Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope» | Bible urbaine

Sorties_Concerts

Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»

Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»

Florence Welch: un magnétisme radioactif

Publié le 29 mai 2019 par Edith Malo

Crédit photo : Thomas Mazerolles

La popularité et le talent de la jeune interprète de 32 ans ne sont plus à prouver. Le public lui voue un amour incommensurable, et l'artiste, alors qu'elle pourrait perdre pied et se mirer dans le reflet du succès, demeure pourtant bien ancrée, y allant même d'une confidence à propos de son trouble d'anxiété. Sans l'énergie de son public et cet amour réciproque qui perdure depuis des années, Florence Welch aurait peut-être tout abandonné. Heureusement pour ses fans, envers qui elle est extrêmement reconnaissante, l'auteure-compositrice se livre toute entière lors d'une prestation déchaînée et pour le moins généreuse. Une fois de plus, Florence + the Machine a conquis les coeurs avec son charme, sa présence envoûtante, sa candeur et son authenticité.

Une première partie terriblement ennuyante…

On était loin, hier, de la première partie programmée lors de la tournée How Beautiful de 2016 au Centre Bell! On se rappellera de la prestation endiablée du groupe folk rock islandais Of Monsters and Men. Impossible de ne pas taper du pied sur les rythmes enlevants de la formation justement surnommée comme «les nouveaux Arcade Fire».

À 19 h 30, déjà, on pouvait admirer un parterre et une salle loin d’être comble, devant un groupe soul qui ne s’amalgamait aucunement au style et à l’énergie de Florence + the Machine. Blood Orange, projet solo de Devonté Hynes, originaire de New York, en compagnie de ses acolytes, n’était pas du calibre de celle qui assure habituellement la première partie de Florence Welch en Amérique, Christine and the Queens ou Chris!

Pour l’avoir vue en spectacle, avec ses danseurs, son style androgyne, sa sensualité et ses chorégraphies tout simplement époustouflantes, elle aurait enflammé nos ardeurs! Dommage.

Une renaissance pour Florence

Dans un décor épuré mais à la fois grandiose et conçu en lattes de bois, Florence a fait une entrée en scène toute en douceur, entamant en guise d’ouverture la pièce «June», avant d’enchaîner avec une pièce plus électrisante, «Hunger», laquelle a mis en valeur autant sa fougue que les éclairages frénétiques irradiant à travers le décor.

Bien que le spectacle ait été moins énergique que sa tournée précédente de 2016, en raison, entre autres, de l’album plus intimiste qu’est High As Hope, on n’a cependant pas du tout boudé notre plaisir. Au contraire, l’interprète a su créer une expérience unique et entretenir la flamme avec son public, en présentant des pièces qu’elle qualifie elle-même d’instables. Elle révèle sans discrétion un parcours de vie ponctué d’embûches: troubles alimentaires à l’adolescence, problèmes de dépression et d’alcoolisme.

Il émane de cette artiste un magnétisme incandescent, un genre de spiritualité, de sérénité, notamment lorsqu’elle convie les spectateurs à ranger leurs cellulaires et à lever les bras au ciel, pour vivre le moment présent lors de la très énergique et populaire «Dog Days Are Over».

On sentait bien Florence Welch groundée, et malgré les fantômes du passé, affichait une combativité digne d’un boxeur dans un ring. Je pense notamment à «100 Years» où, à l’aide d’une chorégraphie acharnée, elle semblait rouer de coups le vide ambiant. De plus, les amateurs de Game of Thrones ont été servis, puisqu’elle a interprété «Jenny of Oldstones», pièce qu’elle a dédié au personnage Arya Stark.

Coups de coeur

La scénographie,  que ce soit un background étoilé sur «Ship to Wreck», ou encore des draps ondulants, telles des voiles de voilier suspendues au plafond, ajoutait un effet éthéré à la pièce «South London Forever». La mise en scène et l’aspect visuel ne manquaient pas d’épater la galerie.

Mon coup de coeur: l’hommage qu’elle voue à une pionnière du punk, Patti Smith, sur «Patricia», l’une de mes pièces préférées sur High As Hope. «Do you feel loved?», s’exclame-t-elle en chantant de sa voix puissante et invincible, qui résonnait dans l’immense Centre Bell. Vêtue d’une tunique blanche légère et évasée mettant en valeur sa silhouette svelte, la main braquée droit devant, j’avais l’impression d’halluciner la Statue de la Liberté! «It’s such a wonderful thing to love. It’s such a wonderful thing to love. It’s such a wonderful thing to love». La foule tapait des mains. Le rythme s’accentuait, et les fans, enivrés, maintenait une cadence fulgurante et endiablée.

Florence + the Machine nous a marqués de son aplomb et de son côté non conventionnel fort séduisant. Comment ne pas réagir à son déhanchement presque indécent lorsqu’elle a chanté avec assurance et défiance les paroles de «Big God»: «Well, Jesus Christ, Jesus Christ, it hurts. Jesus Christ, Jesus Christ, it hurts».

Parce qu’au-delà de la voix spectaculaire, la force de Florence Welch réside dans son énergie contagieuse, dans ses mouvements de danse incarnés, comme si elle était littéralement possédée, comme si, chaque soir, elle livrait sa dernière performance.

Et le moment qu’on attendait tous…

…Sa course fougueuse à travers le public! À ses trousses, les gardiens de sécurité. Dans l’aire de la console des techniciens, perchée sur une barrière, elle a interprété «Delilah» d’une voix inébranlable à vous faire dresser les cheveux, avant de redescendre et de foncer dans la foule jusqu’à la scène principale. On a retenu notre souffle dès le moment où elle a osé fouler le sol du parterre, mais le public, conscient de sa chance inespérée, a respecté l’artiste, si sincère, si généreuse.

En rappel, elle a offert «No Choir», accompagnée seulement d’un musicien à la harpe. Un moment magique. Puis, elle a enchaîné avec «Big God» et, quoi de mieux pour subjuguer une foule afin qu’elle ressorte avec une dose d’adrénaline, que d’offrir «Shake it Out» en guise d’au revoir!

La tournée «High As Hope» en images

Par Thomas Mazerolles

  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»
  • Florence + the Machine au Centre Bell pour la tournée «High As Hope»

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début