«Dans la peau de...» Clothilde Cardinal, directrice de la programmation de la Place des Arts | Bible urbaine

Sorties_Festivals

«Dans la peau de…» Clothilde Cardinal, directrice de la programmation de la Place des Arts

«Dans la peau de…» Clothilde Cardinal, directrice de la programmation de la Place des Arts

Printemps nordique: préparez-vous à un vent de fraîcheur du 4 au 29 avril 2018!

Publié le 9 mars 2018 par Éric Dumais

Crédit photo : Monic Richard

Chaque semaine, tous les vendredis, Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur la personne interviewée et de permettre au lecteur d’être dans sa peau, l’espace d’un instant. Cette semaine, nous avons interviewé Clothilde Cardinal, directrice de la programmation de la Place des Arts, et aussi instigatrice de la première édition de Printemps nordique, qui amène son vent de fraîcheur du 4 au 29 avril 2018.

1. Au mois d’octobre dernier, la Place des Arts conviait les médias au Salon urbain pour la conférence de presse de Printemps nordique, un évènement multidisciplinaire qui se tiendra du 4 au 29 avril 2018 et qui vise à faire découvrir le talent nordique. D’où t’est venue l’idée et cela fait combien de temps que tu y travailles?

«Parfois, je me dis que j’ai dû être Viking dans une autre vie! Plus sérieusement, j’ai toujours eu, comme beaucoup de Québécois, une fascination pour les autres cultures. Plus jeune, j’avais déjà découvert la littérature des pays nordiques, puis leur production cinématographique et télévisuelle, avant de me laisser séduire, au hasard des voyages, par leur danse contemporaine, leur cirque et bien sûr, leur nourriture!!! L’idée du Printemps nordique m’est venue il y a deux ans du désir de célébrer les valeurs communes que nous partageons avec ces gens du Nord en une grande manifestation pluridisciplinaire qui rendrait compte de celles-ci et qui donnerait à voir et à entendre quelques fabuleux artistes de là-bas!»

2. Peux-tu nous parler plus en détail de la mission de la Place des Arts, à savoir celle de soutenir la création et d’ouvrir des horizons nouveaux, et de son parallèle avec la création du Printemps nordique?

«La Place des Arts est un formidable lieu en arts de la scène, accessible et ouvert à tous les Montréalais. La programmation du Printemps nordique s’inscrit tout naturellement dans l’une de nos quatre stratégies, la stratégie internationale, mais elle prend racine dans une volonté de mettre en relation des artistes avec des publics. C’est la base de notre boulot, et on aime ça,  la visite du monde entier,  à la Place des Arts

3. Raconte-nous un peu la teneur du défi que tu t’es imposé en souhaitant offrir aux Montréalais une incursion multidisciplinaire dans la culture nordique. Comment programme-t-on un évènement à la fois payant et gratuit, présenté en intérieur comme dans l’espace public?

«Il s’agit d’un défi considérable, mais avec la formidable équipe de la Place des Arts, j’ai été appuyée dès le début dans cette folle aventure. Un des éléments clé du succès de cette programmation, c’est certainement de l’avoir faite en équipe, mais également avec une panoplie de partenaires culturels qui ont tout de suite embarqué dans le projet. Je pense ici plus particulièrement aux gens de Danse Danse, à FIKAS, au Festival Metropolis Bleu, à la TOHU et, bien sûr, au professeur Daniel Chartier de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique de l’UQAM.»

«Comment programme-t-on ce genre de manifestation? Passion, travail, détermination. Un de mes critères de programmation était de rassembler des artistes de multiples disciplines et des cinq pays nordiques; je souhaitais aussi présenter des artistes sâmes, soit les Premières nations des pays nordiques, car je souhaitais que nous établissions un rapprochement additionnel entre les pays nordiques et le Québec, à savoir que nous partageons l’accès à la richesse de premiers peuples. Je voulais aussi déborder sur l’espace public et donner un accès à un plus large échantillon de citoyens à ces cultures et à ces artistes, d’où les nombreuses activités gratuites, notre exposition, l’installation d’un lavvo (tipi sâme) dans notre espace culturel, ainsi que la commande faite à des artistes danois pour une création numérique publique.»

4. Au cœur de cette programmation riche et variée, force est d’admettre qu’il y a du choix pour tous les goûts! Si tu avais à mettre le spotlight sur trois évènements phares à ne pas rater durant le Printemps nordique, quels seraient-ils?

«Question difficile… c’est comme si on me demandait de choisir entre mes deux enfants! Je ciblerais tout d’abord The Knowledge de la Suédoise Gunilla Heilborn. Cette conférence débridée sur le cerveau et la mémoire est une métaphore drolatique que je qualifierais de «très québécoise», en ce sens que Gunilla est ce genre d’artistes touche-à-tout, telle une Marie Brassard ou une Nathalie Derome, qui créent à partir de rien et qui construisent de véritables petits bijoux. J’adore ce type de spectacles qui allient à la fois réflexion et humour suave pour nous permettre de nous poser un instant dans nos vies folles juste pour se rappeler que nous sommes tous des humains!»

«Mon second choix est sans conteste ce qui sera un évènement en soi, l’opéra NeoArctic. Basée à Copenhague, la compagnie Hotel Pro Forma a créé une équipe internationale, ce cri du cœur, en faveur de notre planète qu’il est essentiel que tous voient. Cette magnifique production (avec surtitres) sur des textes de l’Islandais Sjon (ex-Sugarcubes!) est constituée des douze tableaux magnifiés par les éclairages du maître danois Jesper Kongshaug et les voix divines du Latvian Radio Choir. Un pur moment de grâce malgré un sujet gravement d’actualité: les répercussions des changements climatiques sont à nos portes!»

«Et enfin, comment passer sous silence la venue du légendaire Dramaten, le théâtre royal dramatique de Stockholm. C’est comme si nous faisions venir la Comédie française ou le Piccolo Teatro. C’est vraiment à ne pas manquer pour non seulement les amateurs de théâtre, mais pour tous ceux qui veulent voir la prestation mémorable du magistral Kirster Henriksson (Inspecteur Wallander lui-même!) Et c’est avec surtitres aussi!»

5. Pour ceux et celles qui souhaiteraient se laisser bercer par la bonne brise printanière du mois d’avril, qu’est-ce que le Printemps nordique offre en termes d’évènements gratuits?

«Je conseille sans hésiter toutes nos activités gratuites rassemblées sous le joli mot smörgåsbord, qui désigne un buffet scandinave autour duquel on discute et où on échange des idées.»

«Défenseurs de la planète, joignez-nous lors de la discussion publique avec le biologiste québécois Jean Lemire et Sjon, animée par Steven Guilbeaut, le 14 avril.»

«Amoureux de littérature, il ne faut pas manquer notre grande discussion publique Des écrivains d’Islande et de Scandinave se racontent, animée par Anne Lagacé Dawson, le 28 avril.»

«Familles, rejoignez-nous à la grande Fête familiale Littérature et papier les 28 et 29 avril, inspirée du spectacle de marionnettes Papper, qui sera présenté à la Cinquième Salle. Tout un menu gratuit d’ateliers, avec un coin-lecture, des lettres-devinettes et des contes nordiques au programme pour nos jeunes.»

«Voilà, j’espère vous avoir donné un court instant l’occasion d’être «dans ma peau». Si vous voulez vraiment l’être, sachez qu’à la fin du concert de clôture avec la divine Ane Brun à la Maison Symphonique, je ferai skål – qui signifie «à votre santé» en suédois – quand ce bel ouragan nordique aura passé!»

MERCI! THANK YOU! TAK! PAKKA PÉR! KIITOS! TAKK! TACK!

Pour en savoir plus sur le Printemps nordique et découvrir les joyaux de la nordicité, visitez le www.placedesarts.com/printemps-nordique. Pour consulter nos précédentes chroniques «Dans la peau de…», visitez le www.labibleurbaine.com/Dans+la+peau+de…

*Cet article a été produit en collaboration avec la Place des Arts.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début