«Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I] | Bible urbaine

Sorties_Mode et beauté

«Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]

«Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]

Quand la mode se nourrit des jardins fleuris...

Publié le 30 janvier 2019 par Mathilde Recly

Crédit photo : Tous droits réservés

Deux fois par mois, Bible urbaine vous parle d’une maison de couture qui a fortement influencé l’art de la mode et du style grâce à sa créativité et son talent, au point de devenir une véritable légende des podiums. Pour ouvrir le bal de cette nouvelle série, je vous propose de commencer par une incursion dans l’univers floral de Christian Dior. Ce sujet étant très vaste, j’ai décidé de le diviser en trois volets: le tout premier ci-dessous se concentre sur l’amour du couturier pour les fleurs dès son plus jeune âge, et l’inspiration qu’il en a tirée dans ses collections des années 1950.

Christian Dior est un grand couturier français né le 21 janvier 1905 à Granville, commune française située en Normandie. Il y a passé les cinq premières années de sa vie avant de déménager à Paris avec sa famille. Les Dior, fraîchement Parisiens, n’ont tout de même jamais voulu quitter leur Villa des Rhumbs à Granville, qui est alors devenue leur résidence secondaire. Pour l’anecdote, celle-ci est maintenant un musée entièrement dédié à l’œuvre du créateur de mode.

Createur-influences-dior-fleurs-11

La Villa des Rhumbs à Granville, aujourd’hui le Musée Christian Dior. © Tous droits réservés

Il y a quelques années, en visitant cette belle et grande demeure construite au bord de l’eau, j’avais eu l’occasion de constater la splendeur et l’harmonie du jardin autour. D’après la revue «Connaissance des arts» (hors-série n° 773) consacrée à l’exposition «Christian Dior, couturier du rêve à Paris» au Musée des Arts Décoratifs l’an passé, le jeune Christian et sa mère travaillaient ensemble – et avec cœur – sur la disposition et l’entretien de leurs roseraies et massifs de fleurs. Les livres de chevet du futur créateur étaient des catalogues Vilmorin-Andrieux, publications périodiques du début du XXe siècle débordant d’illustrations florales.

«J’aimais par-dessus tout apprendre par cœur les noms et descriptions de fleurs dans les catalogues en couleur de la maison Vilmorin-Andrieux» – Christian Dior.

Beaucoup plus tard, après plusieurs années dédiées à sa passion de galeriste, Christian Dior s’est tourné vers la mode et a mis à profit les nombreuses esquisses de créations vestimentaires qu’il avait pour habitude de réaliser.

L’année 1947 a alors été charnière pour sa carrière de couturier, puisqu’il s’est fait connaître du jour au lendemain avec sa collection «Été 1947», aussi qualifiée de «New Look». En parcourant les modèles qui y étaient présentés, je me suis vite rendu compte de sa passion florale et, par ailleurs, d’un certain vent de fraîcheur qu’il avait amené: on y trouve des couleurs vives et beaucoup de fantaisie. Ce souffle de renouveau paraît encore plus évident quand on compare ses robes aux autres créations de l’époque, très sobres, voire sévères, durant cette période d’après Seconde Guerre mondiale.

Createur-influences-dior-fleurs-7

Croquis extrait du documentaire Les dessins de Christian Dior, réalisé par Loïc Prigent et diffusé sur Arte. La rose, placée au niveau du buste, est censée se déployer avec le mouvement du mannequin.

En inventant cette vibrante collection qui l’a fait connaître mondialement, Dior a commencé à développer certaines de ses tenues autour de la rose, comme cette robe ci-dessus qui comporte une fleur au niveau du bustier.

Deux ans plus tard, en 1949, Christian Dior a créé une pièce maîtresse et légendaire – que je ne me lasse pas d’admirer –, la «robe Junon». Encore une fois, son amour pour les fleurs s’est révélé avec les différentes couches pailletées et constituées de broderies qui tombent comme des pétales de fleurs. Petit à petit, ce modèle est devenu, sans surprise je pense, une sorte d’«incontournable de la maison».

Createur-influences-dior-fleurs-8

La «robe Junon», créée par Christian Dior en 1949. © Site du Musée des Arts Décoratifs (MAD) à Paris

D’autre part, on apprend dans le documentaire Les dessins de Christian Dior (réalisé par Loïc Prigent et diffusé sur Arte), que le couturier tenait des carnets de croquis créatifs dans ses jardins, qui étaient pour lui de vrais lieux de recueillement et d’inspiration. Au fil des années 1950, Christian Dior a rendu hommage à tous ces espaces fleuris qui l’inspiraient en nommant plusieurs de ses collections avec des noms de fleurs.

Ainsi, en 1953, on découvrait sur les podiums la «ligne tulipe». Celle-ci mettait en valeur le haut du corps avec une grande ouverture des robes au niveau du buste, donnant une impression d’épanouissement de la fleur. L’année suivante, c’était la «ligne muguet» qui était présentée. On y trouvait notamment des motifs de brins de muguet qui égayaient une jolie robe blanche.

Décédé prématurément en 1957 d’une crise de cœur foudroyante, Christian Dior a toujours cultivé son amour pour les fleurs et en a même fait un symbole majeur de sa maison de couture.

Lors du prochain article, à paraître le mercredi 13 février, nous verrons comment les directeurs artistiques qui se sont ensuite succédé à la tête de l’empire Dior ont tous veillé à conserver les créations florales au cœur des collections présentées.

Dior et les fleurs en images

Par Tous droits réservés et Musée des Arts Décoratifs (MAD)

  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
    Croquis extrait du documentaire Les dessins de Christian Dior, réalisé par Loïc Prigent et diffusé sur Arte. La rose, placée au niveau du buste, est censée se déployer avec le mouvement du mannequin.
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
    La «robe Junon», créée par Christian Dior en 1949. © Site du Musée des Arts Décoratifs (MAD) à Paris
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
  • «Créateur d’influences»: le couturier Christian Dior et les fleurs [Partie I]
    La Villa des Rhumbs à Granville, aujourd'hui le Musée Christian Dior. © Tous droits réservés

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début