«Bankrupt!» de Phoenix | Bible urbaine

Musique_Critiques d'albums

«Bankrupt!» de Phoenix

«Bankrupt!» de Phoenix

Quelques éclats dans la galaxie

Publié le 29 avril 2013 par Jim Chartrand

Crédit photo : Universal Music

Après 15 ans d'existence, rien n'a été plus marquant dans la carrière du groupe français Phoenix que son virage vers quelque chose de plus électronique et également plus pop. C'est donc 4 ans après le succès rencontré pour Wolfgang Amadeus Phoenix qu'ils nous reviennent avec Bankrupt!, un nouvel album qui ne manque pas de s'essayer encore une fois vers de nouveaux territoires.

Histoire de forcer l’écoute et le bon vouloir de son auditoire, le groupe propose ici un disque qui n’enchaîne pas nécessairement les hits à défaut de quelques airs qui restent savamment en tête. Sa pièce d’ouverture s’avère alors trompeuse, tandis que l’irrésistible «Entertainment», pièce romantico-pop-orientale, n’est qu’un appât à l’ouïe qui laisse sa place ensuite à des chansons un tant soit peu plus exigeantes.

La batterie qui, habituellement prédomine l’ensemble pour faire taper du pied, laisse sa place à l’harmonie du reste, qui permet au groupe de mieux satisfaire ses explorations et sa musique à tendance post-mélancolique, laissant la voix chialeuse du chanteur à l’avant-plan, lequel exhibe fièrement son fort accent européen.

Il faut donc multiplier les écoutes pour adhérer aux bonnes vagues des pièces et ainsi se faire envahir par la mouvance de l’ensemble. De quoi admettre que malgré les quelques bons coups qui surviennent ici et là on s’ennuie sommairement sur cet album qui, malgré son désir ambitieux, n’arrive jamais à nous envahir de son bon vouloir. On se laissera donc emporter par des trucs comme «Trying to be cool», «Chloroform» et principalement «Bankrupt!», de loin la pièce la plus audacieuse du lot, avec ses étonnantes sept minutes évolutives.

Pour le reste, il faudra peut-être revisiter fréquemment les morceaux pour leur trouver un second sens, comme «Bourgeois» en fait preuve, en semblant d’abord paresseuse, par son refrain prévisible mais brillamment bien construit, et en la reconsidérant avec ce ton vaincu d’avance et ses mélodies poignantes.

Enfin, nul doute que la cinéaste Sofia Coppola trouvera ici tout plein de matériel pour agrémenter à nouveau ses longs-métrages, pouvant puiser ici toute l’inspiration nécessaire pour remplir la solitude nocturne et lui accorder une trame sonore digne de ce nom. Voilà donc peut-être le meilleur rôle de ce nouveau disque de Phoenix: l’ambiance idéale pour accompagner nos balades de minuit, un environnement de néons nous encerclant en extra. Sinon, pour un groupe issu du rock alternatif qui s’est converti vers la pop électronique, avouons simplement qu’il leur manque encore quelque chose de plus pour devenir les nouveaux M83.

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début