«Les albums sacrés»: le 40e anniversaire du premier album des Ramones | Bible urbaine

Musique_Général

«Les albums sacrés»: le 40e anniversaire du premier album des Ramones

«Les albums sacrés»: le 40e anniversaire du premier album des Ramones

Et ils appelèrent ça du punk

Publié le 15 avril 2016 par Mathieu St-Hilaire

Crédit photo : www.ramones.com

Au tout début de l’année 1974, le groupe rock progressif Yes lance l’album Tales from Topographic Oceans, un double long-jeu contenant quatre chansons de plus de vingt minutes où prouesses techniques et paroles spirituelles abstraites se marient pendant plus de 80 minutes. Musicalement, nous sommes à des océans de «Johnny B. Goode» de Chuck Berry une quinzaine d’années plus tôt. Yes ne sont pas les seuls à donner dans le rock pompeux: Rush, Genesis, Pink Floyd, Supertramp, Queen et Steely Dan lancent tous des albums en 1974 et 1975. Un constat s’impose: le rock n’ roll semble avoir perdu de sa vitalité, de son énergie et de son essence. En réaction à tout ça, quatre maigrichons de New York décident d’adopter le nom de famille «Ramone» et de revenir à une simplicité grandement désirée. Quarante ans plus tard, leur premier album demeure toujours l’un des plus influents de l’histoire du rock n’ roll.

Qu’on se le tienne pour dit: Joey, Johnny, Dee Dee et Tommy Ramone ont changé la façon de jouer du rock n’ roll en 1976. Ils sont fréquemment définis, et à juste titre, comme le groupe ayant façonné le son punk pour les décennies à venir. Bien entendu, la même année, des groupes anglais seront influencés par le côté «bombastique» de leur musique et prendront les armes pour déclarer la guerre à l’establishment britannique. Loin de sentir l’urgence de brandir le drapeau de la contestation sociale, les Ramones ne s’en tiennent qu’à une seule révolution, mais la plus importante qui soit: musicale.

Ramones-wiki

Pour arriver à leurs fins, le quatuor prend bien soin de garder les éléments qu’ils trouvent le fun à travers la musique des générations précédentes. Vieux rock n’ roll par ci. Girl groups par là. Et même le surf pop des Beach Boys. Ajoutez à tout ça trois ou quatre accords joués à une vitesse démesurée (le groupe a même du ralentir son tempo habituel en studio) et vous avez la succulente recette des Ramones. On parle d’une simplicité volontairement calculée et peaufinée de brillante façon.

Le groupe frappe à la vitesse de l’éclair avec «Blitzkrieg Bop», première chanson et single absolument mémorable qui n’a rien perdu de son charme quarante ans plus tard. «The kids are losing their minds / The Blitzkrieg Bop», chante le défunt Joey Ramone, faisant référence à la façon de danser des jeunes allant aux spectacles des Ramones. «Beat On the Brat», à propos d’une mère qui veut frapper son garçon turbulent avec un bâton de baseball, s’enchaîne naturellement. Même chose pour «Judy Is A Punk». Les textes ridiculement courts sont d’une juvénilité totalement assumée, épousant à merveille la fondation pop bonbon de leur musique.

Et au fond, les Ramones sont des cœurs tendres. «I Wanna Be Your Boyfriend» est une irrésistible ballade sentimentale dont le thème est exactement ce qu’indique le titre. On est  loin du nihilisme et de la désillusion de «I Wanna Be Your Dog» des Stooges, groupe ayant assurément influencé les Ramones. Tous les aspects sombres abordés par le quatuor sont traités de manière humoristique et caricaturale, même les références nazies (de nombreuses formations punks feront une fixation sur le troisième Reich). Seule la pièce «53rd & 3rd», écrite par Dee Dee, semble évoquée une situation plus sérieuse, soit le coin de rue où il se droguait et se prostituait plus jeune: «Then I took my razorblade / Then I did what God forbade / Now the cops are after me / But I proved that I’m no sissy».

Les Ramones n’ont pas besoin d’étirer la sauce, l’album contenant 14 chansons pour à peine 29 minutes. Leur souci d’économie sera encore plus légendaire en spectacle, alors que le groupe enchaîne les morceaux sans crier gare, avec un simple «1-2-3-4!» séparant les chansons. Est-ce que le punk débute avec eux? Question impossible à répondre et un peu futile. Il faut savoir que Legs McNeill et John Holmstrom ont déjà immortalisé le terme «punk» en 1975 dans un magazine musical s’intéressant à la scène marginale New Yorkaise, de Lou Reed aux New York Dolls. Par contre, les Ramones représentent probablement l’esprit du do-it-yourself mieux que n’importe quel autre groupe punk.

Le groupe fera une tournée en Angleterre quelques mois seulement après la sortie de leur premier album. Ils épateront un peu tout le monde, incluant les Sex Pistols et les Clash, et influenceront sans doute de nombreux groupes du Royaume-Uni, où le punk deviendra très rapidement un phénomène national. Les Ramones continueront de sortir des albums à un rythme aussi effréné que leur musique, contribuant par le fait même à modifier le paysage culturel général des quarante dernières années. Incroyable comment 29 petites minutes peuvent changer le cours de l’histoire. Et pour le meilleur.   

Surveillez la prochaine chronique le 28 avril 2016.

Nos recommandations:

Critiques d'albums ultramarr_fredfortin

«Ultramarr» de Fred Fortin

Critiques d'albums Weezer-White-Album

«Weezer (White Album)» de Weezer

Critiques d'albums PostPopDepression

«Post Pop Depression» de Iggy Pop

Vos commentaires

Revenir au début