«Dans la peau de...» l'auteur-compositeur-interprète Antoine Corriveau | Bible urbaine

Musique_

«Dans la peau de…» l’auteur-compositeur-interprète Antoine Corriveau

«Dans la peau de…» l’auteur-compositeur-interprète Antoine Corriveau

«Je réalise mes souhaits au fur et à mesure»

Publié le 4 novembre 2016 par Éric Dumais

Crédit photo : LePetitRusse

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé l'auteur-compositeur-interprète montréalais Antoine Corriveau, lequel s'est enfin décidé à faire un disque festif (presque).

1. Le 21 octobre, tu lançais ton nouvel album Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter, avec un titre digne d’un roman de Jonas Jonasson. D’où te vient l’inspiration pour cette plus récente offrande?

«J’ai toujours aimé la musique dansante et j’ai eu envie d’enfin moi aussi faire un disque festif. J’ai donc lu sur des sujets «enthousiasmants» comme le dark tourism et la fascination pour la mort, puis j’ai mis tout ça en chanson pour faire lever les gens de leur chaise, taper du pied et danser à en suer leur vie.»

2. Parmi les 10 pièces que tu nous proposes, laquelle est ta petite favorite et pourquoi?

«Aujourd’hui, c’est la chanson Deux animaux que j’ai hésité à mettre sur le disque. Je me suis réconcilié avec elle, et je trouve que le tone du piano est délicieux.»

3. Si la chanson n’avait pas porté les fruits nécessaires pour que tu puisses faire de cette passion un métier, quels auraient été tes autres choix de carrière?

«J’aurais débuté par être livreur de journaux, puis, passionné par le médium, je serais allé étudier en journalisme. J’aurais d’abord été stagiaire, puis j’aurais obtenu un poste respecté de chroniqueur.  J’aurais gravi les échelons et serait devenu le directeur général du Journal de Montréal pour renvoyer Lise Ravary et Sophie Durocher suite aux improbables conneries qu’elles ont écrites sur Safia Nolin au lendemain de l’ADISQ

4. En 2016, la musique québécoise nous a révélé de magnifiques bijoux de chansons. Quels sont tes 5 albums préférés de l’année?

  • David Simard – The Heavy Wait
  • Laura Sauvage – Extraordinormal
  • Klô Pelgag – L’étoile thoracique
  • Avec pas d’casque – Effets spéciaux

Pis c’est sorti en 2015, mais Portraits de famine de Brach, je l’ai écouté vraiment beaucoup en 2016, pis y vient de sortir la version 8-bit, ça serait fou de s’en passer.

5. Si on te donnait carte blanche pour que tu réalises ton souhait le plus fou, ça serait quoi?

Pas besoin de carte blanche, je réalise mes souhaits au fur et à mesure.

Consultez nos chroniques «Dans la peau de…» au www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début