«En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l'entreprise québécoise L'amoureuse | Bible urbaine

Sorties_En vogue avec

«En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse

«En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse

Des pièces délicates, féminines et fluides

Publié le 4 novembre 2020 par Vincent Gauthier

Crédit photo : Audrey Hubert

Dans le cadre de cette série, Bible urbaine s’entretient avec une personne qui évolue dans le milieu de la mode ou de la beauté à Montréal ou aux alentours, afin de lui poser 6 questions sur sa marque ou sur son métier. Créateurs de mode ou d’accessoires, designers de produits de beauté ou de parfums locaux, tatoueurs ou maquilleurs professionnels: tous se prêtent au jeu de vous faire découvrir les multiples facettes de leurs univers créatifs. Cette semaine, nous avons discuté avec Andréa Desforges-Caron, joaillière de la compagnie L'amoureuse, qui a vraiment à coeur la promotion des entreprises d’ici avant tout!

Andréa, parle-nous de ton parcours! Quand as-tu commencé à t’intéresser à la création de bijoux et d’où est venue l’idée de lancer ta compagnie?

«Tout a commencé il y a environ six ans, lorsque je travaillais avec une amie qui suivait alors des cours en joaillerie et qui arrivait chaque jour avec de beaux bijoux. À l’époque et encore aujourd’hui, je travaillais en mode pour une grande compagnie montréalaise de vêtements, et je me cherchais un projet plus personnel et créatif à mon image.»

«J’ai commencé des cours en joaillerie et ce fut instantané pour moi. J’ai tout de suite adoré travailler les métaux, les transformer et imaginer de nouveaux modèles. J’étais vraiment dans mon élément! Par la suite, j’ai décidé de créer une série de pièces en quantités limitées, car plusieurs de mes amies me demandaient de leur vendre ce que je créais. Ont suivi des commandes en boutiques, un site web et des participations à plusieurs marchés à Montréal et Toronto.»

«Mon esthétisme se résume en des pièces délicates, féminines et fluides avec l’optique qu’elles doivent être en harmonie avec la personne qui les porte. J’ai choisi le nom L’Amoureuse parce que mon compte personnel sur Instagram est l’amoureuse blonde et que j’adore tout simplement ce nom. Tous mes proches peuvent le confirmer, ces mots me décrivent bien, car je suis facilement emballée par tout ce qui m’entoure; j’ai un petit côté lunatique et romantique!»

Andréa-Desforges-Caron-L'amoureuse-Bible-urbaine-01

Photo: Audrey Hubert

Peux-tu nous résumer  la mission et les valeurs de ton entreprise?

«C’est très important pour moi de montrer que tout se fait localement dans mon atelier et de mettre de l’avant ce côté de mon entreprise. Tous les matériaux et matières premières proviennent d’entreprises montréalaises avec qui j’entretiens un très bon lien professionnel. Chaque pièce est faite à la main avec un souci du détail soigné, car c’est dans un objectif de prioriser la qualité des produits avant la quantité.»

Peux-tu nous en dire plus sur les bijoux que tu réalises et sur ton processus de création en tant que tel?

«Avant même de commencer une nouvelle collection, j’aime replonger dans mes souvenirs des derniers mois et voir ce qui m’a le plus marqué en termes d’expériences, d’images et de voyages. Je tente par la suite de transposer ces souvenirs à travers mes pièces.»

«J’adore les formes imparfaites, abstraites et fluides que l’on retrouve dans la nature. C’est cette beauté que je tente d’appliquer par la suite dans mes créations. J’affectionne particulièrement les perles, celles qui sont de formes naturelles et uniques. C’est un élément qui, je crois, est devenu caractéristique de la marque depuis le début.»

«Les pièces que je crée doivent aussi répondre à certains critères, par exemple être portées tous les jours, grâce à leur légèreté et à leur délicatesse.»

Comment élabores-tu tes photos de campagnes promotionnelles pour chaque collection et avec quels autres intervenants collabores-tu?

«Depuis les deux dernières collections, je travaille en collaboration avec une directrice artistique très talentueuse, Évelyne Morin, pour tout ce qui est campagne de photos. Cela m’apporte une vision extérieure et nouvelle. J’adore sortir de ma zone de confort et me remettre en question sur mes idées de départ.»

«Pour la plus récente collection, j’ai été profondément touchée par cette idée qui est celle de mettre en valeur la diversité de la beauté féminine pour que les modèles de la campagne soient des personnes avec une image plus inclusive. Je tenais à passer un message clair à travers cette nouvelle collection.»

Qu’est-ce qui te rend le plus fière en tant que créatrice et fondatrice de L’amoureuse, et quels projets rêves-tu  de réaliser avec ta marque?

«Définitivement, le fait que je fabrique toutes les pièces à la main avec des matériaux locaux, c’est ce qui me rend le plus fière. La joaillerie, c’est une discipline qui requiert beaucoup de précision, de patience et une élaboration méticuleuse pour chaque pièce. Il faut apprendre les techniques dans les règles de l’art si on veut obtenir de beaux résultats. C’est un domaine qui reste mystérieux pour la plupart des gens, et je souhaite le plus possible partager les rudiments du travail et montrer toutes les heures investies derrière chaque pièce lorsque je travaille à mon atelier.»

Andréa-Desforges-Caron-L'amoureuse-Bible-urbaine-02

Photo: Audrey Hubert

Est-ce que tu as une nouvelle gamme de produits qui s’ajoute à ta collection prochainement? Dis-nous ce qui est à venir pour toi et ta compagnie! 

«Ma nouvelle collection Héra est disponible depuis le 15 octobre dernier sur mon site. Je suis extrêmement fière du résultat et de tout le travail derrière la campagne photo. J’ai été entourée de personnes formidables et inspirantes qui, je crois, connaissaient bien la marque depuis ses débuts. Cette collection reflète bien ce que je voulais montrer aux client(e)s. Chaque pièce a été créée dans l’optique de pouvoir les porter en toute légèreté. Elles sont délicates et féminines, tout en ayant un côté accrocheur que j’aime bien.»

«J’élabore déjà de nouvelles idées de pièces à venir pour la nouvelle année. Sans trop en dévoiler, il sera question d’une collaboration avec un autre artiste local. Ce sera des pièces plus éclatantes et uniques. À suivre!»

Vous pouvez aller voir les collections de L’Amoureuse juste ici. Pour découvrir nos précédentes chroniques «En vogue avec…», visitez le www.labibleurbaine.com/En+vogue+avec…

La marque L'Amoureuse en images

Par Tous droits réservés @ L'Amoureuse

  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse
  • «En vogue avec…» Andréa Desforges-Caron, joaillière de l’entreprise québécoise L’amoureuse

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début