«Dans la peau de...» Noémie Klein, illustratrice française | Bible urbaine

Sorties_Expositions

«Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française

«Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française

Donner naissance aux émotions, pensées et idées pour les ancrer dans la matière

Publié le 22 mai 2020 par Éric Dumais

Crédit photo : Tous droits réservés

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé Noémie Klein, une illustratrice française découverte totalement par hasard sur Instagram, et qui a gentiment accepté de nous parler de son travail et de ses inspirations artistiques.

Noémie, on a découvert ta page Instagram un peu par hasard et on a eu un gros coup de cœur pour tes dessins. Raconte-nous comment est née ta passion pour les arts visuels et ce qui t’a donné le déclic d’en faire un métier.

«D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours dessiné. La pratique du dessin est restée une constante tout au long de ma vie et, de ce fait, il n’y a jamais vraiment eu de déclic. Lorsqu’il a fallu s’orienter vers des études supérieures, je me suis naturellement engagée dans des études en lien avec les arts visuels, car je ne pouvais rien envisager d’autre à l’époque.»

Au fil des ans, tu as esquissé un éventail de sujets avec la pointe de tes crayons. Peux-tu nous parler de tes inspirations en termes de dessins et de ce qui te fait vibrer en tant qu’artiste visuel?

«Les deux thèmes qui sont restés au centre de mon travail depuis le début sont la Femme et la Nature. Même si je n’en avais pas forcément conscience, je dirais que, plus jeune, ce qui m’inspirait à dessiner, c’était surtout la recherche du Beau et de la Douceur. J’avais le désir de m’en imprégner en les recréant du bout de mes crayons. Plus j’évolue et moins j’aspire à reproduire ce qui existe déjà autour de moi.»

«Ce qui m’anime aujourd’hui, c’est de donner forme au plus abstrait, au plus subtil. Je cherche à traduire visuellement ce qui se passe à l’intérieur de moi: les émotions, les pensées et les idées sur lesquelles je médite. Puis, je leur donne naissance sur papier pour les ancrer dans la matière.»

«Je souhaite qu’en explorant et en exprimant le personnel, je puisse toucher à l’universel, et ainsi produire un travail qui résonne chez l’autre, un travail qui puisse nous connecter en mettant en lumière ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare.»

Ta signature artistique, qu’on oserait décrire comme étant minimaliste à souhait, a grandement évolué avec le temps. Dis-nous comment toi tu décrirais personnellement ton travail, et parle-nous brièvement des différentes périodes créatives qui ont marqué ton parcours professionnel.

«Oui, c’est vrai que mon style illustratif est passé par des phases très variées, surtout ces dernières années! Je dirai que la forme de mon travail artistique évolue au rythme de mon évolution intérieure. Lorsque je regarde mon travail d’il y a deux ans, je le trouve flou, dispersé et hésitant, et cela représente bien mon état d’être en 2018. Depuis, je me suis vraiment engagée dans une recherche de clarté mentale, et je pense que cela se reflète dans mon trait minimaliste d’aujourd’hui. Les images que je crée deviennent plus claires, plus structurées et plus directes au fur et à mesure que mon esprit le devient.»

«Aujourd’hui, toute mon attention se porte sur le message à communiquer, et mon style n’est qu’un outil qui doit évoluer et s’adapter selon les besoins, afin de pouvoir transmettre une idée de la manière la plus simple et efficace possible.»

Si tu avais à nous présenter cinq artistes visuels dont tu admires le travail – qu’ils viennent de France ou d’ailleurs – ton choix se porterait sur qui? Dis-nous ce qui te plaît tant dans leurs créations, on est curieux!

«Il y a tellement d’artistes incroyables que je découvre chaque jour à travers Instagram! En voilà cinq qui me touchent particulièrement et que j’aimerais vous partager!»

Isabelle Feliu (@isabellefeliu)

«Les illustrations oniriques d’Isabelle m’enchantent toujours par leur beauté et leur poésie. Si je le pouvais, je plongerais dans ses créations et vivrais dans les mondes de douceur qu’elle crée.»

Filippa Jean Edghill (@filippaedghill)

«L’univers de Filippa semble toujours en mouvement. De l’aquarelle à la photographie argentique, en passant par les cyanotypes, elle explore des techniques et outils variés pour s’exprimer, et en cela je l’admire beaucoup. Pourtant, bien que la forme soit toujours en évolution, j’ai le sentiment que le fond et l’essence de son travail restent constants et que chacune de ses oeuvres nous ouvre chaque fois un peu plus l’accès à une réalité plus subtile.»

Vanja Vukelić (@merakilabbe)

«Les créations de cette artiste sont absolument magiques. L’association de ses illustrations et de ses textes a eu une influence profonde sur moi et me font ressentir plus d’amour et de respect pour la Nature qu’aucun autre artiste ne sait le faire.»

Camilla Engström (@camillamengstrom)

«L’univers coloré de Camilla est une explosion de Joie. Il me suffit de quelques minutes sur sa page Instagram où on la voit danser au milieu de ses oeuvres pour me remplir d’une belle énergie!»

Evan M. Cohen (@evanmcohen)

«En plus d’être splendide, tout le travail de cet artiste invite à une méditation sur la nature de la Réalité et de ce que nous sommes essentiellement. Ses créations sont comme un voyage à travers l’Univers, et je rêverais de pouvoir discuter avec lui pour en apprendre plus sur la source de son inspiration.»

Si tu avais à dîner avec le plus grand artiste visuel de tous les temps, vivant comme décédé, qui serait-il et de quoi aurais-tu envie de lui jaser?

«Difficile de choisir! Mais puisqu’il le faut, je vais dire Jean Cocteau pour cette fois-ci. J’aimerais parler avec lui des sujets simples mais complexes: l’Amitié, l’Amour, le Travail… Je lui demanderais aussi de me parler de la distinction qu’il fait entre la frivolité et la légèreté, de sa compréhension de ce qu’est l’Inspiration, ou plutôt l’Expiration, comme il le dit. J’aimerais aussi l’écouter parler de la douleur, de l’«obéissance à l’Âme», du Libre arbitre et du Destin… Ma curiosité est insatiable, et mes questions pour accéder à sa perception du monde n’en finiraient pas!»

Alors, vous êtes curieux d’en découvrir plus? Suivez sa page Instagram ici. Pour découvrir nos précédentes chroniques «Dans la peau de…», visitez le www.labibleurbaine.com/nos-series/dans-la-peau-de.

Un extrait du portfolio de Noémie Klein en images

Par Noémie Klein @ Tous droits réservés

  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française
  • «Dans la peau de…» Noémie Klein, illustratrice française

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début