Alexandra Stréliski propose un voyage immersif pour le vidéoclip de la pièce «Burnout Fugue» | Bible urbaine

Musique_Vidéoclips

La pianiste néo-classique Alexandra Stréliski a dévoilé aujourd’hui un vidéoclip immersif et tridimensionnel pour la pièce «Burnout Fugue» qui figure sur son plus récent album Inscape, paru le 5 octobre 2018 (le temps passe SI vite!)

Récipiendaire d’un Félix pour l’interprète féminine de l’année et l’artiste s’étant le plus illustrée hors Québec au plus récent gala de l’ADISQ, la musicienne a bien su démontrer que la passion créative est encore bien ancrée en elle et qu’après deux ans son album continue d’inspirer ses fans.

Signée par Marcella Grimaux – laquelle a notamment travaillé avec Marie-Mai et Loud – la réalisation du clip s’est avérée, semble-t-il, un travail de longue haleine sur plus de six mois. Les spectateurs sont ici invités à se promener à travers une foule de paysages changeants qui rappellent par moments l’intérieur d’un piano. Le mouvement de la caméra est rapide et dynamique, à l’instar de la rythmique de la pièce, et les images proposées sont magnifiques et grandioses à regarder. L’ensemble est complété par des séquences remplies de dynamisme et de magie.

Dans un récent communiqué, Marcella Grimaux affirme que cette œuvre visuelle est une métaphore qui sert à représenter un voyage intérieur profond. Elle souligne en effet que «Burnout Fugue commence dans un corridor sombre [où] au loin [on voit] d’autres passages, d’autres univers. Le voyage est une métaphore pour [représenter] le labyrinthe qu’est notre conscience, nos émotions, nos mémoires, inspiré par la musique d’Alexandra.»

Sur le sujet, Alexandra Stréliski ajoute que «le vidéoclip de Burnout Fugue est un essai sur le confinement. Un voyage graphique inspiré de l’architecture interne d’un piano, mais qui évoque symboliquement l’introspection, le besoin de sortir de soi, de se révolter et d’avancer vers la lumière dans un moment d’obscurité intérieure.»

Le clip sera bientôt présenté dans plusieurs salles du Québec dans le cadre du projet immersif Asteria, qui permettra aux spectateurs de s’immiscer au travers des œuvres de plusieurs artistes d’ici, dont Daniel Bélanger, FouKi et Dominique Fils-Aimé, et ce, par l’entremise de casques de réalité virtuelle.

De plus, la pianiste à l’indomptable chevelure participera, aux côtés de l’astronaute David Saint-Jacques, à l’évènement OASIS immersion, présenté au Palais des congrès de Montréal, afin de dévoiler un nouveau projet immersif intitulé Inspirations.

Comme quoi, réalité virtuelle et musique ne font qu’un, surtout durant une pandémie!

Vous pouvez écouter l’intégralité de l’album Inscape d’Alexandra Stréliski ci-dessous. Et pour visionner tous nos clips préférés, rendez-vous ici.

Vos commentaires

Revenir au début