Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts | Bible urbaine

Musique_Entrevues

Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts

Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts

Le DJ nous parle de son plus récent projet

Publié le 31 août 2016 par Isabelle Lareau

Crédit photo : Kid Koala Productions

Kid Koala présentera une série de spectacles intitulés Nufonia Must Fall à la Cinquième Salle de la Place des Arts. L’artiste a récemment convié les médias afin de présenter son concert pluridisciplinaire où se mêlent la musique, le théâtre et le cinéma. Bible urbaine a profité de l'occasion pour discuter avec l’artiste afin d'en apprendre davantage sur ce projet multidisciplinaire.

Le DJ et producteur musical est également un artiste graphique. En effet, le musicien est l’auteur de deux romans graphiques, Nufonia Must Fall (2003) et Space Cadet (2011).

C’est à la suite de rencontres avec le directeur artistique et chef décorateur K. K. Barrett (qui a travaillé sur des films tels que Lost in Translation, I Heart Huckabees et Where the Wild Things Are), le marionnettiste Félix Boisvert et Adrian Fung (du Afiara Quartet) que Kid Koala, qui souhaitait vivement collaborer avec ces artistes provenant d’horizons différents, a eu l’idée de revisiter la bande dessinée (qui est accompagnée d’une trame sonore) afin d’avoir un concept concret qui lui permettrait de concevoir un spectacle faisant appel à ces diverses expertises.

«Il y a trois ans, pendant une tournée, je les ai tous rencontrés. Il y avait un intérêt pour collaborer, que mon monde musical puisse rencontrer le monde de la musique de chambre classique, du cinéma et des marionnettes. Mais je n’arrivais pas à imaginer trois projets différents. C’est alors qu’une idée a surgi: pourquoi est-ce que l’on ne ferait pas un projet où chacun pourrait utiliser ses influences? Il est donc devenu évident que si l’on faisait quelque chose comme ça, nous pourrions tous travailler ensemble et que ce serait vraiment excitant.»

Cependant, il n’avait pas créé Nufonia Must Fall dans cette optique. C’était, à l’origine, un projet qui lui permettait de se familiariser avec des médiums qui lui tenaient à cœur; la bande dessinée et la trame sonore. «C’était comme des vacances». Avec le recul, il constate que son travail est fortement inspiré par la musique classique (il sait jouer du piano) et le cinéma. De plus, il a toujours aimé les marionnettes. «Jim Henson (Sesame Street et Fraggle Rock) est une grande source d’inspiration pour moi, depuis que je suis tout petit. Tu sais, tu ne peux nier qui tu es (rires)».

Nous avons voulu savoir si Kid Koala estime que le dessin et la musique sont, pour lui, deux domaines différents ou si, au contraire, un alimente l’autre. Pour le DJ, la musique et l’art visuel sont inséparables: «Quand je crée de la musique en studio, je n’essaie pas nécessairement de concevoir des chansons pour la radio, mais plutôt une trame sonore pour une histoire. Dans ma tête, il y a différents personnages. De la même façon, quand je crée un livre comme Nufonia ou Space Cadet, c’est plusieurs centaines de pages d’art visuel, et j’écoute toujours de la musique, ou je pense à de la musique, afin d’être dans la zone. Je crois vraiment qu’ils s’influencent mutuellement. Si tu me disais que je dois cesser l’une ou l’autre de ces activités, je serais vraiment triste (rires).»

Pour réaliser ce spectacle, il a fallu que l’équipe procède à un sérieux remue-méninges afin de résumer un livre de 338 pages en une prestation d’une durée approximative d’une heure. Un grand effort pour condenser le récit, mais aussi pour le transformer en une expérience live qui soit émotionnelle. Par ailleurs, autant pour Kid Koala que pour K. K. Barrett, il était très important que le film qui accompagne cette présentation puisse être une entité indépendante. D’un point de vue de la production, le DJ reconnaît que c’est plutôt complexe et ambitieux, mais il confie qu’il n’a jamais éprouvé autant de plaisir en tournée.

L’histoire est celle d’un automate mélomane au cœur analogue et à la technologie obsolète, nommé Robot. Les choses se compliquent lorsque celui-ci perd son travail au profit d’un confrère à la fine pointe de la technologie, le très performant Hexabot, et qu’il tombe en amour avec une collègue, Malorie, qui cache un secret.

Le spectacle met en scène une douzaine de décors miniatures ainsi qu’une quarantaine de marionnettes. Kid Koala et le quatuor interprètent sa musique originale avec l’aide d’instruments à cordes, d’un piano et de tables tournantes. La prestation sera filmée en temps réel et diffusée sur un écran.

Fait intéressant: à la fin du spectacle, vous pouvez aller sur la scène afin de voir et comprendre comment la pièce fonctionne et profiter de l’occasion pour poser des questions. De plus, les artistes iront dans le lobby avec les marionnettes pour que le public puisse les observer de plus près.

Il y aura six représentations du spectacle du vendredi 2 septembre au lundi 5 septembre.

L'événement en photos

Par Kid Koala Productions

  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts
  • Entrevue avec Kid Koala avant le dévoilement de «Nufonia Must Fall» à la Place des Arts

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début