Chante en français 2020: les inscriptions pour la 18e édition sont ouvertes... ne ratez pas votre chance! | Bible urbaine

Musique_Entrevues

Chante en français 2020: les inscriptions pour la 18e édition sont ouvertes… ne ratez pas votre chance!

Chante en français 2020: les inscriptions pour la 18e édition sont ouvertes… ne ratez pas votre chance!

Une «bonne tape dans le dos» pour la relève francophone

Publié le 11 décembre 2019 par Mathilde Recly

Crédit photo : Marc-Étienne Mongrain

Vous êtes musicien.ne.s et optez pour la langue française comme moyen d’expression artistique? Sortez vos agendas, car vous avez jusqu’au 6 avril 2020 pour envoyer votre candidature au concours Chante en français! En vous inscrivant à l’une des deux catégories («Auteur-compositeur-interprète» et «La chanson québécoise revisitée»), vous courrez la chance de gagner différents prix totalisant une valeur de 40 000 $. On ne va pas vous faire languir plus longtemps: voici ce que les porte-paroles de cette 18e édition, Luc De Larochellière et Andrea Lindsay, ont à vous dire à ce sujet!

Valoriser la création musicale en français

Luc et Andrea l’affirment: c’est un honneur d’avoir été choisis comme porte-paroles de la 18eédition de Chante en français! Luc, qui vit de ce métier depuis 33 ans déjà, se dit ravi qu’on soit venu taper à sa porte pour aller chercher les jeunes talents d’aujourd’hui. Andrea, artiste ontarienne (et anglophone d’origine), trouve très flatteur le fait d’être considérée comme une artiste qui peut désormais représenter fièrement la langue française.

Bien qu’ayant évolué chacun de leur côté auparavant, c’est en 2012 qu’ils ont sorti un premier album ensemble, C’est d’l’amour ou c’est comme. Forts de cette première expérience en binôme, ils viennent tout juste de récidiver avec un deuxième opus, S’il n’y avait que nous, paru au mois d’octobre dernier. Sans aucun doute, ils chérissent la langue française pour leurs compositions. 

«Pour moi, l’apprentissage du français, c’est une histoire d’amour et une aventure qui a commencé à mes 18 ans. Au début, je ne comprenais pas la langue, mais j’entendais sa musicalité. Je tombe en amour un peu plus chaque jour avec le français, je suis un peu comme Andrea au pays des merveilles», s’extasie notre interlocutrice.

«Si c’est un choix pour Andrea, pour moi, je parlerais plutôt de conséquence naturelle. J’ai découvert les mots – et le fait que j’avais une facilité à les utiliser – à l’adolescence. J’ai appris à jouer de la guitare à 12 ans et c’est devenu un instrument de prédilection pour faire des chansons; tout en grandissant dans la langue française, qui est devenue mon autre instrument de musique, celui dont je joue le mieux», complète Luc.

Crédit: Marc-Étienne Mongrain.

Des récompenses alléchantes

En s’inscrivant à Chante en français, les jeunes créateurs et interprètes de musique francophone pourront potentiellement gagner l’un des trois grands prix: le Prix Georges Dor pour les auteurs-compositeurs-interprètes (3 000 $ pour le 1er, 2000 $ pour le 2e), le Prix Charles-Émile Gadbois pour les interprètes qui voudraient revisiter le répertoire québécois (2 000 $ pour le 1er, 1000 $ pour le 2e), et le Prix Coup de cœur du public ouvert à tous (1000 $).

En plus de ces récompenses, les partenaires de Chante en français offriront des prix au.x finaliste.s de leur choix, comme le mastering d’un mini-album, la diffusion d’une chanson sur les chaînes Stingray, la promotion radio d’une chanson à travers les stations du Québec ou encore une campagne de visibilité publicitaire sur le réseau Culture Cible, un ensemble de webmédias culturels québécois. En tout, ce qu’il y a à gagner représente une valeur de 40 000 $!

Au-delà des prix, les contacts

Bien que ces prix soient très motivants en soi, Luc et Andrea rappellent que ce n’est pas la seule raison qui devrait pousser les artistes à se lancer: «On vise toujours le prix quand on participe à un concours; mais c’est drôle, je constate que ce sont souvent les gens qu’on rencontre, les contacts qu’on se fait qui sont le plus importants – même si on n’est pas le grand gagnant. Le réseautage compte beaucoup dans les festivals, dans les ateliers d’écriture, dans les concours… On ne sait jamais ce que ça va nous apporter, mais au pire, on va se faire des amis! Il faut se présenter, rencontrer le monde!», nous confie Andrea avec beaucoup d’enthousiasme.

Tout à fait d’accord, Luc ajoute qu’«on est dans une époque où ce n’est pas facile de se faire entendre en chanson: on le voit d’ailleurs dans les médias. La solidarité qui peut naître de ces rencontres et de ces évènements est donc primordiale. Elle est très nutritive, et c’est aussi la base de ce que sera la chanson de demain.»

Invitation Chante en français 2020 !

Invitation officielle d' Andrea Lindsay et de Luc De Larochellière nos porte-parole pour t'inscrire à la 18ème édition de notre concours Chante en francais. + d'une quinzaine de prix d’une valeur de plus de 40 000$ seront remis, + gratuit pour les jeunes artistes âgés de 18 à 30 ans, + tous styles ; pop, rock, jazz, slam, rap, electro, classique, hip-hop, etc.,+ deux catégories : Auteurs-Compositeurs-Interprètes & La Chanson Québécoise revisitéeTous les détails ici en ligne :http://www.chanteenfrancais.net/ Nos partenaires 2020 : Productions Bien Joué / Maison de la culture de Rosemont-La Petite-Patrie / Stingray Music / Culture Cible / MP3 Disques / Arrondissement du Sud-Ouest / Maison de la culture Marie-Uguay / TrilliumSound Mastering / Nat Corbeil / Gestion Martine Lévesque / Francophonie Express / Charles Gagnon-Pradier, Avocat / Mathieu Caron – Animateur Studio M / Théâtre Plaza

Posted by Chante en francais on Thursday, November 28, 2019

À vous de jouer! Vous avez jusqu’au 6 avril 2020 pour vous inscrire sur le site de Chante en français. Si vous êtes sélectionné.e.s, la demi-finale se tiendra le 5 mai à la Maison de la culture Rosemont-La-Petite-Patrie, et la grande finale, le 21 mai au Théâtre Plaza. N’attendez plus!

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début