comment elle se sentait durant différents moments de sa vie, au contraire, mais on ressent une distance. On dirait qu’elle raconte ses durs moments par euphémismes à des étrangers.

Pourtant, ce livre est écrit sous forme de conversation entre amis. En lisant un livre qui se proclame aller «dans la tête» de Kim Auclair, on veut vivre les émotions aussi intensément qu’elle les a ressenties. Ça manque et c’est dommage, car on voudrait s’y plonger.

On voudrait aussi qu’elle explicite ses aventures. Par exemple, on voudrait qu’elle raconte sa fameuse mésaventure avec son hébergement Airbnb lors d’un voyage en 2016, plutôt que de seulement nous référer à sa page Facebook où elle l’a décrite la première fois (p. 173). On veut le lire tout de suite.

De plus, l’auteure écrit à tous les quelques paragraphes une phrase ou un bout de phrase en majuscules, pour souligner un message important. C’est agaçant, surtout lorsqu’il y en a quatre en une page et demie. Pourquoi pas des intertitres pour mieux séparer le texte? Les majuscules sont mieux utilisées avec parcimonie…

Malgré ces irritants, le livre se lit bien et sera certainement inspirant pour quiconque souhaite se lancer en affaires. L’humilité dont Auclair fait preuve est admirable et donne un livre qui n’a pas la prétention d’être une série de révélations sur la vie et les affaires. Kim Auclair promet qu’il ne s’agit que du premier opus de la série «Dans la tête d’une entrepreneure».

On ne doute pas qu’elle connaîtra d’autres beaux succès, mais si nouveau livre il y a, on veut cette fois vivre ses aventures avec elle à 100%.

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début