Entrevue avec FouKi, gagnant de la bourse TELUS lors du Festival Santa Teresa 2018 | Bible urbaine

Musique_Entrevues

Entrevue avec FouKi, gagnant de la bourse TELUS lors du Festival Santa Teresa 2018

Entrevue avec FouKi, gagnant de la bourse TELUS lors du Festival Santa Teresa 2018

Une chic reconnaissance de la part du public

Publié le 15 juin 2018 par Éric Dumais

Crédit photo : Photo à la une: DJA Photographie

À l’occasion de la 2e édition du Festival Santa Teresa, TELUS a dévoilé, sur sa page Facebook TELUSfr le 25 mai dernier, le nom du récipiendaire de la bourse de 5 000 $ remise à un artiste local émergent. Et, surprise, c’est le Montréalais Léo Fougères, alias FouKi, qui a remporté cette belle reconnaissance en argent, une aide financière qui lui ouvrira certainement de belles opportunités pour l’avenir. J’ai eu le plaisir de discuter avec ce talentueux rappeur qui est sorti de l’ombre plus vite qu’il flippe les pizzas dans la vie.

«C’était vraiment nice, man. La place pis toute, c’était vraiment cool. L’an prochain, je serais down pour la grosse scène extérieure», nous a confié FouKi le rire dans la voix, qui se remémorait, au bout du fil, sa récente expérience à Santa Teresa où il a performé aux côtés de Vendou du collectif La Fourmilière. Et le p’tit gars du Plateau, à 21 ans seulement, a su mobiliser ses fans et se faire remarquer, le menant à recevoir la bourse TELUS grâce à un vote du public.

Avoir le vent dans les voiles à 21 ans… et déjà une bourse!

C’est qu’il a déjà le vent dans les voiles le FouKi! Avec les projets qui s’accumulent, c’est toujours apprécier d’avoir un petit coup de pouce financier supplémentaire. «La bourse va me donner  la capacité d’améliorer chaque petite chose, comme l’achat d’une nouvelle carte de son. C’est comme un back-up, c’est bon, on a le cash de la bourse et on est correct, on va en acheter une autre».

Et c’est là le désir de TELUS, celui d’offrir des bourses flexibles à des artistes de la scène locale émergente pour soutenir leur talent et les aider à combler le besoin qu’eux souhaitent combler au moment opportun. FouKi, que l’on ne connaissait ni d’Adam ni d’Ève il y a quelques mois, a fait couler beaucoup d’encre depuis son ascension fulgurante sur la scène rap keb, car il a su, avec son following et son swag très, très zay conquérir le cœur des mélomanes, comme en fait foi ce prix bien mérité.

Une chimie entre deux potes et une musique très, très gayé gayé et zay zay

Derrière le succès de FouKi, il y a aussi un créateur de l’ombre, son bras droit QuietMike, le producteur de son premier album paru sous Disques 7ième Ciel«Michel et moi, on se connaît depuis le secondaire 3 et on a vraiment une bonne chimie. On va faire un beat, ça se fait naturellement tout seul, moi je commence un freestyle, et lui, direct, il trouve le hook, là je lui dis, t’as raison!, et on rajoute les back vocals, et puis voilà.»

Photo: Mat Turner

Et cette envie de freestyle, d’improvisation pour la création de ses textes, c’est réellement ce qui plaît à FouKi, parce qu’il le sait que ça va être accrocheur. «En fait, je trouve que c’est plus facile d’écrire des choses là-dessus [des hooks accrocheurs]. Je le sais déjà que ça va être bon. Après avoir trouvé une mélodie tellement accrocheuse, il reste juste à trouver des paroles accrocheuses».

Ce travail inspiré avec Michel Silencieux, l’a mené à sortir Plato Zay (sous La Fourmilière Records), une compilation plus qu’un premier album, le premier vrai de vrai étant Zay«Plato, c’est plus comme un best of  des petits projets que j’avais sortis sans que ce soit un album complet. C’est un best of de ma musique sur Soundcloud. C’est mon début. Une introduction à FouKi.» C’est peut-être bien un premier chapitre non officiel dans la carrière du rappeur, mais reste que la chanson «Gayé», que TELUS a utilisée pour sa vidéo sur Santa Teresa, est à veille de devenir la chanson officielle des festivals!

Ce jeune Montréalais, qui est né à l’hôpital Notre-Dame et qui avait sa garderie dans le parc La Fontaine est resté marqué, positivement bien sûr, par ce lieu qu’il considère sacré, un quartier qu’il trouve nice, avec beaucoup de diversité, beaucoup de Français. FouKi en bon jongleur des mots, s’est amusé, pour le titre de son album paru en 2016, à comparer le Plateau-Est (Plato Hess) d’où il vient au Plateau-Ouest (Plato Wesh), le quartier plus chic, plus bourgeois, l’expression «hess» venant de l’arabe pour signifier «misère». «Plato Hess, c’est aussi l’un des quartiers où il y a le plus d’arbres, de parcs et où tu peux chiller. Un quartier no stress où tout est zay», complète-t-il.

Et cela lui a permis de penser et méditer sur les aléas de la vie d’où la raison pour laquelle Plato Zay et Zay sont deux albums plutôt introspectifs. «Ça tourne souvent autour de l’amour envers une femme, mais aussi de confiance en soi et aussi de l’adolescent qui se questionne sur lui-même».

Nous avons demandé à FouKi, pour conclure, pourquoi nos lecteurs devraient consacrer une soirée pour aller le voir en concert prochainement? «Boy, je te dirais que si vous avez envie de passer du bon temps, de vous sentir zay zay, venez faire votre tour aux Francos voir les shows, c’est gratuit!»

FouKi-4

Photo: Mobbsterr

Alors, vous avez envie de vivre une soirée gayé prochainement? À vos agendas!

  • 16 juin à 21h (gratuit) sur la Scène Bell: la soirée Rapkeb Allstarz avec Koriass, Rymz, Alaclair Ensemble, Lary Kidd, Dead Obies, Taktika, Joe Rocca, Brown et URBN SCNC XL lors des FrancoFolies. Infos: www.facebook.com/events/rapkeballstarz.
  • 16 juin à 23h (gratuit) sur la Scène Desjardins: concert de FouKi et le collectif La Fourmilière pour bien terminer la soirée! Une présentation des Nuits urbaines Desjardins. Infos: www.facebook.com/events/foukietlafourmiliere.

*Cet article a été produit en collaboration avec TELUS.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début