«Dans la peau de…» Malik Djoudi, musicien, réalisateur et créateur d'ambiances | Bible urbaine

Musique_Entrevues

«Dans la peau de…» Malik Djoudi, musicien, réalisateur et créateur d’ambiances

«Dans la peau de…» Malik Djoudi, musicien, réalisateur et créateur d’ambiances

Une musique au croisement de l'acoustique et de l'électronique

Publié le 12 avril 2019 par Mathilde Recly

Crédit photo : Bandits Production - Marcel Hartmann

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé l'auteur-compositeur-interprète Malik Djoudi, qui a dévoilé les couleurs de son nouvel album Tempéraments le 22 mars dernier.

Malik, à quel moment as-tu commencé à écrire des chansons et qu’est-ce qui t’a mené à placer la musique au centre de ta vie?

«Mes premières chansons sont nées lorsque j’avais 12 ou 13 ans, sur le piano dans le salon de mes parents. Étant autodidacte, je cherchais des changements d’accords sur les touches blanches et, rapidement, une mélodie m’est venue, ainsi que les mots.»

«À partir de ce moment, j’ai toujours eu des mélodies en tête, des idées d’arrangements. Et c’est pourquoi, très rapidement, la musique s’est placée au centre de ma vie.»

Dans-peau-de-Malik-Djoudi-auteur-compositeur-interprète4

Photo: Bandits Production – Marcel Hartmann.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de réaliser une musique au croisement de la chanson francophone, pop et électro?

«J’écoute pas mal de musique comme Blonde Redhead, James Blake, LCD Soundsystem, Sébastien Tellier, Serge Gainsbourg, The XX, les Daft, King Krule… Ce sont des artistes qui m’ont beaucoup touché et me touchent encore aujourd’hui par leur côté mélodique, leurs mots et le fait qu’ils utilisent parfois ces sonorités entre l’acoustique et l’électronique.»

«Avant de composer mes chansons, je ne me suis pas demandé quel style j’allais faire… À ma portée, j’avais des claviers, des guitares, des boîtes à rythmes et ma voix. Tout ça a donné des chansons électroniques.»

Peux-tu nous parler d’une «séance type» de studio, lorsque tu te plonges dans la réalisation d’un nouveau titre?

«Je commence souvent à plaquer des accords sur le synthé. Je cherche le son, parfois pendant quelques heures… Je place les éléments rythmiques un à un, j’y ajoute les effets, après vient la basse. Tout cela crée un socle, j’essaie de faire en sorte que ce socle soit bien solide.»

«Souvent, à ce moment, arrive la mélodie. À ce moment, je prends la guitare, je cherche des accords qui amènent d’autres couleurs. Je place les éléments, les mixe, et part à la recherche du morceau final.»

De quoi t’es-tu imprégné et quelles ont été tes inspirations lors de la réalisation de ton nouvel album Tempéraments, qui est sorti le 22 mars chez Lisbon Lux Records?

«J’étais en tournée pendant la création de cet album. Je m’imprégnais beaucoup de ce que nous vivions en concert, de l’énergie que nous envoyait le public, de l’amour, de la route, de quelque chose de parfois sauvage.»   

«Je ne réfléchissais pas trop à ce que je devais faire, je plongeais dans la composition de ces morceaux, heureux de faire ce métier et de jouer. J’explorais, j’avais l’impression que je dialoguais avec la musique que je créais.»

Si on te donnait carte blanche, quelle collaboration artistique rêverais-tu de faire et avec qui?

«Pour une carte blanche, j’aimerais collaborer avec James Blake et Connan Mockassin, car ce sont des chanteurs à la voix si singulière. Ils me procurent des frissons… Leur musique est hors-norme.»

«J’aime le côté psyché chez Connan Mockassin, les dissonances… J’aime le côté synthétique chez James Blake, son minimalisme, les harmonies, la beauté de sa musique.»

Pour découvrir nos précédentes chroniques «Dans la peau de…», visitez le www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

*Cet article a été produit en collaboration avec Lisbon Lux Records.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début