5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM | Bible urbaine

Sorties_Festivals

5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM

5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM

Une artiste d'ici dans la cour des grands

Publié le 28 juin 2019 par Mathilde Recly

Crédit photo : Mathieu Pothier

Ce jeudi 27 juin, le rendez-vous était pris à 21 h 30 pour assister au concert de Charlotte Cardin sur la scène TD du Festival International de Jazz de Montréal. Lors de cet évènement d’ouverture de la 40e édition, l’auteure-compositrice-interprète a démontré qu’elle était le match parfait pour lancer les festivités et faire vibrer le public venu en nombre sur le parterre de la Place des festivals. Voici pourquoi!

La classe québécoise

En prenant place sur scène, hier soir, Charlotte Cardin était élégante, gracieuse, posée, calme et en maîtrise de ses émotions. D’une grande douceur, elle s’est postée derrière son clavier dans une belle tenue blanche, accompagnée en formule trio au sein d’un décor minimaliste et sans fioriture. Les premières notes se sont envolées au milieu de la foule, et la chimie était plus que présente avec son batteur et son bassiste-claviériste qui l’accompagnent depuis longtemps (pour ne pas dire les tout débuts).

Une voix chaude et soulish

Le concert est passé à une vitesse grand V, et cela tient notamment au fait que sa musique est efficace, avec des mélodies et des ornementations soul qui lui vont à merveille. Sa voix chaude, sensuelle se prêtait aussi bien à des chansons plus «pop» telles que «Main Girl», qu’à certaines très jazzy du style de «Just Like That» – où elle s’accompagnait d’ailleurs seule à la guitare acoustique.

Son potentiel international

Au sein de son univers musical, Charlotte Cardin passe de l’anglais au français avec une aisance déconcertante. Les deux langues lui vont bien et son timbre est toujours mis en valeur. Elle s’est déjà beaucoup exportée du côté anglophone du Canada, mais aussi à l’international: aux États-Unis par exemple, où elle est partie en tournée et où le public semble vraiment l’apprécier (notamment à New York), ainsi qu’au Royaume-Uni…

Mais elle ne s’est pour autant jamais détachée du côté francophone avec son Québec natal, en plus de s’imposer de l’autre côté de l’Atlantique. En effet, la France a accueilli à bras ouverts son tube «Main Girl» sur les grosses radios.

Des messages forts dans une ambiance angélique

Au milieu du concert, elle a abordé avec sérieux et détermination des thèmes qui lui tenaient à cœur. Elle a pris le temps d’aborder le #MeToo, avec un discours qu’elle a admis «lourd mais nécessaire», et où elle a demandé au public de ne pas subir d’éventuels gestes ou propos déplacés qui le mettrait inconfortable. «Si quelqu’un se fait toucher contre son gré ce soir, qu’il en parle à une personne du festival!» a-t-elle donc solennellement proclamé.

Elle a aussi souhaité dénoncer, plus tard, les abus psychologiques… mais n’a pas oublié pour autant de faire planer un moment de communion, de pureté, de simplicité et de paix avec la blancheur qui régnait en maître sur scène.

Un hommage aux artistes locaux

Tout au long du spectacle, elle a montré son intérêt envers la scène musicale québécoise et les artistes qu’elle a d’ailleurs invités à la rejoindre sur scène. Aliocha a été le premier à se joindre à la fête avec la chanson «Flash in the Pan» qu’il a interprété en duo avec la belle Charlotte: c’était un agréable moment de complicité entre les deux artistes.

Plus tard, le duo électropop Milk & Bone est venu faire les chœurs sur «Main Girl», en plus de chanter avec la tête d’affiche sur «Daydream». La chanson était efficace, mais les deux univers (Milk & Bone versus Charlotte Cardin) étaient diamétralement opposés et clashaient à mon sens.

Enfin, c’est Loud qui est entré sur «Like It Doesn’t Hurt», avec une prestance admirable et une partie rappée absolument parfaite. Ils ont ensuite interprété leur titre «Sometimes, All the Time», tous deux vêtus de blanc. Leurs voix se mêlaient harmonieusement et l’émotion planait fort au-dessus du Quartier des spectacles.

Alors que le concert touchait à sa fin, Charlotte Cardin a repris la chanson «Fous n’importe où» de Daniel Bélanger. Elle a introduit ce cover en prenant bien le temps de souligner qu’elle admirait beaucoup cet artiste du paysage culturel québécois.

Charlotte Cardin a donc assuré la mission que lui avait confié Laurent Saulnier en la programmant au Festival International de Jazz de Montréal. Pari réussi!

Le concert de Charlotte Cardin en images

  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM
  • 5 raisons pour lesquelles Charlotte Cardin était le choix parfait en ouverture du FIJM

Par Mathieu Pothier

Grille des chansons

1. Échardes

2. Big Boy

3. Double Shifts

4. Drive

5. Talk Talk

6. Paradise Motion

7. Dirty Dirty

8. Good Girl

9. Les jupes

10. Flash in the Pan (feat. Aliocha)

11. Just Like That

12. The Kids

13. California

14. Main Girl (feat. Milk & Bone)

15. Daydream (feat. Milk & Bone)

16. Passive Agressive

17. Like It Doesn't Hurt (feat. Loud)

18. Sometimes, All the Time (feat. Loud)

19. Fous n'importe où (reprise de Daniel Bélanger)

20. Faufile

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début