Entrevue avec Julien Mineau de Fontarabie | Bible urbaine

Musique_Entrevues

Entrevue avec Julien Mineau de Fontarabie

Entrevue avec Julien Mineau de Fontarabie

De l’autre côté du tunnel brille la noirceur

Publié le 10 juin 2014 par Éric Dumais

Crédit photo : Virginie Parr & Macam

Julien Mineau, qui s’est investi corps et âme à l’élaboration d’un nouveau projet depuis 2012, verra finalement la lumière au bout du tunnel le 15 juin prochain lorsqu’il présentera, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal, les fruits d’un long travail qu’il a réalisé secrètement dans sa résidence centenaire de Sainte-Ursule avec quelques collaborateurs de longue date.

Tout aussi mystérieux que le lyrisme de son inventeur, le side project du chanteur de Malajube n’a jusqu’à présent bénéficié d’aucune campagne promotionnelle, exception faite d’une publication sur la page Facebook de la maison de disques Dare to Care le 15 avril dernier, jour de la sortie numérique de l’album, signe que la bête était lâchée lousse sur la toile. Dès les premières secondes de la pièce «Union avec la peur», bon nombre de curieux avaient en effet reconnu le filet de voix murmuré, limite fantomatique, qui caractérise bien le style singulier de Julien Mineau, et il n’en fallait pas plus pour créer le buzz autour de ce projet qui offre des ambiances empruntées au death metal, avec une dimension pop orchestrale qui témoigne d’un long travail de recherche musicale.

«J’ai un petit côté épique et dark qui ressort, faut croire. D’ailleurs, plusieurs métalleux m’ont écrit pour me dire qu’ils avaient apprécié l’album», nous a confié Mineau au bout du fil, visiblement satisfait de la réception de son premier disque solo auprès du public. Et c’est en effet les ambiances post-apocalyptiques, voire gothiques, qui surprennent au premier abord, l’auteur-compositeur-interprète s’éloignant des années franches de Malajube avec sa pop plus accessible. De la trempe de Woodkid et Patrick Watson, sans oublier Champion avec son plus récent °1, Fontarabie est une véritable expérience musicale en soi.

Entrevue-Fontarabie-Julien-Mineau-Dare-to-Care-Records-15-juin-Wilfrid-Pelletier-Place-des-Arts-Bible-urbaine

À ce propos, Julien Mineau nous a avoué qu’il composait des textes poétiques durs à définir pour appuyer sa musique et non le contraire: «Je ne désire pas imposer de sujets ou de thèmes précis. Je veux rendre l’ensemble plus universel pour pas que les mots détonnent trop avec le reste.» Ainsi, le lyrisme auquel on avait été habitué avec Malajube se ressent à travers les textes de Fontarabie, qui demeurent tous hyper métaphoriques et mystérieux. Oscillants entre l’amour et le mariage, la maladie et la mort, les thèmes abordés par Mineau n’ont cependant pas d’ancrage précis: «Je parle de choses cachées derrière d’autres. Et aussi de mon entourage, qui ne le saura jamais».

Espèce d’aboutissement aux milliers d’heures de création et de travail de recherche qui ont été investies depuis les balbutiements du projet, Fontarabie verra le jour sur les planches du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts le 15 juin prochain et, pour l’occasion spéciale, son créateur sera entouré de ses fidèles collaborateurs et d’un orchestre composé d’une quinzaine de musiciens: «J’ai hâte de voir comment ça va virer. Le concept va être pas mal axé sur la musique et les ambiances sonores. J’aurai pas de feux d’artifice, mettons». Qu’à cela ne tienne, il n’y aura pas de flafla ni d’effets visuels du tonnerre, que de la bonne musique faite par un grand créateur de chez nous.

«Je me sens libéré. Je me suis tellement cassé la tête pour ce disque-là. Mais c’est cool, j’ai hâte!», a-t-il avoué, fébrile de vivre en même temps que le public «l’effet Fontarabie» qui promet de faire des vagues.

Prochain spectacle:

 

Sortie de l’album:

  • Sortie physique (CD et LP) prévue le 10 juin.

Vos commentaires

Revenir au début