«Les dépêches musicales» de Bible urbaine – Avril 2018 | Bible urbaine

Musique_Général

«Les dépêches musicales» de Bible urbaine – Avril 2018

«Les dépêches musicales» de Bible urbaine – Avril 2018

Célébrations pop, dark wave, punk, hip-hop et encore du hip-hop

Publié le 10 avril 2018 par Isabelle Lareau

Crédit photo : Montage photo: Isabelle Lareau

Ce mois-ci, Lydia Képinski annonce ses anniversaires, le hip-hop canadien a des nouvelles ambassadrices grâce à The Sorority, Lebanon Hanover revient nous hanter, GrimSkunk offrira un nouvel album, et Les Marmottes Aplaties gâtent ses admirateurs! Sur la scène internationale, ce sont The Weeknd et Cardi B qui risquent de faire bien du bruit!

Les découvertes et les nouveautés

 

Lydia Képinski – Premier juin

Le premier juin est une date importante pour la jeune chanteuse qui en a fait le fil conducteur, autant artistique que marketing, de sa première offrande en carrière, intitulée Premier juin, parue le 3 avril. 

Bien qu’elle eût lancé un maxi nommé EP en 2016, Lydia Képinski considère le 1er juin 2018 comme celui qui sera le jour de sa naissance artistique. Ce sera également son anniversaire (25 ans!) et le spectacle du lancement de l’album. Sur ce disque, elle explore avec humour la maturité, avec le titre homonyme, mais surtout, elle visite la mélancolie.

On perçoit l’influence des années 80, mais celles-ci sont un élément de réflexion et non un pastiche ou un hommage dénudé d’originalité, ce qui est plutôt rare dans la musique pop. En fait, on s’amourache autant de ses mélodies que de l’interprète elle-même. Elle fait preuve d’une grande vitalité, même lorsqu’elle fredonne des chansons tristes telles que «Belmont», «360 jours» ou «Pie-IX», qu’elle chante avec justesse sans jamais tomber dans l’excès. 

En fait, la musicienne parvient à construire une relation avec l’auditeur où les histoires qu’elle raconte nous donnent envie de la connaître davantage.

The Sorority – Pledge

Sur ce premier album studio, le quatuor hip-hop torontois rend hommage à ses prédécesseures, tout en démontrant un grand respect à l’égard de ses contemporaines. De plus, leurs paroles sont axées sur le pouvoir au féminin, ce qui fait du bien à entendre.

Mais le plus étonnant, c’est la richesse de leur son; l’amalgame des genres et des différentes époques de la musique rap est particulièrement fluide. En effet, l’unicité de leur son ne laisse rien au hasard, les filles savent entremêler leurs refrains avec habileté, et ce, bien que chacune ait son propre débit et timbre de voix. Le mélange entre les personnalités est aussi naturel qu’il l’était pour Run DMC, les Beastie Boys ou encore N.W.A. Un vent de fraîcheur particulièrement intéressant qui démontre que le hip-hop féminin dépasse le spectre des Nicki Minaj et Cardi B de ce courant.

Le seul reproche, si cela en est un, est le fait que les sonorités, bien que diverses, relèvent davantage de la vieille école que du rap moderne. L’influence de Michie Mee, Missy Elliott, Lil Kim et TLC est très palpable. Quoi qu’il en soit, Haviah Mighty, Keysha Freshh, Lex Leosis et pHoenix Pagliacci démontrent solidarité, féminisme et un sens de la prose qui déménage! Ce quatuor est définitivement à surveiller. 

Lebanon Hanover – Let Them Be Alien 

Pour les amoureux du dark wave atmosphérique, le duo minimaliste est de retour avec un nouvel album intitulé Let The Be Alien. Sombre, solennel et sensible, le groupe anglo-allemand a une fascination pour le son analogue et les sonorités répétitives mais organiques. La ligne de basse rappelle Joy Division et la guitare de The Cure. Les voix monocordes de Larissa Iceglass (Larissa Georgiou) et de William Maybelline (William Morris) se marient très bien; la dualité entre la voix féminine et masculine procure une certaine chaleur à leurs chansons austères et ambiantes.

La formation se complait dans l’esthétisme lo-fi et opte pour une vision artistique bien définie. En effet, le duo réalise ses albums ainsi que ses vidéoclips afin d’obtenir une facture visuelle similaire à celle d’un VHS, pour leur donner un caractère plus accessible.

Iceglass et Maybelline aiment philosopher sur la vie en société. Ils s’intéressent à ce qu’ils désignent comme étant l’insensibilité des gens en cette ère moderne, préférant leur téléphone à une relation en personne. Se sentant eux-mêmes rejetés des différents cercles sociaux, ils poussent la réflexion plus loin sur Let Them Be Alien et expriment leur sentiment d’exclusion et d’isolation.

Les revenants d’entre les morts

 

GrimSkunk

Précisions, il ne s’agit pas d’un revenant, car le groupe punk a toujours été présent et a offert des concerts. Il s’agit plutôt d’un retour sur disque, puisque le dernier album, Set Fire!, date de 2012! Bonne nouvelle: la formation montréalaise fera paraître, le 27 avril prochain, Unreason In the Age of Madness. Fidèle à eux-mêmes, les gars de GrimSkunk promettent un opus politisé et enragé. Cette offrande contient plusieurs collaborations fort intéressantes, notamment Jorane, Paul Cargnello, Chris Vincent (Busty and the Bass), Sapphira Harun, Momo Coulibaly, Jon Matte (The Franklin Electric) et Denis Lepage (BARF, Colectivo). De plus, le batteur Alain Vadeboncoeur retrouve ses acolytes et contribue à la composition et aux arrangements de certaines pièces.

Les Marmottes Aplaties

Le 21 avril est la Journée des disquaires indépendants (Record Store Day). Pour l’occasion, Dare To Care Records et Les Marmottes Aplaties vont offrir, pour la première fois en vinyle, leurs trois albums remastérisés: 1001 chansons pour agrémenter vos repas, Épisode sanglant ainsi que Décadents. Le groupe offrira un spectacle dans le cadre de l’édition 2018 du Rockfest de Montebello. Pour le moment, il n’y a de nouveau matériel prévu pour la formation punk. 

À surveiller ce mois-ci:

 

Cardi B

L’audacieuse rappeuse, qui a réussi à se bâtir une notoriété enviable aux États-Unis grâce aux réseaux sociaux et à son franc-parler, a lancé un premier opus: Invasion Of Privacy. Paroles crues, rythmes qui mettent en valeur son débit (flow) et ses paroles, une attitude irrévérencieuse et des collaborations toutes aussi intéressantes les unes que les autres (Migos, Chance the Rapper, SZA, 21 Savage…) font d’elle une artiste qui gagne en crédibilité.

The Weeknd

En fait, peut-être pas ce mois-ci, mais définitivement à surveiller; le chanteur R&B a lancé un maxi nommé Dear Melancholy, (il est disponible en ligne et le disque physique sera mis en vente le 13 avril), et les rumeurs persistantes laissent présager un album complet sous peu. Bien que «Call Out My Name» semble être un mélange de «Often» et «Earned It», donc moins innovateur, les autres chansons sonnent plus prometteuses.

Et vous, chers lecteurs, que surveillerez-vous ce mois-ci? Quels albums attendez-vous impatiemment?

Surveillez la prochaine chronique «Les dépêches musicales» de Bible urbaine le 7 mai 2018. Découvrez nos suggestions des mois passés au www.labibleurbaine.com/Lesdépêchesmusicales.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début