Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques | Bible urbaine

Sorties_Concerts

Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques

Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques

«Fuck the blues, I wanna shine, baby»

Publié le 25 septembre 2015 par Solveig McClure-Poirier

Crédit photo : Frédéric Lauzier-Young

C’est sous la forme d’un 5 à 7 avec prestation que Bernard Adamus lançait son troisième album Sorel Soviet So What aux Foufounes électriques mercredi dernier. Accompagné de ses fidèles musiciens, il a offert aux nombreuses personnes présentes, dans la cour de la mythique salle de la rue Sainte-Catherine, une prestation généreuse, devant une foule enthousiaste à l'idée de découvrir son plus récent album Sorel Soviet So What, en magasin dès aujourd'hui.

Rencontré dans un café de la rue Laurier la semaine dernière, il nous confiait que Sorel Soviet So What, un titre inspiré d’une anecdote de tournée et du titre d’un album de Megadeth, est son plus musical: «Je pense que c’est le meilleur des trois; le plus vivant, le plus cru». Beaucoup moins intime que le dernier, mais tout aussi personnel, il semblerait qu’il «radote toujours autant», ce qui fera plaisir aux fans du franc parlé de Bernard Adamus.

Mais il a fait du chemin depuis son dernier opus No 2, sorti en 2012. «Il y a des choses sur le dernier album que je n’aurais pas dû endisquer. Je ne regrette pas, mais certaines choses étaient de trop». Il se réfère notamment aux chansons «Les obliques», «Le problème» et «Les chemins du doute» sans vouloir s’éterniser sur le sujet, visiblement.

La différence majeure, et elle était perceptible lors du lancement où il a enchaîné sept de ses nouvelles chansons, est que cet album, beaucoup plus festif, «est un réel trip de band. Si j’avais fait la même chose une troisième fois, les gens se seraient tannés. On est allé ailleurs et ça l’a fait du bien à tout le monde». Ce qu’il a fait de différent, c’est notamment la formule à «trois têtes».

Toujours avec son fidèle acolyte Éric Villeneuve, ils se sont cette fois alliés à Tonio Morin-Vargas, au mixage. «C’est à cause de Tonio qu’on a pu aller plus loin vu qu’on avait, pour la première fois, un vrai drum. Avec Tonio, on ne pouvait plus rester aussi calme». Ce trip de gang était visible sur la petite scène des Foufounes électriques, surtout lors du single «Hola les Lolos», où des amis musiciens se sont joints à lui devant la foule qui enchaînait les paroles.

On ne peut toutefois baser tout le succès de l’album sur son band. Bernard Adamus a également pris de l’assurance quant à son écriture, Adamus avouant: «je comprends mieux comment écrire. Avant, j’étais gêné et si la toune était pas déjà toute faite, je la sortais pas de chez moi. Éric m’a aidé à ce niveau. «Cadeau de grec», par exemple, s’est faite assez rapidement en studio».

Adamus parle de ce troisième album comme si c’était la fin d’un cycle: «Numéro 2 c’était la fin de Brun, beaucoup de tounes avaient été écrites avant, ce qui fait qu’il restait très lourd et sombre». À l’exception de «Les étoiles du match», son troisième album s’éloigne du style nostalgique de ces deux premiers.

En show, il insiste pour dire «que ce sera encore meilleur, plus festif. Il va y avoir plus de place à la musique pis ça va me permettre de moins gueuler». L’enregistrement, qui a eu lieu au célèbre studio Break Glass de la rue Clark s’est fait en live, «un vrai trip de band», qui se perçoit sur l’album, une version fidèle de ce à quoi on a eu droit lors du lancement de mercredi dernier.

C’est finalement avec un «fuck the blues, I wanna shine, baby» qu’Adamus a remercié la foule, entassée sur le parterre des Foufs. Au final, il aura offert un alléchant avant-goût de ce qu’il présentera en tournée prochainement.

L'événement en photos

  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques
  • Bernard Adamus lance «Sorel Soviet So What» aux Foufounes électriques

Par Frédéric Lauzier-Young

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début