Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie | Bible urbaine

Sorties_Concerts

Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie

Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie

Pousser l’audace toujours plus loin

Publié le 31 mars 2019 par Éric Dumais

Crédit photo : Mathieu Pothier

Il fallait être dans l’amphithéâtre du Centre Bell pour vivre toute l’intensité d’un concert de la formation britannique Muse qui, après huit albums studio et un quart de siècle à conquérir le cœur des amateurs de rock aux quatre coins du globe, ne lésine pas sur les effets spéciaux pour en mettre plein la vue. Pour leur Simulation Theory Tour, Matthew Bellamy, Christopher Wolstenholme et Dominic Howard sont partis dans une autre dimension, pour pousser l’audace toujours plus loin. Voici pourquoi il faut vivre l’expérience Muse au moins une fois dans sa vie.

Pour la qualité et l’inventivité de leur mise en scène

Il y a plusieurs années déjà que Muse joue la carte du grandiose pour que leurs fans repartent des plus gros amphithéâtres du monde entier avec des étoiles dans les yeux et des bourdonnements dans les oreilles, littéralement. Et à voir les 17 270 spectateurs rassemblés au Centre Bell, ça marche!

Pour la tournée actuelle de leur album Simulation Theory, voilà la bande au pays des algorithmes dans un univers futur virtuel où l’humanité a évolué vers une ère robotique en mode puissance dix. «We are caged in simulations», pouvait-on lire sur l’écran géant au moment où les riffs futuristes d’«Algorithm» se faisaient entendre.

Tout y était pour épater la galerie: une fanfare de dix cyborgs et performeurs, des armes ressemblant à celle anti-fantômes dans Ghostbusters, des écrans géants projetant des images futuristes, des rayons laser et des stroboscopes multicolores, des confettis et des ballons géants, un jeu d’arcade, un crâne qui prend feu numériquement, des lunettes et des habits futuristes qui illuminent et clignotent, un robot géant, mécaniquement animé, aussi effrayant que l’était King Kong au début des années ’30, et un espace scénique tout illuminé en son contour… de quoi impressionner!

Pour leur vision avant-gardiste de l’évolution de l’humanité

Depuis 2006, date de sortie de l’inoubliable et central Black Holes and Revelations au cœur de leur discographie, Muse avait déjà dans l’esprit d’être avant-gardiste et de pousser plus loin, toujours plus loin les limites. À cette date, leurs précédents albums comportaient plus de hits que les dix doigts d’une main, et on entrait à fond dans une ère du grandiose et de l’immensément grand.

Des titres comme «Starlight», «Supermassive Black Hole» et l’épique «Knights Of Cydonia», sur fond d’une tablée sur Mars, rien de moins, étaient en soi la preuve que l’ascension de Muse allait être fulgurante: 2009 a été celle de The Resistance, 2012 de The 2nd Law, 2015 de Drones et 2018 celle de Simulation Theory, leur vision de l’humanité de demain.

Pour leur talent indéniable comme auteurs-compositeurs et performeurs

Ces deux chapeaux lourds à porter ne siéent pas à toutes les têtes, il faut le dire! En plus de maîtriser avec doigté leur instrument et de réussir à tous les coups à épater la galerie avec des riffs qui restent indélébiles en tête comme de l’encre – la ligne de basse dans «Hysteria» ou l’agressivité mordante de la guitare dans «New Born», vous voyez de quoi je parle? –, Muse jongle aussi bien avec l’art de composer que celui de se produire sur une scène aussi grande soit-elle. C’est surtout la qualité de leurs mélodies qui épatent avant tout, et bien sûr le chant puissant et en voix de tête de Matthew Bellamy.

Les membres du groupe invité Walk the Moon, en première partie de spectacle, étaient en soi d’excellents performeurs, mais avec trois albums à leurs actifs, on comprend vite qu’ils ne pourront jamais surpasser le succès «Shut Up and Dance».

Tandis que Muse a bien plus d’un succès dans son sac, la setlist de la tournée actuelle en étant l’ultime preuve: «Uprising», «Time is Running Out», «Plug In Baby», «Madness» ou la récente «Big Down», qu’ils ont jouée en bout de passerelle dans une cage de rayons laser, chacune a été chaudement accueillie par les spectateurs, qui chantaient les paroles en chœur.

Vraiment, tout y était au programme de ce Simulation Theory Tour avec un total de vingt-quatre chansons – dont un medley avec «Stockholm Syndrome», «Assassin», «Reapers», «The Handler» et «New Born», plus un segment de la pièce «Headup» de Deftones – sauf… «Something Human», leur hit radiophonique! Drôle de choix de l’avoir écartée du menu, celle-là.

Mais voilà un bien léger détail quand on pense à la soirée qu’on a vécue en leur compagnie. La tournée nord-américaine de Muse se poursuit ce soir au Centre Vidéotron de Québec. J’espère que vous faites partie des chanceux qui vont vivre l’expérience Muse… au moins une fois dans leur vie!

La tournée «Simulation Theory» de Muse en images

  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie
  • Les raisons pour lesquelles il faut vivre l’expérience Muse une fois dans sa vie

Par Mathieu Pothier

L'avis


de la rédaction

Grille des chansons

1. Algorithm (version alternative)

2. Pressure

3. (Drill Sergeant)

4. Psycho

5. Break It to Me

6. Uprising

7. Propaganda

8. Plug In Baby

9. (Pray)

10. The Dark Side

11. Supermassive Black Hole

12. Thought Contagion

13. Interlude

14. Hysteria

15. The 2nd Law: Unsustainable

16. Dig Down (version acoustique gospel)

17. (STT Interstitial 1)

18. Madness

19. Mercy

20. Time Is Running Out

21. Houston Jam

22. Take a Bow

23. Prelude

24. Starlight

Rappel

25. (STT Interstitial 2)

26. Algorithm

27. Stockholm Syndrome / Assassin / Reapers / The Handler / New Born

28. Knights of Cydonia

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début