-M- au Métropolis pour l'ouverture de Montréal en lumière: de la grosse bombe! | Bible urbaine

Sorties_Concerts

-M- au Métropolis pour l’ouverture de Montréal en lumière: de la grosse bombe!

-M- au Métropolis pour l’ouverture de Montréal en lumière: de la grosse bombe!

Publié le 22 février 2013 par Laurence Lebel

-M-, alias Mathieu Chedid, s’est arrêté hier soir au Métropolis de Montréal pour présenter son plus récent album, Îl. Installé pour deux soirs consécutifs, le roi de la guitare a fait danser la foule pendant près de deux heures et demies bien comprimées. Portrait d’une soirée endiablée où anciens et nouveaux fans en ont eu pour leur argent!

-M- et son groupe en était à leur troisième date de tournée pour Îl, qui débutait le 15 février dernier à La Sirène à La Rochelle en France. Pour ce nouveau spectacle, c’est une toute nouvelle formule qui s’offrait aux fans, soit un format trio avec -M- à la guitare, un dénommé Brad à la basstar, une basse modifiée, et Laurence à la batterie. D’entrée de jeu, la dynamique entre les membres du trio était fortement présente.

Les échanges de joutes musicales, les envolées et l’improvisation entre les trois démontraient bien que, malgré la tournée naissante, la chimie opère entre eux. -M- ne joue pas la diva et laisse vraiment toute la place méritée à ses musiciens, allant même jusqu’à quitter la scène pour les laisser interpréter sa chanson «Gimmick» à l’aide d’un synthétiseur et d’échantillonnages savamment installés sur la basse de Brad. À un autre moment, soit pendant la chanson «Ma mélodie», Lorens, le drummer, s’est permis un petit jeu avec la foule alors qu’il lui faisait répéter des «Oh, oh, oh».

Avec une carrière s’échelonnant sur un peu plus de 15 ans, -M- avait de quoi servir la foule en succès et incontournables. En plus de nous offrir près du deux tiers de son album Îl, avec «Elle» à titre d’ouverture de spectacle, et aussi «Le film», «Océan», «Mojo», «La vie tue», «La grosse bombe» et «Oualé», -M- nous offrait aussi ses classiques tels que «Le baptême», «À tes souhaits», «Je dis aime» et «Machistador».  Le nouveau répertoire et le plus ancien était bien équilibré et faisait en sorte que le nouveau fan n’était pas perdu et que l’ancien était tout de même satisfait. D’ailleurs, à un certain moment, -M- s’est adressé à la foule en leur demandant s’il y avait des petits enfants en bas de 10 ans dans la salle et que si c’était le cas, il les invitait à venir sur scène pour la prochaine chanson. Un petit garçon et une petite fille sont donc montés sur scène pour s’asseoir près de lui afin d’écouter la chanson «Nostalgique du cool».

À deux reprises au cours de la soirée, soit au milieu du spectacle et en rappel, -M- nous a offert deux medleys regroupant quelques-unes de ses plus grandes chansons. Dans le premier, c’est un medley au piano qui a été servi. Il va sans dire que celui-ci manquait grandement de goût, malgré la composition des meilleures chansons de l’album Qui de nous deux. Malheureusement, les «Qui de nous deux», «La bonne étoile» et «Ma mélodie» auraient nécessité une meilleure place dans la soirée avec une interprétation plus énergique. C’est finalement au rappel que le format medley a beaucoup mieux servi au chanteur, alors qu’au lieu d’être au piano, il était derrière une guitare, instrument qui lui va à merveille et avec lequel il a fait littéralement des miracles!

Au final, c’est l’excellente «Baïa» qui a été livrée au public avant que -M- et ses Mojo Boys, comme ils les appellent, ne reviennent sur scène pour interpréter la chorégraphie du vidéoclip «Mojo». Le clin d’œil était très bon et clôturait la soirée d’une merveilleuse façon. Il aurait été cependant agréable de faire grimper quelques fans motivés sur scène pour danser avec le groupe.

Bien que -M- nous ai annoncé qu’il était jetlag à son arrivée sur scène, celui-ci a tout de même été très généreux et surtout très dynamique. Il n’en manquait pas une pour faire participer la foule timide qui tardait à se réveiller. Vêtu d’un manteau en paillettes rouge et de ses fameuses lunettes triangulaires, -M- a tout de même réussi à faire danser la foule à plusieurs reprises. L’accent artistique de la soirée était cependant axé sur les éclairages et les effets visuels.

La scène était, quant à elle, dépourvue de décor et d’ambiance, et tout était misé sur les éclairages, alors que ceux-ci plongeaient le groupe dans une pénombre bleutée pour ne laisser paraître que leurs ombres. À d’autres reprises, c’est la salle au complet qui était illuminée pour permettre au chanteur de regarder la foule et de lui parler. Sinon, l’ambiance était à la performance musicale et non à la contemplation du groupe.

-M- a un don et une relation très spéciale avec les Montréalais, alors que près de tous ses spectacles à chacun de ses passages affichent complets, comme celui d’hier soir. L’énergie du chanteur et son charisme font en sorte que la foule le suit et embarque dans toutes ses folies et se laisse porter avec lui sur la vague du rock.

Brigitte

C’est le duo féminin Brigitte et sa pop sucrée qui a ouvert pour -M-. Les deux filles, accompagnée de leurs musiciens habillés à la Orange mécanique, ont fait sourire la foule avec leurs chansons déjantées, langoureuses et leurs longues robes en paillettes argentées échancrées jusqu’à la hanche. Celles qui avait fait un tabac lors de leur passage aux FrancoFolies de Montréal ont certainement une belle carrière qui les attend! 

Appréciation: ***1/2

Crédit photo: Montréal en lumière

Écrit par: Laurence Lebel

Vos commentaires

Revenir au début