Jour 3 du Festival Musique et Arts Osheaga 2013: Atlas Genius, Frightened Rabbit, Little Green Cars, The Lumineers et Kendrick Lamar | Bible urbaine

Sorties_Festivals

Jour 3 du Festival Musique et Arts Osheaga 2013: Atlas Genius, Frightened Rabbit, Little Green Cars, The Lumineers et Kendrick Lamar

Jour 3 du Festival Musique et Arts Osheaga 2013: Atlas Genius, Frightened Rabbit, Little Green Cars, The Lumineers et Kendrick Lamar

Publié le 5 août 2013 par Éric Dumais

C’est sous les nuages et quelques averses dispersées qu’a pris part la troisième et dernière journée du festival Musique et Arts Osheaga 2013. Au menu, de charmantes découvertes ainsi que de belles surprises bien de chez nous, notamment Les sœurs Boulay et Misteur Valaire, mais aussi Atlas Genius, Frightened Rabbit, Little Green Cars, The Lumineers et Kendrick Lamar et, bien sûr, la tête d’affiche Mumford and Sons.

Atlas Genius

Le soleil était à son zénith en début d’après-midi lorsque la formation australienne Atlas Genius est montée sur scène pour interpréter les meilleures pièces de son album When it Was Now. Les musiciens ont débuté avec «On a Day», pièce particulièrement enlevante de leur opus, qui a offert de belles promesses dès l’ouverture. L’intensité a cependant atteint son climax lorsqu’Atlas Genius a enchaîné avec «If So», chanson canon qui figure parmi leurs meilleures compositions. La bonne humeur était au rendez-vous, autant du côté de la foule que du groupe, qui en était à son premier passage à Montréal. «Centred On You» a suivi, après quoi le chanteur Keith Jeffery a levé son verre de bière, clamant un «cheers!» fort à-propos. Les gens, qui dansaient et tapaient dans leurs mains, ont continué avec énergie à accompagner le groupe durant «Through the Glass», «Electric» et leur single «Trojans», avec laquelle ils ont adressé leur au revoir. Avec quelques moments d’improvisations en poche, Atlas Genius a su démontrer son plein potentiel en seulement trois quarts d’heure, nous donnant très certainement l’envie de les revoir prochainement.

Critique-Atlas-Genius-Festival-Osheaga-2013-Montreal-Parc-Jean-Drapeau-Bible-urbaineFrightened Rabbit

Le quintette écossais Frightened Rabbit est venu livrer immédiatement après Atlas Genius une performance qui s’est avérée fidèle à l’image que l’on s’était forgée du groupe à les écouter sur album. La formation, majoritairement composée de barbus aux airs sympathiques, a exploré sa pleine discographie, jouant majoritairement les titres de Pedestrian Verse, leur plus récent album paru en février. Est-ce dû à cause du spectacle des sœurs Boulay qui se déroulait en même temps, mais la foule était assez clairsemée pendant leur spectacle. Évidemment, les fans du groupe indie rock étaient compactés à l’avant de la scène, bougeant allègrement sur les meilleurs morceaux du groupe. Parmi les chansons interprétées, notons rapidement «Holy», «Old Old Fashioned», où Scott Hutchison a encouragé les gentlemen à prendre le bras de leur douce moitié, «December’s Traditions» et «Backyard Skull», la meilleure pièce de leur nouvel album. Ainsi, aucune tache grise au menu, rien qu’un trois quarts d’heure d’indie rock pur et dur qui n’offrait rien de surprenant ni de décevant. Les membres de Frightened Rabbit sont d’excellents musiciens toujours fidèles à eux-mêmes qui n’ont plus besoin de présentation.

Critique-Frightened-Rabbit-Festival-Osheaga-2013-Montreal-Parc-Jean-Drapeau-Bible-urbaineLittle Green Cars

C’est avec une ouverture a capella que le jeune sextuor Little Green Cars, originaire de Dublin, en Irlande, a commencé sa prestation de trente minutes, qui a d’ailleurs failli être annulée en raison de l’extinction de voix de la chanteuse Faye O’Rourke. Heureusement, tous les membres étaient présents pour nous offrir un léger aperçu de leur album Absolute Zero, qui avait été présenté devant le public montréalais au Il Motore le 27 mars dernier. Si l’ouverture était smooth à souhait et manquait cruellement de tempo, les musiciens se sont vite rattrapés en interprétant un répertoire plus rock, notamment avec «My Love Took Me Down To the River To Silence Me», l’excellente «Harper Lee» et «The John Wayne». L’un des plus beaux moments de leur prestation s’est déroulé au moment précis où que Faye O’Rourke a offert tout ce qu’elle pouvait avec sa voix, performance qui a poussé la foule à partager un beau moment de solidarité avec cette dernière, l’acclamant pour ses efforts. Si elle n’avait aucunement montré qu’elle avait un chat dans la gorge, personne n’aurait pu deviner qu’elle avait des difficultés avec son chant tellement sa voix était sur la note. Sauf, bien sûr, à la toute fin, où elle a encouragé son public à chanter les moments plus intenses, ce qui a propagé une belle énergie à travers l’assistance. Au final, du bon rock irlandais qui a bien réchauffé l’atmosphère après la courte averse et un peu avant l’entrée sur scène de The Lumineers.

Critique-Little-Green-Cars-Festival-Osheaga-2013-Montreal-Parc-Jean-Drapeau-Bible-urbaineThe Lumineers

C’est sur la Scène de la Montagne que le groupe folk rock américain The Lumineers s’est produit devant une foule qui devenait de plus en plus dense à l’approche des grandes vedettes de la journée. Propulsés par leur prestation télévisuelle au Grammy Award 2013, les membres du groupe ont, depuis, joui d’une certaine notoriété qui n’a pourtant pas été ressentie hier en début de soirée. Leur spectacle, somme toute intéressant, a certes été à l’image de leur album homonyme paru en 2012, c’est-à-dire entraînant mais simpliste, peut-être trop simpliste. Cela ne les a pourtant pas empêchés de se donner corps et âme pour offrir évidemment leur succès radiophonique «Ho Hey», mais «Submarines» et «Stubborn Love», pour ne nommer que celles-ci. Le chanteur Wesley Schultz s’est même aventuré dans la passerelle réservée aux photographes professionnels pour aller chanter une ballade acoustique près de son public. Il a ainsi pu faire certains heureux, alors que d’autres, situés plus loin dans l’assistance, ont démontré leur plaisir en tenant haut dans les airs des arbustes, des troncs d’arbres, des ballons à l’hélium en forme de flamands roses et même une béquille avec un ballon rose. Une ambiance de party, quoi.

Critique-The Lumineers-Festival-Osheaga-2013-Montreal-Parc-Jean-Drapeau-Bible-urbaineKendrick Lamar

Le rappeur américain Kendrick Lamar était l’une des grandes venues du festival Musique et Arts Osheaga cette année. Devenu populaire après la parution de son album good kid, m.A.A.d. city, qui l’a élevé au sein des meilleurs artistes hip-hop de tous les temps, Kendrick Lamar demeure un chanteur immensément respecté dans le milieu musical. C’est d’abord le DJ Vick One qui est monté seul sur scène, prenant place derrière ses platines pour lancer l’introduction de la pièce «The Art of Pressure». Kendrick Lamar est par la suite apparu, vêtu simplement d’un grand t-shirt blanc et d’une casquette noire, apparemment très heureux d’être enfin de passage à Montréal pour la première fois: «This is my first time in Montreal mother fucker». La foule était très dense et très participative, et il y avait un réel respect qui régnait au sein de l’assistance, laquelle exécutait tout ce que le maître de la soirée leur commandait au passage. À plusieurs reprises, le rappeur a en effet invité le public à lever les mains dans les airs pour suivre le flow durant notamment «Backseat Freestyle», «Bitch, Don’t Kill My Vibe», «m.A.A.d. city» et «Swimming Pools (Drank)». Immense déception, par contre: Kendrick Lamar n’a pas offert la suite de l’excellente «The Art of Pressure», qui demeure pourtant l’incontournable de son plus récent album.

Critique-Kendrick-Lamar-Festival-Osheaga-2013-Montreal-Parc-Jean-Drapeau-Bible-urbaineC’est ce qui termine notre couverture bénévole du Festival Musique et Arts Osheaga 2013. On se donne rendez-vous samedi et dimanche prochains les 10 et 11 août pour le Heavy MTL 2013 avec Avenged Sevenfold, Megadeth, Rob Zombie, Device, Halestorm et plusieurs autres invités!

*Consultez nos critiques et photos du jour 1 et du jour 2 d’Osheaga 2013.

Crédit photo: Patrick Beaudry & Tim Snow

Écrit par: Éric Dumais

Vos commentaires

Revenir au début