«Snow», la quatrième offrande du tandem australien Angus & Julia Stone | Bible urbaine

Musique_Critiques d'albums

«Snow», la quatrième offrande du tandem australien Angus & Julia Stone

«Snow», la quatrième offrande du tandem australien Angus & Julia Stone

Prendre un détour pour mieux revenir

Publié le 3 octobre 2017 par Vanessa Gallagher

Crédit photo : Nettwerk Music Group Inc.

Le duo Angus & Julia Stone revient nous enchanter avec son quatrième album studio qui s'intitule simplement Snow. C’est sans réelle anicroche ni stupéfaction que le frère et la sœur nous font valser à nouveau au son de leurs douces mélodies. C'est un album clair, pas du tout compliqué à saisir, qui transporte bien et qui jouit d’une belle qualité technique qui vaut certainement une écoute attentive de votre part.

On se rappelle que les deux pierres angulaires du groupe se sont consacrées à leur carrière solo respective avant de se retrouver, en 2014, pour combiner leur talent (qui fleurit bien mieux à deux) afin de créer un album homonyme. Dès lors, la question de devoir se rassembler à nouveau après une courte pause n’a pas dû être relancée: les deux Australiens ont compris le pouvoir d’une équipe bien soudée.

À portée de main depuis le 15 septembre et paru sous l’étiquette Nettwerk Music Group Inc, le plus récent opus des Australiens contient douze morceaux bien rodés. L’entrée se fait en force avec une pièce aux sonorités très pop, «Snow», qui avait déjà été relâchée il y a quelques mois sous la forme d’un simple raccroché à une ludique vidéo presque cotonneuse.

On se surprend, dès lors, à se demander s’il ne sera pas possible de retrouver une pièce culte comme l’a été «Big Jet Plane» sur Down The Valley en 2010… Mais la réponse est non. Toutefois, on ne tombe pas pour autant dans l’indifférence; la qualité technique est là.

La seconde pièce, déjà plus en rythme que la première, nous envoie directement visiter un folk franc. On se surprend presque à déceler des traces d’électro puisant dans des arrangements sonores célestes. L’effet est saisissant, dans le bon sens du terme, parce que le morceau nous emmène un vent de fraîcheur. Puis, on tombe alors dans une certaine léthargie, voire une redondance, qui ne nous transporte définitivement pas ailleurs…

Critique-Angus-And-Julia-Stone-Bible-Urbaine

Cette ribambelle de pièces plutôt correctes s’arrête fort heureusement à «Sleep Alone», une pièce tout en naïveté, presque enfantine. Avec certains airs propres à M83, le duo flirte encore avec un certain son electro pop soft. C’est ludique, et ça nous transporte enfin dans une nouvelle direction que l’on n’hésite pas à suivre. Une nouvelle avenue que le duo folk n’avait pas encore totalement explorée.

Puis surgit des buissons «My House Your House», qui ne peut faire autrement que de faire jaillir en nous une certaine nostalgie, pas désagréable du tout, des premières années d’Angus & Julia Stone. Douce, accoutrée d’un texte minimaliste sans toutefois être démunis de sens, la mélodie nous berce. Formant une grappe intéressante avec l’aide de «Baudelaire», ainsi que de la concluante «Sylvester Stallone», ces pièces portent bien la signature emplie de douceur du duo. On a presque envie de les remercier d’avoir glissé quelques-unes de ces mélodies dans ce dernier long jeu.

C’est alors que le tandem nous permet de voyager le temps de son nouvel opus entre différents accords. On ne parle pas ici d’un album redéfinissant leur art, mais ce petit détour, empruntant la voie de l’électro et du rock certes un peu plus progressif, nous fait sourire. Reste à voir s’ils seront encore de la partie ensemble pour leurs prochains albums, ou s’ils se consacreront davantage à leur carrière solo à nouveau.

Angus & Julia Stone seront dans la métropole le 14 novembre prochain au MTELUS. Voici le vidéoclip de leur extrait homonyme «Snow»!

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début