«Les albums sacrés»: le 20e anniversaire de «The Brown Album» de Primus | Bible urbaine

Musique_

«Les albums sacrés»: le 20e anniversaire de «The Brown Album» de Primus

«Les albums sacrés»: le 20e anniversaire de «The Brown Album» de Primus

Choses étranges et musique délirante

Publié le 28 septembre 2017 par Isabelle Lareau

Crédit photo : Interscope

Après un premier album live en 1990 (Suck On This) et un deuxième album, cette fois studio, la même année (Frizzle Fry), le trio fait paraître le fantastique Sailing the Seas of Cheese (1991), qui cimente leur réputation de musiciens talentueux à l’imaginaire complètement tordu mais accessible. Cette offrande a pavé la voie à plusieurs excellents opus, dont The Brown Album.

On pourrait philosopher un peu et avancer que Primus est moins excentrique mais plus fluide que Frank Zappa… Leur style est unique, le jeu de basse est incroyable, leurs paroles sont, bien sûr, absurdes, mais il y a toujours un fil conducteur. Nous n’avons jamais l’impression que leurs chansons découlent uniquement d’une improvisation non encadrée ou fortuite. Pourquoi nommer ce cinquième disque ainsi? Le chanteur a expliqué au journaliste Greg Heller que «cet enregistrement est une réussite pour le groupe, alors il nécessitait un titre pour marquer le coup. Les Beatles ont leur White Album (1968) et Metallica a son Black Album (1991); maintenant Primus a son Brown Album

Le guitariste Larry LaLonde a fait partie de quelques formations métal avant de joindre Primus. Cela explique probablement le degré de précision de son jeu, sa facilité d’emboîter le pas de Claypool. Il n’a pas quitté le groupe depuis. Par contre, le batteur a déserté pendant un moment ses acolytes. Pourtant, ce n’est pas par manque de talent: on peut l’entendre au sein de différents bands de haut calibre tels que Puscifer et A Perfect Circle. Mais la relation était, à cette époque, fracturée. Rien d’irrémédiable comme le prouve le passé. Il fut remplacé par Bryan Mantia; c’est lui que l’on entend sur The Brown Album. En fait, le chanteur et bassiste est le membre original depuis les débuts, en 1984.

Sonorités funk ou métal?

On accorde beaucoup de crédit à Les Claypool, car il est un excellent bassiste avec un esthétisme bizarroïde, mélodieux et vaudevillesque, tout en offrant un son solide et très étoffé. Il joue de façon très funk, influencé en partie par Red Hot Chili Peppers et Sly & the Family Stone. Cependant, leur musique est pesante sans être lourde, bien qu’elle tire ses racines du hard rock, le groupe estimant Metallica et Black Sabbath. Leur humour déjanté et leurs personnalités absurdes ont certainement profité de musiciens comme Tom Waits et, bien sûr, Frank Zappa. Il y a aussi les intemporels, Rush et les Beatles, qui ont marqué l’esprit de Claypool. Par ailleurs, le bassiste ne possède pas une voix extraordinaire. Au contraire, elle est très nasillarde, mais elle contribue au côté loufoque de la formation.

Pour ces raisons, entre autres, on leur colle l’étiquette de funk metal, une appellation que le bassiste rejette. Il a peut-être raison. Leur son a un certain rythme, mais celui-ci est plus lent que celui du métal à l’instar de Slayer. Le jeu de guitare n’est pas aussi pointu, et la batterie est présente, sans pour autant être un martèlement continu et agressif. Néanmoins, la basse est définitivement funk.

South Park et notoriété?

En 2015, j’ai eu la chance d’interviewer le batteur, tandis que Marc-André Mongrain de Sors-tu.ca a eu l’occasion de s’entretenir avec le chanteur. Je vous parle de cette anecdote, car celle-ci m’avait fait sourire à l’époque. Marc-André et moi, individuellement et sans avoir discuté, voulions savoir si le fait d’avoir conçu la chanson thème du célèbre et controversé dessin animé avait eu une influence sur la notoriété du groupe. Tim Alexander semblait à peine se souvenir de la chanson et a indiqué que la portée de cette pièce était de moindre importance, et que les fans de Primus ne l’évoquaient que rarement. En fait, la réponse n’était pas très intéressante et je l’ai supprimée de l’article (il faut dire que ce morceau a été créé alors que le batteur ne faisait plus partie du groupe – temporairement -, peut-être que ma question manquait de délicatesse…)

Les CLaypool, pour sa part, a offert une réponse complètement différente et beaucoup plus enthousiaste: « Il y a certaines personnes en ce monde dont je vénère l’opinion, et lorsqu’on parvient à faire sourire ces gens-là, c’est le plus gros kick au monde. (…) Même chose avec Matt (Stone) et Trey (Parker) de South Park. (…) Ces relations-là comptent plus pour moi que n’importe quel succès commercial.»

D’ailleurs, je suis (agréablement) surprise de constater que le groupe a eu une présence très enviable dans les années 90, alors que le hard rock, le grunge et le punk trônaient en tête des palmarès. Leur son est une alternative au contre-courant de l’époque. Primus lancera un nouvel album le 29 septembre, The Desaturating Seven.

Vous procurerez-vous cet opus ce vendredi?

Surveillez la prochaine chronique «Les albums sacrés» le 13 octobre 2017. Consultez toutes nos chroniques précédentes au www.labibleurbaine.com/Les+albums+sacrés.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début