10 clips musicaux qui ont marqué la carrière prolifique de Rammstein | Bible urbaine

Musique_

10 clips musicaux qui ont marqué la carrière prolifique de Rammstein

10 clips musicaux qui ont marqué la carrière prolifique de Rammstein

Après des années de controverses, le groupe continue à choquer

Publié le 5 mars 2020 par Douâe Ayach

Crédit photo : www.facebook.com/Rammstein

Il y a quelques semaines, Rammstein faisait le bonheur de ses admirateurs montréalais en annonçant les dates de sa tournée nord-américaine. D’autant plus que la formation allemande a choisi notre chère métropole pour bien casser la glace avec leur premier concert! Le chanteur Till Lindemann, les guitaristes Richard Z. Kruspe et Paul Landers, le bassiste Oliver Riedel, le batteur Christoph «Doom» Schneider et le claviériste Christian «Flake» Lorenz seront au parc Jean-Drapeau le 20 août 2020 pour nous livrer un spectacle extrêmement attendu qui promet d’être à la hauteur de leur réputation.

À cette occasion, et comme il vous faut attendre encore quelques mois avant le jour J, nous avons voulu vous faire voyager à travers la discographie de Rammstein pour vous faire découvrir ou redécouvrir 10 vidéoclips qui ont marqué la carrière du groupe. Alors, attachez votre ceinture, car ça promet d’être un sacré voyage chargé en émotions.

«Seemann» • Herzeleid • 1995

Cette chanson est une ballade envoûtante qui nous offre pour la première fois un autre aperçu de la musicalité du groupe allemand.

Cette fois, Rammstein mise sur l’alliage de deux antagonistes, mélodie douce et riffs puissants, pour nous servir un style romantique sombre qui ne laisse pas indifférent. Issue de son premier album Herzeleid, dans les bacs en 1995, elle dévoile la plénitude de leur style de musique que la presse appellera le Neue Deutsche Härte.

Le clip, aux allures monochromatiques, diffusé en 1996, plante le décor d’un monde industriel qui s’effondre sur une scène post-apocalyptique. Les musiciens, dans un dernier effort, essaient d’y échapper en tirant un bateau coincé dans des vagues de sable asséchées. Ils proposent à une demoiselle en détresse de s’enfuir avec eux à bord de leur embarcation qui, paradoxalement, restera immobile. On devine par la suite que la belle mystérieuse ne rejoindra pas leur projet, qui ne prendra d’ailleurs jamais l’eau!

«Engel» Sehnsucht • 1997

Premier single du second album Sehnsucht, c’est aussi la première collaboration musicale de Rammstein. Sur cette chanson, on peut en effet y entendre la douce voix féminine de Christiane Hebolda.

Au commencement, la mélodie sifflée nous transporte presque instantanément dans l’univers de Twisted Nerve. Dans ce film, un air innocent, composé par Bernard Herrmann, est sifflé par un dangereux psychopathe. Petit air qui sera repris par Quentin Tarantino et rendu célèbre dans son chef-d’œuvre Kill Bill.

Ce n’est pas la seule référence que le groupe fera aux grands classiques du cinéma. Dans le clip, on se retrouve plongé dans une scène inspirée du film From Dusk Till Dawn, où la sulfureuse Salma Hayek se déhanche accompagnée d’un énorme serpent sur la scène d’un bar.

La vidéo nous expose une réalité fragmentée que vit le claviériste Flake. Au début du clip, on retrouve les membres du groupe en costards-cravates s’accompagnant de guitares acoustiques. Une version sans controverse, sans vagues et à vrai dire… sans Rammstein! Néanmoins, Flake finira par se réveiller, au grand plaisir des fans, qui retrouvent le groupe avec leurs costumes authentiques et leurs effets pyrotechniques.

Il est tout de même intéressant de préciser que ce clip a été tourné dans le fameux Club BDSM de Hambourg Prinzenbar!

«Du Hast» Sehnsucht • 1997

Deuxième single de l’album Sehnsucht, c’est la chanson qui a révélé le groupe au monde entier. Elle sera ensuite intégrée dans la BO du film Matrix et dans la liste des chansons de Guitar Hero 5 et Rock Band 3 et 4. Sehnsucht deviendra le premier album entièrement chanté en allemand et certifié disque platine aux États-Unis.

Dans ce clip, on retrouve encore plusieurs références aux classiques du septième art. D’abord, l’explosion de la voiture visionnée à l’envers semble sortir tout droit du film Lost Highway de David Lynch. Ensuite, les musiciens qui se tiennent debout dans un hangar, vêtus de costumes sombres, nous rappellent beaucoup les personnages du film Reservoir Dogs.

Rammstein a réussi, avec ce clip, à exprimer subtilement la relation qui lie les membres du groupe. Leur alliance est plus importante que toutes les relations romantiques qu’ils connaîtront durant leur vie. Amour, trahison, crime et explosion, ce sont ici des ingrédients de qualité pour un vidéoclip made in Rammstein.

«Links 2 3 4» • Mutter 2001

Nous sommes au début du XXIe siècle, et Rammstein connaît de plus en plus de controverses. Comme ils ont été accusés de fascisme et de nazisme, notamment après la diffusion du clip «Stripped», leur relation avec la presse ne fera que se dégrader… Le groupe réalise petit à petit que l’art et la politique sont souvent extrêmement liés. Ce lien est d’autant plus intense lorsque l’on propose son art à un pays qui n’a pas complètement digéré sa lourde histoire.

Dans une tentative de mettre fin à ces accusations, Rammstein écrit cette chanson de son troisième album Mutter dont les paroles indiquent mot pour mot que leurs cœurs battent à gauche, référence au spectre politique.

C’est donc tout naturel que le clip soit truffé de références militaires et politiques. Dans la vidéo, on voit une communauté de fourmis, représentant des nazis, se faire attaquer par des scarabées. Après une longue bataille, ils finiront par désintégrer les intrus. Les fourmis ne s’arrêteront pas là et migreront un peu plus loin de leur colonie pour consommer un bras humain!

Rammstein prend ici sa petite vengeance sur les films de propagande nazis où les Juifs étaient comparés à des insectes.

«Ich Will» • Mutter 2001

Chanson tirée de leur troisième album Mutter, sorti en 2001, son clip est en fait une satire de la presse à sensation avec laquelle le groupe a toujours eu des relations plutôt tumultueuses. Les tensions sont tellement fortes que Till Lindemann a même pris la décision de couper court à tout rapport avec les journalistes.

Le clip s’ouvre sur une cérémonie de remise de prix à l’effigie de criminels qui sortent de prison spécialement pour cette occasion. On comprend par la suite que les criminels en question ont braqué une banque et assassiné plusieurs innocents. Les journalistes présents sur les lieux de la tragédie n’hésitent pas à médiatiser les malfrats ainsi que leurs vidéos de manipulation de masse. Ceci leur donnera une notoriété sans précédent qui leur vaudra de nombreux admirateurs prêts à tout pour leurs idoles. Les criminels finiront tout de même par être interceptés et jugés, mais le mal est déjà fait. Couronnés par leur succès médiatique, ils se feront remettre un prix sous les acclamations d’un public déchaîné.

Cette illustration de la chanson «Ich Will» nous fait réfléchir sur l’importance du choix des personnalités auxquelles les médias attribuent parfois trop de temps de parole.

«Sonne» • Mutter 2001

C’est le premier clip diffusé par le groupe suite à la sortie de son album Mutter. Il a été extrêmement attendu par ses fans qui ne seront pas déçus du résultat.

Rammstein nous démontre encore une fois sa force de créativité et présente ici une version revisitée de l’univers du conte allemand Blanche-Neige et les sept nains. Le groupe réussit haut la main le défi de transformer un conte de fées en une véritable étude socio-économique aromatisée d’une pincée de syndrome de Stockholm.

Outre l’évolution technique et graphique que présente ce vidéoclip, il a aussi cette capacité de transformer les paroles de la chanson (qui évoquait originellement un boxeur) en leur octroyant un poids d’une autre dimension qui donne la chair de poule.

On y présente les dangers de la dépendance aux substances illicites et les risques qu’elle représente dans le milieu familial. On peut très vite associer Blanche-Neige à une mère toxicomane, et les «six nains» à ses enfants qui, pourtant mal traités, persistent à essayer de rendre leur mère heureuse et satisfaite. Malheureusement, ce type de conte de fées est toujours d’actualité.

«Mutter» • Mutter 2001

Pièce chargée d’émotions fortes ayant donné son nom à l’album, «Mutter» reste l’une des chansons les plus poignantes de la discographie de Rammstein. Ses paroles ont été directement puisées dans l’enfance complexe de certains membres du groupe, dont le chanteur, Till.

Visuellement, le clip est triste et morbide, et transmet toute la charge émotive des paroles de la chanson. Ce vidéoclip est aussi unique, car pour la première fois, on y voit qu’un seul membre du groupe, le chanteur Till. Ce détail a d’ailleurs failli signer la fin de Rammstein à jamais…

Après une tournée de trois mois en Amérique, plusieurs membres du groupe refusent de se remettre au travail et préfèrent prendre quelques vacances, ce qui forcera Till à tourner seul le clip. L’unicité et la démocratie qui faisaient la force de Rammstein sont perdues, et les discussions autour du tournage tourneront au vinaigre, achevant presque de séparer le groupe.

Néanmoins, Till Lindemann se donnera corps et âme pour le tournage du clip et incarnera sublimement son personnage. Et heureusement pour nous, Rammstein a su surpasser ses difficultés pour continuer à nous en envoyer plein la gueule!

«Ohne Dich» • Reise, Reise 2004

Troisième single de l’album Reise, Reise, cette douce ballade nous reconnecte avec le style romantique du groupe et méritera un vidéoclip aussi émouvant que la chanson en elle-même.

La vidéo suit le périple de six alpinistes qui sont confrontés à des conditions météorologiques déplorables lors de leur ascension. Un de leur camarade, Till, fait une chute presque fatale quelques mètres plus bas. Le reste du groupe redescend le retrouver et ne tarde pas à se rendre à l’évidence que la fin de leur ami est proche et inévitable… Après une nuit de repos, ils tentent à nouveau leur ascension, transportant leur camarade agonisant sur les épaules. Ils arrivent finalement, non sans mal, à atteindre le sommet où ils déposent leur ami qui rend son dernier souffle quelques instants plus tard.

Quel bel hommage à la relation qui perdure entre les membres du groupe! Malgré toutes les difficultés qu’ils ont traversées, ces derniers refusent de laisser l’un d’eux derrière. D’ailleurs, un jour, ils ont déclaré que si l’un des membres venait à quitter le groupe, ce serait la fin de Rammstein. Une amitié et une alliance tellement fortes qu’on les envie presque.

«Benzin» • Rosenrot 2005

Premier single de l’album Rosenrot, sorti en octobre 2005, cette chanson a souvent été jouée en live en raison de son évocation de l’élément de feu, principal partenaire du groupe sur scène.

Le vidéoclip montre des pompiers un peu rouillés qui sont appelés pour une urgence et qui, pendant leur intervention, feront beaucoup plus de mal que de bien. D’ailleurs, ils ne serviront pas à grand-chose, car on ne voit aucun feu, que de la fumée!

Finalement, on se rend compte qu’un homme, Flake, est entrain de tenter de se suicider en se jetant du haut d’un immeuble. Les pompiers se précipitent pour tendre une bâche afin de le sauver, mais celle-ci se déchire avant même que l’homme ne saute.

Une vidéo ironique et comique intégrant des animations 3D qui servent très bien ce but. Un clip qui a tout de même pris trois jours et une nuit à être filmé!

Avant de dévoiler la toute dernière vidéo, faisons une brève parenthèse pour notre mention d’honneur, qui revient au clip de la chanson «Pussy» de l’album Liebe Ist Für Alle Da, sorti en octobre 2009. Cet album a été extrêmement controversé, au point d’être censuré en Allemagne. En effet, il faut avoir plus de 18 ans pour se procurer cet album au contenu très explicite.

Même si cette chanson est une critique de la banalisation du sexe et du tourisme sexuel, le groupe a préféré encore une fois surfer sur la vague de la controverse, qui lui a plutôt bien servi jusque là. Aujourd’hui, ce clip ne peut être visionné en intégralité et sans censure que sur certains sites accessibles aux 18 ans et plus.

Après cet album, on attendra 10 ans avant que Rammstein n’entre en studio et nous revienne avec un dernier chef d’œuvre. Un album homonyme sorti en mai 2019 et qui est déjà en train de battre des records. C’est donc tout naturel que nous ayons choisi ce clip pour marquer notre dixième sélection!

«Deutschland» • Album N° 7 2019

Ce clip, d’une durée précise de 9 minutes et 22 secondes, a déjà été visionné près de 100 millions de fois! Cinématographiquement parlant, c’est une vraie œuvre d’art d’une beauté exquise, mais c’est aussi une véritable œuvre historique. Rammstein nous y fait somptueusement voyager à travers l’histoire de son pays et de ses dérives, accompagné de Germania, symbole fort du peuple allemand.

Depuis l’époque médiévale et jusqu’à la séparation du pays en deux, en passant par le Troisième Reich, les camps de concentration et l’Holocauste, ce vidéoclip nous dévoile sans ménagement tous ces évènements, les liant subtilement d’un fil de laser rouge. L’utilisation de la Shoah pour des fins artistiques sera extrêmement reprochée au groupe, qui ne semble plus prêter attention aux accusations.

La chanson se termine au moment où l’on aperçoit Germania dans un cercueil en verre gravitant autour de notre planète Terre. Et juste au moment où l’on saisit la référence au personnage de Blanche-Neige dans la chanson «Sonne», une sublime version au piano démarre alors pour clôturer le clip. On adore!

Et voilà, notre voyage se termine ici! Mais si vous êtes amateur de sensations fortes, c’est tout ce que promet le prochain concert de Rammstein. Alors, c’est un rendez-vous le 20 août 2020 au parc Jean-Drapeau pour secouer votre corps, votre tête et vos cheveux sur les riffs intenses de notre groupe allemand préféré.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début