Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles | Bible urbaine

Sorties_Humour

Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles

Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles

S’émouvoir par le rire

Publié le 17 septembre 2017 par Léa Villalba

Crédit photo : www.mtlclownfest.com

Pour sa deuxième année, le Festival des clowns de Montréal a misé sur la diversité des personnages présentés et des histoires racontées. Il a certes été question de rire durant ce festival, mais aussi d'être touché, notamment en ce samedi après-midi où nous sommes allés voir un programme double avec As you wish et La vie tragique des étoiles, deux numéros aux personnages travaillés et touchants qui mêlaient à la fois le rire et l'empathie.

As you wish: une satire clownesque bien menée, mais difficile à cerner

Une valise, un ananas, une noix de coco, des chaises et des plots de construction. Voilà le décor dans lequel Coco nous a accueillis, naïve, joueuse et enfantine. C’est un grand départ, à savoir une nouvelle vie qu’elle a décidé de commencer devant nos yeux.

Une fois arrivée à Montréal, ou plus largement dans la société, la jeune clown a dû s’adapter et découvrir cette nouvelle culture qui l’a d’abord dépaysée. Plusieurs blagues se sont alors enchainées, par du théâtre physique et de l’utilisation d’objets sur les innombrables rues barrées de la métropole, la culture du hockey, l’ambivalence entre Québec et Canada, ou encore la fameuse poutine.

Par la suite, la jeune clown s’est fait appeler par une radio un peu futuriste qui lui a dicté quoi faire pour devenir «le meilleur des clowns», ou «comment agir comme une personne de couleur selon des clichés préétablis et des notions créées par la société». C’est alors un personnage drôle mais perdu, et alors très touchant!, qui s’est laissé guider par les voix d’une société dominatrice qui a voulu la soumettre à un rôle qu’elle n’a pas choisi.

Satire dans le but de faire réfléchir le public par le rire notamment sur le racisme, ce n’est qu’en lisant le programme que l’idée de l’artiste m’a été dévoilée. Belle exploration et sensibilité touchante pour cette création, qui pourrait être davantage directe et explicite dans ses intentions.

La vie tragique des étoiles: un cabaret tragico-comique qui fait rire et pleurer

Après avoir maladroitement déposé son décor tout doré, c’est Philidor, chanteur de charme un peu désuet, qui nous a proposé un spectacle de variétés accompagné par sa femme, car son assistante est… morte! Voilà qui a annoncé la couleur!

Après un petit duo chorégraphique, des présentations un peu ratées et l’annulation de tous leurs artistes invités pour l’occasion, c’est finalement par leurs propres moyens que le couple a dû soutenir à bout de bras son spectacle pour ne pas décevoir son public.

On a pu alors découvrir les moments en coulisses et sur scène grâce à un jeu de décor simple et bien pensé. Entre «quick-change», petits tours de magie ou encore hula-hoop, les deux clowns nous ont fait rire par leurs maladresses et nous ont touché par la tragédie.

Ce sont deux artistes un peu dramatiques qui ont tenu pendant 30 minutes un cabaret-spectacle à la dérive et qui ont proposé un regard naïf et poétique qui aura certainement distrait et ému la vingtaine de personnes présentes.

L'événement en photos

Par www.mtlclownfest.com

  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles
  • Le Festival des clowns de Montréal: humour loufoque et numéros sensibles

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début