«Dans la peau de...» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs | Bible urbaine

Sorties_Expositions

«Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs

«Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs

Dessiner, c'est une passion, un premier recours, un vide-poches mental

Publié le 1 mai 2020 par Éric Dumais

Crédit photo : Vincent Castonguay

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé l'illustratrice Florence Rivest, que nous découvrons à peine, après être tombés par hasard sur sa page Instagram et avoir eu un solide coup de coeur pour ses créations où les couleurs sont à l'honneur.

Florence, c’est un peu par hasard que nous sommes tombés sur ta page Instagram, et on doit dire qu’on a eu un coup de cœur instantané pour tes créations. À quel moment as-tu eu l’envie de devenir illustratrice et d’en faire ton métier?

«Ah, c’est ben fin, merci!! En fait, avant même de savoir que c’était un métier qui avait un vrai nom, je savais déjà que je voulais être illustratrice, ha! Dessiner, ça a toujours été ma passion, mon premier recours, pis mon vide-poches mental. Par contre, ça m’a pris plusieurs années avant d’avoir le guts de me lancer pour de vrai, et là ça va faire trois ans à l’automne.»

En regardant de plus près tes dessins, on voit que tu es attirée, en fille de 27 qui aime jouer dehors, par la nature et ses contrastes, mais aussi par l’être humain et ses rêveries. Peux-tu nous parler de ces sources d’inspiration qui t’incitent à prendre le pinceau et à te laisser guider par ton inspiration?

«Mon doux, un peu toute! Je suis une grande bibitte sensible, je tiens ça de mon père; alors la musique, l’art des autres, mes amis, les moments passés en plein air, alouette! Je pense que mes dessins les plus sentis viennent de moments précis par contre, généralement à la rencontre de la nature pis des gens que j’aime. Souvent, c’est à la collision de plusieurs des choses nommées plus haut que je vais avoir le feeling que je devrais vraiment pogner mon crayon: un de mes amis va dire quelque chose de pas deep pour deux cennes, mais autour d’un feu avec une telle chanson qui me touche, pis kin y’a la lune qui se lève… Et là, je vais avoir le motton dans le ventre et je sais qu’il faut que je dessine ça. Je pense qu’il faut être willing de se laisser émouvoir par un peu n’importe quoi, et à partir de là, c’est vraiment plus un problème d’être inspirée.»

Réchauffer les couleurs frettes

L’une de tes plus grandes qualités, c’est l’art d’agencer des couleurs qui se marient toujours bien et qui donne un tableau final où nos yeux ont envie de se perdre durant quelques minutes. Peux-tu nous parler un peu de ta technique et nous présenter l’une de tes récentes créations qui te fait du bien en ce moment?

«Hen, c’est super gentil! Ouin, je suis un peu une folle aux couleurs, alors on dirait que je cherche toujours à aller chercher la couleur vive cachée dans les choses «neutres»? Par exemple, un tronc d’arbre, c’est jamais juste brun. Y’a du orange vif, y’a du lichen vert-turquoise, du terre-de-Sienne, etc. Alors, souvent, la première étape, c’est que je vais être happée par les couleurs de quelque chose. Ensuite, j’ai pas mal toujours mon carnet de croquis avec moi, pis je vais souvent faire un premier sketch plus «réaliste» avant de retravailler la forme pour aller chercher son essence, la version simplifiée de celle-ci, mais tout en restant organique.»

«Dernièrement, j’essaie de travailler sans cloisonner les couleurs et ça donne une peinture comme Les couleurs frettes se réchauffent. Ça me demande de laisser aller un peu de mon perfectionnisme, alors je pense que ça me fait du bien en ce moment!»

Justement, comment, en tant qu’artiste, vis-tu la vie en confinement: est-ce un moment privilégié pour t’évader à travers ton art, ou au contraire, c’est une période où tu ressens un certain blocage au niveau artistique?

«C’est une drôle de période, on ne se le cachera pas! En fait, actuellement, j’ai le beau problème d’avoir beaucoup de pain sur la planche (d’illustrations commissionnées), et ça donne un cocktail d’émotions un peu weird. Je suis à la fois vraiment reconnaissante, complètement stressée, parce que j’adore mes contrats, et je veux vraiment bien faire, mais aussi pleines de deuils que je ne peux pas vraiment canaliser en art, parce que le temps me manque.»

On se plaît à rêver: si on t’offrait la chance de réaliser ton souhait le plus fou en lien avec ton métier d’illustratrice, quel serait-il, et pourquoi?

«Mmmmm, en fait, mon rêve, ça serait de continuer à travailler en illustration pour de beaux clients en lesquels je crois «valeurs-wise», tout en ayant une carrière artistique plus personnelle prolifique sur le side ET de développer des projets d’expéditions qui conjuguent humain, plein air et art. Je crois que je veux viser une balance entre ces trois sphères-là plus qu’un projet particulier… Mais en même temps, je veux vraiment aussi écrire un livre, travailler avec une compagnie de slow fashion québécoise, pis faire une murale dans une piscine ou un aquarium… On verra, haha!»

Pour découvrir nos précédentes chroniques «Dans la peau de…», visitez le www.labibleurbaine.com/nos-series/dans-la-peau-de.

Un extrait du portfolio de Florence Rivest en images

Par Florence Rivest

  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Association des Camps du Québec 2020
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Couchée de soleil
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Dinette Magazine (Muter)
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    La Cadillac du lac
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Le rêve du jour
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Longtemps longtemps
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Magazine Beside (Naviguer en eaux troubles)
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Magazine Beside (Naviguer en eaux troubles)
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Octobre
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Paddle plus vite on va manquer l'apéro
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Pure joie
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Réchauffer les couleurs frettes
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    Regarder au loin
  • «Dans la peau de…» Florence Rivest, illustratrice folle des couleurs
    T'as-tu vu ça la falaise

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début