Laura Sauvage lance «Extraordinormal» au Bar Le Ritz PDB de Montréal | Bible urbaine

Sorties_Concerts

Laura Sauvage lance «Extraordinormal» au Bar Le Ritz PDB de Montréal

Laura Sauvage lance «Extraordinormal» au Bar Le Ritz PDB de Montréal

Entre charme et désinvolture

Publié le 23 mars 2016 par Amélie Hubert-Rouleau

Crédit photo : LePetitRusse

La voix veloutée de Vivianne Roy, alias Laura Sauvage, retentissait avec conviction en ce mardi soir au sein du coloré Bar Le Ritz PDB de Montréal. Entourée de talentueux musiciens, la Néo-Brunswickoise y présentait son premier album solo complet inspiré du rock indépendant des années 90, Extraordinormal, qu'elle a enregistré loin du monde, dans un studio à deux heures au nord de la métropole.

Décontractée, pince-sans-rire, Vivianne Roy a débuté sa soirée de lancement avec «Have You Heard The Good News?», comme si elle voulait déjà nous manifester sa joie d’avoir fait paraître cet album. Pas snob pour deux sous, Laura Sauvage a désamorcé son attitude en apparence stoïque en nous confiant à quel point elle était heureuse de voir tous ces gens réunis.

Elle a poursuivi avec la fuzzy «White Trash Theatre School», une pièce qui, comme toutes celles sur l’album, entremêle ironie et poésie du quotidien. Intervenant avec des anecdotes cocasses entre les chansons «IDWYS», «Dying Alone» et «Rubberskin», Mlle Sauvage a prouvé que son pseudonyme n’amenuisait en rien son aisance sur scène et son charme naturel.

Là où la magie a opéré le plus, c’est lorsqu’après un court intermède, l’Acadienne s’est installée seule à la guitare pour interpréter «No Direction Home». Ce morceau tout en douceur a dévoilé le réel talent de l’auteure-compositrice-interprète à aller droit au cœur de l’émotion, un peu à la manière de Cat Power ou Feist.

Si la dernière pièce de cette brève prestation, «Nothing to Something & Vice Versa», semble faire un clin d’œil assumé aux riffs de l’incontournable «All Apologies» de Nirvana, il reste que Laura Sauvage a su imposer sa propre voix au travers de ses sources d’inspiration évidentes; Elliott Smith, Beck, Julie Doiron, Neil Young.

On peut affirmer qu’Extraordinormal est justement nommé; c’est un amalgame entre une sensibilité lyrique singulière, des sonorités slacker rock et surtout une simplicité très attachante. On sent que celle qui fait également partie de Les Hay Babies a fait beaucoup de chemin depuis la parution de son premier EP l’automne dernier. Espérons qu’on aura l’occasion de continuer à suivre cette nouvelle tête du rock grungy canadien!

L'avis


de la rédaction

Grille des chansons

1. Have You Heard The Good News?

2. White Trash Theatre School

3. IDWYS

4. Dying Alone

5. Rubberskin

Rappel

6. No Direction Home

7. Nothing to Something & Vice Versa

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début