My art will go on(line): le nouveau pari de nos musées | Bible urbaine

Sorties_Expositions

My art will go on(line): le nouveau pari de nos musées

My art will go on(line): le nouveau pari de nos musées

Visitez vos expositions préférées dans le confort de votre chez vous!

Publié le 6 mai 2020 par Olivier Du Ruisseau

Crédit photo : Tous droits réservés

Des visites virtuelles d’expositions aux guides vidéo en passant par des vernissages sur Facebook: les galeries d’art et les musées d’ici et d’ailleurs ont tellement multiplié leurs efforts pour rendre disponibles leurs contenus en ligne qu’il parait maintenant difficile de s’y retrouver. Voici un petit tour d’horizon des possibilités du web en temps de confinement, parce que nos besoins en arts visuels demeurent, et que certains artistes et commissaires l’ont bien compris.

Les institutions montréalaises demeurent toujours aussi innovantes

Faute de pouvoir les visiter en personne, nous pouvons encore explorer nos espaces d’expositions montréalais préférés. Si certaines institutions comme le Musée des beaux-arts de Montréal ou le Musée d’art contemporain ont opté pour une augmentation considérable de leurs contenus vidéo, d’autres galeries, comme le Centre Phi, le centre Never Apart, ou encore la galerie V.A.V. de l’Université Concordia, proposent carrément qu’on visite leurs expositions virtuellement, telles qu’elles étaient initialement prévues au calendrier.

Ces trois espaces représentent surtout à quel point de telles initiatives peuvent s’avérer attrayantes pour leur public. Chef de file des expositions de réalité virtuelle et de réalité augmentée à Montréal, le Centre Phi propose une alternative virtuelle innovante à son centre physique. Ainsi, on y propose un programme de courts-métrages en réalité virtuelle pour emporter intitulé PHI VR TO GO, où le public de l’île de Montréal peut commander un casque de réalité virtuelle et un catalogue de dix films pour en faire le visionnement à la maison. Le programme est disponible du 4 mai au 31 juillet.

Puis, pour compenser la fermeture de son exposition Mirages & miracles, présentée par la compagnie française Adrien M & Claire B, qui était prévue du 18 février au 1er mai, le Centre Phi a publié une visite virtuelle vidéo de l’exposition, ainsi qu’une galerie photo détaillée sur son site web. L’exposition, qui s’intéresse entre autres à la manière dont certains dispositifs technologiques peuvent augmenter ou tromper notre expérience du réel, se prête plutôt bien à une simple visite en ligne.

D’ailleurs, même si elle avait été fermée à pareille date, elle demeure néanmoins disponible sur leur site web.

Vue de l’exposition Mirages & Miracles du Centre Phi. Photo: Adrien M et Claire B

Le centre Never Apart est une autre institution montréalaise qui s’est avérée particulièrement innovante ces derniers temps. Si cette organisation, établie dans le Mile-Ex depuis 2015, est devenue réputée pour ses vernissages et ses soirées thématiques, elle a bien su transposer cet esprit dans sa programmation virtuelle en confinement.

Depuis le 30 avril, puis tous les jeudis jusqu’au 4 juin, Never Apart organisera des vernissages sur Facebook. À partir d’une même page d’évènements pour tous leurs vernissages, intitulée Never Apart Expos Printemps, le centre d’arts publiera du contenu exclusif, dont des installations sonores immersives, des photos et des vidéos d’artistes locaux et internationaux. Sa première exposition, Ecological Ambisonic Recordings 001: Rainforest, une œuvre sonore immersive sur la forêt tropicale, lancée sur Facebook le 30 avril, est documentée sur leur site web et disponible sur la page de l’évènement Facebook.

Bon à savoir: Never Apart publie aussi un magazine et tous ses catalogues d’expositions en ligne, de quoi nous servir une bonne dose d’art jeune et audacieux pendant le confinement.

Image tirée du catalogue de l’installation Ecological Ambisonic Recordings 001: Rainforest, du centre Never Apart. Photo: Centre Never Apart.

D’autres galeries, à Montréal ou ailleurs, ont aussi décidé de véritablement transposer l’expérience physique d’une visite de leurs espaces d’expositions en ligne. Ainsi, la galerie V.A.V., gérée par des étudiants de Concordia, se sont servis du logiciel Artsteps pour y héberger une visite en ligne gratuite de l’exposition de 75 étudiants, principalement en dessin et en peinture. Le visiteur peut se déplacer et tourner autour de la salle virtuelle à l’aide de flèches, et cliquer sur chaque œuvre pour l’agrandir et en apprendre davantage sur celle-ci, un peu à la manière de Google Street View.

L’initiative ingénieuse de ces étudiants en arts, toujours disponible sur leur page Facebook, en vaut le détour. D’ailleurs, des centaines d’autres expositions à travers le monde sont hébergées par Artsteps.

Capture d’écran tirée de la visite virtuelle de l’exposition Le Salon Virtuel de la galerie V.A.V. de Concordia, hébergée par Artsteps.

Pour celles et ceux qui sont surtout férus des institutions plus traditionnelles et établies, les plus grands musées et galeries de la ville ont aussi bonifié leur offre en ligne. La galerie Simon Blais, qui représente certains des plus célèbres artistes québécois et canadiens, ainsi qu’Art Mûr, la plus grande galerie d’art contemporain privée de Montréal, ont ajouté sur leur site web respectif davantage de photos et de descriptions des œuvres qui devaient être présentées en ce moment.

On peut donc toujours apprécier l’exposition de peinture abstraite L’eau et les rêves de Louis-Philippe Côté, ainsi que l’exposition multidisciplinaire d’Op Art, Espaces Optiques, sur le site de la galerie, qui devaient être présentées à Simon Blais du 19 mars au 2 mai. La galerie nous y présente aussi deux visites vidéo de l’exposition.

Vue de la visite virtuelle de l’exposition Espaces Optiques, disponible en ligne sur le site web de Simon Blais. Photo: Simon Blais

Du côté d’Art Mûr, on peut se renseigner, en ligne, sur la 5e Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) intitulée cette année Honorer nos affinités, et y voir, en photo, plusieurs des œuvres qui devaient y être présentées. La cérémonie d’ouverture de la biennale s’est d’ailleurs déroulée sur Zoom le 23 avril dernier.

Peut-être aurons-nous même la chance de voir l’exposition en personne, puisque cette dernière doit être présentée à la galerie jusqu’au 29 août… On croise les doigts.

Owisokon Pauline Lahache, The Vision Quest (1999). Œuvre tirée de la 5e Biennale d’art contemporain autochtone (BACA), présentée à Art Mur, du 23 avril au 29 août.

Finalement, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée d’art contemporain ont surtout considérablement multiplié leurs contenus multimédias sur leurs réseaux sociaux. Sur leurs chaînes YouTube et leurs sites web respectifs, ils nous présentent notamment certaines de leurs activités de restauration d’œuvres ou de commissariat avec des entrevues mettant en lumière le travail des membres de leur personnel.

Visiter les musées du monde à la maison

S’il y a bien un avantage à profiter presque exclusivement d’activités en ligne ces derniers temps, c’est qu’on peut aussi voir ce qui se fait dans le monde entier depuis notre salon. À cet effet, l’application Google Arts & Culture est très intéressante et facile à utiliser.

Cette branche de Google vise à démocratiser virtuellement l’art de plusieurs façons, surtout l’art des grands musées, qu’on croirait parfois élitistes et inaccessible. À travers sa section Lieux, il est entre autres possible de voir, avec la même technologie et interface que Google Street View, plus de 32 000 œuvres de 150 musées ou autres lieux dans plus de 40 pays différents.

On peut donc se balader librement dans des musées célèbres comme le MoMA, le musée d’Orsay de Paris (en page couverture), la Galerie des Offices de Florence, ou encore dans des centres moins connus mais tout aussi fascinants, comme le musée Georgia O’Keefe de Santa Fe, le musée Botero de Bogotá, ou bien la Galerie d’Art de l’Ontario de Toronto.

Si votre voyage de rêve a été annulé récemment, Google Arts & Culture demeure une consolation amusante et gratuite.

L’application gratuite Google Arts & Culture

Plusieurs autres musées ont aussi emboîté le pas à cette initiative, et ont mis sur pied des visites virtuelles de leurs expositions sur leurs propres plateformes. Parmi ceux-ci, la maison de Claude Monet à Giverny, en France, est un coup de cœur. La résidence du peintre impressionniste Claude Monet impressionne même en ligne, par ses couleurs pastel vives, ses magnifiques jardins et son studio-atelier rempli de peintures.

S’il est vrai que l’expérience physique des expositions d’arts visuels est unique, rien ne nous oblige à pleurer leur mort pour autant. À la rigueur, elles se réinventent en ligne, et inspirent autrement. Il y a fort à parier que les espaces d’expositions du monde, des plus underground aux plus mainstream, auront pris goût à l’idée de repenser leurs contenus ainsi, et que des initiatives comme celles qui ont été partagées ici ne feront que continuer à émerger.

En terminant, on espère de tout coeur que vous ferez de belles découvertes dans le confort de votre chez vous!

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début