«Everyday Robots» de Damon Albarn | Bible urbaine

Musique_Critiques d'albums

«Everyday Robots» de Damon Albarn

«Everyday Robots» de Damon Albarn

L'intimité créative

Publié le 9 mai 2014 par Jim Chartrand

Crédit photo : Warner Bros

Plus près de Gorillaz que Blur, en ce qui a trait aux références à ses nombreux autres projets à plus grande échelle, Damon Albarn présente, avec ce premier album solo Everyday Robots, une intimité qui détonne, sans pour autant délaisser ses élans créatifs les plus intuitifs.

Réalisé avec finesse et minutie, ce disque se savoure et se découvre avec subtilité. Les nombreuses écoutes permettent de découvrir la grande richesse que cachent chacune des pièces, autant sur le plan musical que poétique. Sur fond d’épisodes biographiques et de moments de solitude et d’introspection, bien que le côté mélancolique de l’artiste ne soit pas véritablement nouveau, force est d’admettre que cette facette de sa personnalité n’a jamais été aussi bien exploitée.

Démuni de pièces pop, à l’exception de «Heavy Seas of Love», produite par Brian Eno, ou encore «Mr Tembo» et sa chorale aux accents gospel, l’album solo d’Albarn préfère une douceur qui n’est jamais monotone et qui ne cesse de fasciner. Il y a après tout quelques pièces instrumentales ici et là pour nous laisser respirer, démontrant une démarche créative qu’on applaudit.

Parfait pour accompagner les jours de pluie, les moments gris, les peines d’amour et les soirées en tête à tête, voici un disque où les morceaux dignes de mention ne cessent de se multiplier au fil des réflexions. Très beau et juste. Pièce immanquable: «The Selfish Giant».

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début