Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée | Bible urbaine

Sorties_Festivals

Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée

Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée

Ceci n’est pas une critique de shows (bis)

Publié le 11 juillet 2018 par Alice Côté Dupuis

Crédit photo : Jean-Charles Labarre (à la une: Marie-Pierre Arthur et Louis-Jean Cormier)

Quand j’ai vu que notre collaboratrice Michelle Paquet quittait Petite-Vallée avant la fin de son fameux Festival en chanson, je n’ai fait ni une ni deux: j’ai parcouru les quelque 800 kilomètres me séparant du village natal de ma maman et je l’ai en quelque sorte remplacée. Bon, disons que ce n’était pas un grand sacrifice: j’arrivais juste à temps pour le spectacle «Une fois six» avec des artistes parmi mes favoris. J’adorais aussi l’idée d’enfin vivre l’ambiance du festival dont je n’avais jamais réellement profité, malgré mon lien de cœur et de parenté au village. Même si je connaissais les lieux et les artistes, c’est surprises après surprises que j’ai vécues lors de cette 36e édition du Festival en chanson de Petite-Vallée, qui m’a vraiment accueillie… comme si j'étais de la famille!

«Bonjour!», scandait chaque matin de sa voix tonitruante ce photographe de presse français qu’accueillait ma cousine dans sa petite maison de Grande-Vallée. Le deuxième occupant, un autre Français, mais plus posé celui-là, avait beau discuter avec moi (mais avec moins de passion) de Feu! Chatterton, il n’en avait pas moins d’intérêt pour les Marie-Pierre Arthur et Nulle part Nord qu’il découvrait ici. Malgré ce beau chaos déjà bien organisé dans la coquette maison, c’est avec générosité et gaieté qu’on a partagé avec moi le café de la Bodum et l’unique salle de bain durant quatre matins.

Ma cousine revenait d’aller chercher Ariane Moffatt à l’aéroport de Gaspé et de dîner avec elle quand je l’ai rejointe, parce que…c’est ça le Festival en chanson de Petite-Vallée: les chauffeurs privés ou les chauffeurs de navettes, ce sont des bénévoles. Ici, les locaux ont cet évènement annuel tatoué sur le cœur et ils s’y impliquent généreusement dans diverses tâches, comme l’accueil des journalistes, des artistes ou des chansonniers participants; ils font un peu partie de la famille élargie, et ils font sentir à tous ceux qu’ils rencontrent ou reçoivent qu’ils en font partie aussi.

Surtout quand c’est Marie-Pierre Arthur, une Fournier de Grande-Vallée, et Louis-Jean Cormier, dont la mère est originaire de Petite-Vallée, qui sont les «passeurs», les présidents ou parrains d’honneur du festival, là, on peut vraiment dire que c’est une édition qui se passe en famille. Amis de longue date, les deux artistes ont reçu l’aval d’Alan Côté, cousin de Cormier et grand manitou du Festival en chanson, afin de créer un spectacle unique qu’ils présenteraient à cette 36e édition. Inspirés par le «Une fois cinq» des années 1970, ils ont ainsi créé «Une fois six» en s’entourant d’amis musiciens et auteurs-compositeurs-interprètes de grand talent.

Crédit photo: André Bujold

Fred Fortin, Olivier Langevin, Louis-Jean Cormier, Salomé Leclerc, Ariane Moffatt et Marie-Pierre Arthur formaient cet incroyable groupe; incroyable au sens de formidable, car quand on y pense, il n’était pas si improbable: ces artistes sont tous des incontournables de leur génération en musique québécoise et ont tous des liens les uns avec les autres, ce qui ne manqua pas de créer une ambiance aussi festive que chaleureuse. «Y’a pas vraiment de règlement ce soir», ont-ils déclaré, invitant tout un chacun à se sentir le bienvenu et comme chez lui.

«J’ai les mains tellement collantes que j’sais pu jouer», a lancé Marie-Pierre Arthur presque à la confidence, devant la chaleur accablante sous le grand chapiteau de Grande-Vallée. «C’pas grave, c’est juste de la basse!», a répondu Cormier, moqueur, comme un grand frère taquinerait sa petite sœur. C’est dans cette ambiance-là qu’on était avec eux; pas étonnant qu’Ariane Moffatt ait proposé d’emblée de combler le vide au centre de la scène: la proximité entre les artistes, puis entre eux et le public, se devait de se refléter sur la scène.

Avec un aussi beau band qui s’échangeait les instruments de chanson en chanson, nul ne fut étonné de voir une importante masse qui se déchaîne sur du Galaxie ou qui danse joyeusement sur du Marie-Pierre Arthur et qui, la chanson suivante, fait le silence complet, pendu aux lèvres d’Arthur et Cormier chantant «Oublie pas» de Karkwa, autour d’un même micro. C’est un peu ça, Petite-Vallée: des moments de grâce enveloppés dans de grandes festivités. Mais personne n’avait prévu, en clôture, cette intense et jouissante reprise de «La vie est laide» de Jean Leloup, Moffatt chantant en jouant de la batterie devant un parterre survolté qui sautait joyeusement.

Crédit photo: Jean-Charles Labarre

Le lendemain après-midi, pendant qu’il ventait à écorner les bœufs sur la Longue pointe de Petite-Vallée, faisant claquer vigoureusement les toiles du chapiteau de la Vieille Forge, Marie-Pierre Arthur et Louis-Jean Cormier tentaient de présenter leurs chansons comme à l’origine, lorsqu’ils les ont composées, en formule guitare-voix. Mais cette fois-ci, c’était plutôt deux guitares, un micro, et beaucoup de vent. Même si le leader de Karkwa a demandé à leur ami musicien, le regretté Dan Gaudreau, de baisser «le volume du vent» (!), la nature a continué de rager, mais ne s’est pas montrée la plus forte devant la beauté et la simplicité de ce spectacle intime.

En soirée le vendredi, ce sont les magnifiques textes d’Andréanne A. Malette, aux propos très justes et à l’attitude très authentique, que le public réuni sous le chapiteau de Grande-Vallée a pu découvrir, juste avant l’increvable Marjo qui débuta avec – quoi d’autre? – sa fameuse «Illégal». Déplorant que la foule ne puisse davantage se rapprocher, la rockeuse avait envie de se sentir très près de son public, et c’est probablement ce qui la poussa à y descendre au rappel et à se promener dans la foule en chantant. Trente-six ans après sa dernière présence au festival, alors qu’elle était encore avec le groupe Corbeau, la chanteuse en a ravi plus d’un, dont certains manquaient de voix le lendemain.

Crédit photo: André Bujold

Mais une soirée au Festival en chanson de Petite-Vallée, ça ne se termine pas à 22 h 30. Il faut ensuite transférer à nouveau au chapiteau de la Vieille Forge pour les concerts de 23 h 30. Que ce soit sur le gros rock de Galaxie (le jeudi) ou sur la musique festive mélangeant le traditionnel et le bluegrass de Nulle part Nord (le vendredi), les fins de soirée à Petite-Vallée, ça se passe en dansant! Et quand des foules réunissant tant des têtes blanchissantes que des gens dans la jeune vingtaine se réunissent à minuit et demi passé pour continuer à danser sur le rap de Seba et Horg, on sait que le festival réussit bien son mandat de présenter une programmation éclectique qui met en valeur la chanson francophone, qu’elle soit émergente ou bien établie, tant qu’elle soit accessible au plus grand nombre!

Pourtant, c’est encore dans ses concerts intimes que le festival frappe le plus fort et surprend le plus, comme il l’a prouvé le samedi après-midi, en surprise, en aménageant le vieux pont couvert de Grande-Vallée avec des coussins et des bancs pour accueillir Marie-Pierre Arthur et la famille Fournier. Avec son frère Jean-Sébastien «Ti-Bass» aux claviers, sa soeur Marie-Frédérique ainsi que Justine, Élise et Sabrina, trois de ses nièces, en accompagnement vocal, Marie-Pierre «Arthur» Fournier a prouvé non seulement la puissance des harmonies vocales, mais aussi, et surtout, du sens de la famille. Les entourant d’aussi près et répondant doucement aux douces envolées d’«All Right», le public ne pouvait qu’avoir presque l’impression de faire partie de la famille à Arthur, lui aussi.

Crédit photo: Jean-Charles Labarre

Au moins, tous ceux qui viennent y passer quelques jours finissent indéniablement par faire partie de la famille élargie du festival, alors je vous dis: à l’année prochaine!

P.S. Ne le dites pas à Michelle Paquet, qui nous a offert un superbe compte-rendu des premiers jours du Festival en chanson de Petite-Vallée, mais elle a clairement manqué le meilleur de cette 36e édition!

Le Festival en chanson de Petite-Vallée en photos

Par André Bujold et Jean-Charles Labarre

  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée
  • Des histoires de famille au 36e Festival en chanson de Petite-Vallée

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début