«Séances de remue-méninges»: Comment debord, P'tit Belliveau pi les Grosses Coques et Alex Burger aux Francouvertes 2019 | Bible urbaine

Musique_Entrevues

«Séances de remue-méninges»: Comment debord, P’tit Belliveau pi les Grosses Coques et Alex Burger aux Francouvertes 2019

«Séances de remue-méninges»: Comment debord, P’tit Belliveau pi les Grosses Coques et Alex Burger aux Francouvertes 2019

Ça va solidement jouer du coude le 4 mars!

Publié le 28 février 2019 par Éric Dumais

Crédit photo : Flamme (Alex Burger), Léon Eniram (Comment debord) et Gracieuseté (P'tit Belliveau)

À l'occasion de la 23e édition du concours-vitrine Les Francouvertes, qui se tiendra durant neuf semaines jusqu'au 6 mai 2019, nous avions envie de nous amuser un peu! C'est pourquoi nous avons demandé à trois artistes et groupes de la cohorte actuelle d'écouter attentivement un morceau choisi d’un autre participant de leur même soir de préliminaires (4 mars) pour qu'ils notent sur papier toutes, toutes, toutes les impressions qui leur passent par la tête. Leur mission: expliquer les raisons pour lesquelles ils représentent de francs adversaires! Visiblement, ils se sont lâchés lousses...!

Alex Burger en séance de remue-méninges sur… «Depuis que la neige a fondu» de P’tit Belliveau pi les Grosses Coques

Cette figure de proue de la formation Câltar-bateau (restée silencieuse depuis près de deux ans!), avec sa plume agile et franchement colorée, a servi de belle façon cet octuor ambitieux qui a réussi à se hisser, mine de rien, au bout d’un marathon musical pas piqué des vers lors de la finale de l’édition 2016 des Francouvertes.

Cette fois, Alex Burger récidive en force, avec ses musiciens, Les Prix Staff (quel drôle de nom!), pour défendre ses titres devant vous, public du Cabaret du Lion d’Or. Et il vous promet de faire un Prince de lui-même, mais ça, ça reste à voir! Mais qu’a-t-il pensé de P’tit Belliveau pi les Grosses Coques?

«Un country avec des sonorités midi?! J’embarque. J’aime beaucoup le son de la basse qui est très bien accordée. Ça me rappelle l’époque où je taillais des petits bouts de glace en forme de fusil pour jouer dehors avec mon frère. Beau playing de banjo. Très jolie voix. Le reste du EP est vraiment bon itoo. Je vais certainement écouter cette musique hors de ce contexte».

Comment debord en séance de remue-méninges sur… «Pays chauds» d’Alex Burger

Ces deux sympathiques gaillards, Rémi et Alex, font partie de la formation montréalaise Comment debord, qui s’amuse à jongler, grâce à une instrumentation subtile et délicate, avec des sonorités tranquilles, entre soul et funk, et une petite touche de 70’s qui s’apprécie bien.

Ces petits chanceux ont entre autres eu droit à l’aide de Warren Spicer de Plants And Animals pour la réalisation de leur premier EP, lequel est à surveiller cet automne, après, et on l’espère pour eux, une lutte chaude de laquelle ils sortiront peut-être gagnants lors des Francouvertes! Mais… qu’ont-t-ils pensé d’Alex Burger?

Rémi Gauvin: «En écoutant ça, je me suis dit: on dirait l’enfant illégitime que Stéphane Lafleur et Richard Desjardins ont eu ensemble à l’occasion d’une aventure à Saint-Tite. On voit que David Marchand a clairement été influencé par la soundtrack de Bob l’Éponge (joke). S’il porte son chapeau de cow-boy aux Francous, on n’a aucune chance… Sans blague, c’est une très belle chanson, il y a quelque chose de profondément québ là-dedans. C’est sincère et ça se sent. Je trouve ça vraiment cool qu’Alex assume un côté country sans détour.»

Alex Guimond: «Bonne toune. Bon gars. Le show que j’ai le plus vu en 2018. Mes musiciens préfs. Moi aussi je bois de la bière en hiver.»

P’tit Belliveau pi les Grosses Coques en séance de remue-méninges sur… «Quatorze piastres de l’heure» de Comment debord

Il faut faire un peu de recherche pour trouver la vraie identité du P’tit Belliveau, mais comme on ne manque pas de perspicacité, on l’a trouvée! Sur son baptistère, on peut lire le nom Jonah Richard Guimond. C’est un p’tit gars de la baie Sainte-Marie, au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

L’Acadien et multi-instrumentiste se prépare bientôt pour un long, très long voyage jusqu’à Montréal, où il présentera ses titres devant une horde de citadins en compagnie de son cher banjo et de son quatuor de musiciens, qu’il a justement nommé ses Grosses Coques. Mais qu’a-t-il pensé de Comment debord, lui?

P’tit Belliveau: «Vibe de flotter dans un tube sur une rivière. J’aime beaucoup les parties quand la gang chante ensemble pour puncher certaines lignes. La guitare hit quand ça va dans l’slow, ainsi que le raunchy guitar dans l’slow part c super cool. NA NA NA NA all day long bb. Les drums sont crunchy

Le lundi 4 mars prochain dès 20 h, c’est l’occasion, pour vous, de venir encourager tout ce beau monde et de leur prouver que la belle musique qu’ils font vaut la peine d’être écoutée et encouragée. Inscrivez-vous à l’évènement Facebook en cliquant ici et invitez donc vos amis! Fun garanti.

*Cet article a été commandité par Les Francouvertes.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début